↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The White Stripes


Icky Thump


(00/06/2007 - XL Recordings - Garage / Blues - Genre : Rock)
Produit par

1- Icky Thump / 2- You Don't Know What Love is (You Just Do as You're Told) / 3- 300 M.P.H Torrential Outpoor Blues / 4- Conquest / 5- Bone broke / 6- Prickly Thorn, But Sweetly Worn / 7- St Andrew (This Battle is in the Air) / 8- Little Cream Soda / 9- Rag and Bone / 10- I'm Slowly Turning Into You / 11- A Martyr for My Love for You / 12- Catch Hell Blues / 13- Effect and Cause
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (55 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un effort singulier pour ce sixième album du duo de Detroit."
Lee, le 20/07/2007
( mots)

Joyeux anniversaire The White Stripes ! Car en 2007, Jack et Meg White fêtent leur dix ans de carrière musicale au service du rock, réactualisant sans cesse blues et country laissés, depuis belle lurette, sur le banc de touche. Jouant, au début, pour le plaisir, dans quelques bars de Detroit, les deux âmes soeurs ont accompli plusieurs miracles qui font, aujourd'hui d'eux, un des groupes les plus excitants de cette dernière décennie. En effet, au prix d'un rythme de travail effréné (six albums enregistrés dont un avec The Raconteurs ainsi que de nombreuses productions), Jack White a marqué l'histoire de la culture rock. Tout juste exilé à Nashville en compagnie de sa femme et de sa fille, il retrouve un bohneur mérité après des frictions et des reproches injustes accumulés dans sa ville natale.
Belle année donc, pour sortir un sixième album appelé Icky Thump.


D'emblée, le single (du même nom) chauffe intensément les oreilles. Synthé personnellement trafiqué, guitare acidulée, chant rentre-dedans, batterie au tempo juste: les ingrédients du duo mixte sont, de nouveau, de sortie, après l'escapade osée et originale qu'élançait Get Behind Me Satan. Trop souvent décrédibilisé face au blues-rock gras et authentique de The Black Keys , les riffs de cette chanson remettent les pendules à l'heure chez toutes les mauvaises langues.
En plus, la guitare (en particulier l'Airline Montgomery) retrouve sa place de corps principal dans les compositions. Celles-ci n'ont en rien perdu de leurs charmes minimalistes, ni de leurs terrifiants accords, percuteurs de cerveaux ramolis.

Mais, comme un paradoxe qui déroge à la règle, de nouveaux instruments s'immiscent au milieu de l'album donnant un caractère singulier à cet effort. La trompette, par exemple, que l'on entend dans le surpuissant "Conquest", reproduit efficacement ce succès des années 50. Moins surprenant mais tout aussi pertinent, la cornemuse reproduit une ambiance celtique sur "Prickly Thorn, But Sweetly Worn" et prend des allures de détracteur sonore sur les textes parlées par Meg dans le brouillard de "St. Andrew (This Battle is in the Air)". Autre instrument très utilisé: l'orgue Hammond. L'importance de cet apport est considérable car il fait largement oublié le piano qui prenait une place estimée dans le son des White Stripes.

Ainsi, Avec ses variations orgue-guitare, "I'm a Martyr For My Love For You" est la chanson la plus élaborée de Icky Thump, une ballade élégante et émouvante. "Rag and Bone", où l'on assiste à de drôles d'échanges vocaux entre Jack et Meg avant chaque couplet, sonne comme les prémices du groupe. Par contre, sur la version vinyle de l'album il n'y a que Jack qui s'autorise des délires . Mais l'atmosphère de "Little Cream Soda" n'a jamais été aussi sombre surtout lorsque Jack chante d'une rapidité déconcertante sous des notes façonnées à la Cramps. Enfin, "Catch Hell Blues" où Jack utilise sa Kay Hollow-Body recouverte de papier kraft, avec une intro inspirée du free-style live de "Death Letter", retranscrit le son blues électrifié du duo comme jamais il ne l'avait été en studio depuis cette énorme rerprise de Son House.

Donc, après dix ans d'activité, The White Stripes garde une direction artistique propre et délicate qui fera plaisir tant aux fans de la première heure qu'aux récents adeptes des bandes blanches. Sans être le meilleur album du groupe, Icky Thump possède des chansons que vous fredonnerez sans difficulté après quelques écoutes et qui resteront longtemps dans votre mémoire rouge, blanche et noire.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The White Stripes


Elephant


Critique d'album

The White Stripes


De Stijl


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également