↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

Paulette Pub Rock


Auteur: Syned Tonetta


Editeur: Camion Blanc


Date de sortie 22 Aout 2019


Préface de Christian Décamps du groupe Ange.

"L'histoire d'une des plus singulière salle de concert de France."
Rudy, le 13/11/2019
( mots)

Le pub rock communément appelé "Chez Paulette", est ancré depuis près d'un centenaire à Pagney-derrière-Barine, un village de 600 âmes niché au coeur des vignes du « Gris de Toul ». Le livre que lui consacre Syned Tonetta (un gars du cru) nous ramène aux évènements et décisions qui ont transformé ce « bistrot de campagne en temple de la musique rock ».

L’auteur (qui trouve sa légitimité dans son implication dans les associations Rocka Rolla puis Sherry Kolla, qui, dans les années 80 et 90, font venir bon nombre de groupes étrangers chez Paulette) commence par nous narrer la naissance de ce lieu, dans un village qui verra défiler Tourtel ou Louis Pasteur, les militaires basés à Toul, puis les allemands pendant l’occupation, alors que le lieu servait à la résistance (et notamment Régina Kricq, donnant son nom à la rue du café).

Mais il serait dommage de « sauter » cette partie pour aller directement vers la partie musicale, tant la description de ces temps révolus est bien rendue, notamment grâce aux souvenirs de jeunesse, plein d’humour, de Paulette (entre ses coups de pelle au père bourré et les frasques de sa mère, la première tenancière et ses parties claques avec une voisine envahissante…), et de beaucoup d’autres intervenants.

Puis la naissance du bal champêtre, avec ce que ça impliquait de loubards et de répliques à la Tontons Flingueurs, dans les années 60 et 70, nous amène à la musique. Les acteurs et les témoins de l’époque se souviennent, et l’on se délecte de ces anecdotes d’une époque révolue (les bals, les bastons, la communication laborieuse, Paulette qui lave les longues chevelures de musiciens venus jouer direct après le boulot, le gosse du bassiste qu’il faut garder, un manager en slip dans la cuisine, HF Thiefaine en spectateur, le groupe Storm en résidence avant de'être sur scène pendant le drame du 5-7…).

L’ouvrage aborde tous les aspects de la vie d’un tel pub, mentionnant moult détails de changement de matériel ou l’implication de spectateurs devenus acteurs, mais la rigolade n’est jamais loin, avec des phrases telles que : « Je piquais le haut de pyjama chinois de ma sœur en guise de chemise; personne ne s’en apercevait » )

Le long de la lecture, agrémentée de photos pertinentes, nous lisons d’innombrables anecdotes sur, pêle-mêle: Les Dogs, Manu Chao avec Kingsnakes, The Fleshtones, Lyres, Elliott Murphy, Flamin’ Groovies, Barrence Whitfield and the Savages, Primal Scream, Calvin Russell, Fuzztones, Noel Gallagher (en roadie), Patrice Carmouze, Buzzcocks, Canned Heat, Alvin Lee, Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka, Dick Rivers, Sinclair, Angra, Popa Chubby, Louis Bertignac, Cannibal Corpse, Didier Super, Johnny Winter, Aurélie Filipetti, No one is Innocent, Le Bal des enragés, Bruce Bayley, Fish, Sepultura, Lords of Altamont, Queensryhce, Nashville Pussy, le régional de l’étape CharElie Couture… Et une centaine de pages proposent les témoignages d’employés, de clients ou d’artistes tels Didier Wampas, Manou (Elmer Food Beat), Kmar (No One is Innocent) etc…

Enfin la totalité des dates de concerts est répertoriée de manière chronologique à la fin de bouquin parmi lesquelles on retrouve les passages de Paul Personne, Laurent Voulzy, Daniel Balavoine (tous les trois alors dans des groupes), Primal Scream, Buzzcocks, Canned Heat, Pigalle, Keziah Jones, PKS, Burning Heads, Toots & The Maytals, Tété, Rebel Assholes, Assdeath, Black Bomb A, Aqme, Nashville Pussy, Bukowski, Napalm Death, Elmer Food Beat, Moonspell, Cannibal Corpse, Triggerfinger etc ce qui en fait aussi une anthologie. Et une bonne.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également