↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Tool


Lateralus


(19/05/2001 - Zoo Records - Metal progressif - Genre : Hard / Métal)
Produit par David Bottrill, Tool

1- The Grudge / 2- Eon Blue Apocalypse / 3- The Patient / 4- Mantra / 5- Schism / 6- Parabol / 7- Parabola / 8- Ticks & Leaches / 9- Lateralus / 10- Disposition / 11- Reflection / 12- Triad / 13- Faap De Oiad
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (100 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"La clé de voûte transcendantale du quartet américain."
Geoffroy, le 19/08/2010
( mots)

"We’ll ride the spiral to the end and may just go where no one’s been"… Cette phrase, point d’orgue de "Lateralis", est certainement la maxime qui résumerait le mieux la musique de Tool. Une spirale hypnotique, brisant les frontières tout en conservant un charme prophétique et divin. Un hommage passionnel à tous les sens fondu dans une œuvre complexe mais accessible, dans la profondeur d’un mysticisme saturé repoussant les limites de la composition et de la compréhension jusqu’à se transcender et se libérer, équilibrer le corps, l'âme et l‘esprit.

"Praying open my third eye" hurlait Maynard James Keenan dans les derniers instants de Aenima. Il lui aura fallu cinq années pour y parvenir, remontant le flux des émotions, se débarrassant de son  cocon moite pour atteindre l’envol au fil d’un album à la richesse incommensurable qui ne peut être écouté avec distraction. Lateralus est un bonheur égoïste, un moment de grâce qui ne se partage pas et puise sa force dans les sentiments qu’il fait naitre en soi, créant un cycle infini emprunt de puissance, de fragilité, de passion et d’abandon. Plus qu’une ode à la vie, il est l’essence de la vie dans la contemplation de ce qui la compose, se nourrit de tout sentiment qu'il soit sombre ou lumineux, utilisant la colère comme un vecteur de positivité.

Rarement une musique n’avait touché de si près à la synesthésie, évoquant autant de sons que de visions, encens et textures dans des structures à couper le souffle et une atmosphère spirituelle tellement intense qu'elle en dépasse la notion humaine. Entre une guitare à l’inventivité aussi poussée que son minimalisme, une basse qui se libère totalement des carcans rythmiques pour se concentrer sur la mélodie, une batterie foudroyante de technique et de symétrie et la luxuriance d’un chant incantatoire, suave et envoutant, capable de faire surgir la vérité des recoins les plus cachés de l’âme, Tool ne se pliera jamais à aucune étiquette réductrice, explorant autant de facettes de l’être qu'il existe d‘harmonies et de dissonances.

Lateralus est l’expression ultime d’une philosophie qui ne mentira jamais son propos, soutenue par une idée de l’esthétisme complète et fascinante. L’intelligence artistique atteignant son paroxysme mais toujours en constante évolution. Avec cet album, Tool révolutionne la musique saturée en lui conférant un degré de spiritualité jamais atteint ; une pièce maitresse de cette dernière décennie.

Note de 4.5/5 pour cet album
"Rencontre du cinquième opus du groupe hors du commun Tool, inclassable..."
Toutoun, le 04/06/2003

Tool est de retour… Après de trop longues années, les anges du darkmetal sont revenus au sein d'une spirale psychédélique : "Lateralus". Attendu au tournant d'un "Aenima" gargantuesque. Mais après ces années d'errance, les fruits de l'attente n'ont pu germer qu'en raisins de la colère dans la tête de l'étrange James Maynard Keenan (chant). Cependant, au cours du side-project A Perfect Circle (superbe d'ailleurs !), Tool s'est métamorphosé et cette évolution n'a pu mettre au monde qu'une œuvre magique : "Lateralus" n'est qu'un miracle inconscient du métal. La finesse des arrangements alliée à la complexité et la retenue des compositions (8 minutes en moyenne sans vous parler des plages de transitions) rend magnificence à l'univers oscillant entre apaisements et auto-persécutions qui entoure le groupe. Extrêmement sombre (et même légérement groovy pour "Schism" !), ambiant, rageur et asujeti aux hallucinations ("The Grudge") mais aussi subtil grâce aux montées en puissance pressurisées de "Disposition". Sans oublier non plus que tout cela ne serait rien sans la magnifique voix naturelle de Keenan : intime, rauque et désespérée. Mais il est impossible de séparer ce disque piste par piste car elles font toutes partie d'une seule et même composition. Changer de chansons au cours de l'écoute de "Lateralus" reviendrait à faire couler un bain sans se plonger dans son eau brûlante, ou bien ne lire que la première et la dernière page d'une œuvre de Dan Simmons. Chaotique et racé. Sombre et torturé. Calme et riffé. Cérébral mais physique. Personne ne sort indemne du voyage à bord de "Lateralus" et chacun en garde sa propre vision, son propre souvenir : sombre ou glauque, calme mais oppressant. Par moment avant-gardiste, la musique de Tool est profondément hors-jeu de tout ce qui se fait en ce moment. "Lateralus" : pièce maîtresse révolutionnaire d'un quator totalement hors-catégorie. Exceptionnel.

Commentaires
Diego.., le 15/08/2016 à 00:43
Je ne suis pas vraiment partisan des formules parfois verbeuses... Quelqu'un peut m'expliquer ce que signifie " Clé de voûte transcendantale " ?.....
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Tool


Fear Inoculum


Critique d'album

Tool


10,000 Days


Album de la semaine
À lire également