↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Blonde Redhead


Date : 26/05/2004
Salle : La Cigale (Paris)
Première partie :
Tonio, le 01/06/2004
( mots)
Après être tombé sous le charme de l'album Misery is a butterfly, je ne pouvais qu'être excité de les retrouver en live à la Cigale... Avant toute chose, petit tour du quartier, du côté de Pigalle, on prend un pot à côté de la salle de concert, tranquille. Ah mais tiens, y'a Manu Chao qui rentre, on continue à discuter normal, c'est ça Paris aussi ! Les stars au milieu de la population. Ah tiens, maintenant c'est Blonde Redhead carrément qui se ballade dans la rue ! Bon, après toutes ces "émotions", il était temps d'aller voir ces derniers en live. Petit rappel : Formé par deux jumeaux italiens, Amedeo (guitare, chant) et Simone Pace(batterie), et une chanteuse d'origine japonaise, Kazu Makino, Blonde Redhead est déjà pourtant ce que l'on pourrait appeler un "vieux" groupe. Ils ont sorti en tout six albums, existent depuis plus de 10 ans et ont été "parrainés" par Sonic Youth à leurs débuts. Je ne parlerai pas de la première partie, je suis encore arrivé trop tard pour en profiter, j'ai juste entendu le dernier morceau, rien d'exceptionnel. Enfin bon, je ne suis pas venu pour ça, c'est bientôt l'heure du concert, et chose rare pour être remarqué, c'est directement les 3 musiciens de Blonde Redhead qui installent leur propre matos. Personnellement, j'avais encore jamais vu ça en live pour un groupe professionnel. En ce qui concerne la configuration musicale du groupe, elle suit la mouvance actuelle de ces groupes new-yorkais, c'est à dire une configuration assez simpliste avec très peu d'instruments. En l'occurrence, on retrouve un des frères à la batterie, l'autre à la guitare/chant et enfin Kazu Makino au synthé/guitare/chant. Et ouais, pas de basse ! mais durant le live, ce manque n'a pas été trop gênant car les nombreux effets faits par les guitaristes ont fait oublier ce manque sonore. Les lumières s'éteignent... le concert commence. Et direct, le groupe commence par le titre phare du dernier album "Falling Man" et comme de par hasard, c'est aussi ma chanson préférée... cela ne pouvait pas mieux commencer. J'avoue, je ne connais ce groupe que depuis quelques mois et j'étais persuadé que tout le chant était assuré par Kazu Makino, la seule fille du groupe... et là c'est le choc : c'est souvent le guitariste qui s'en charge. Néanmoins, elle chante sur la plupart des titres mais avec une voix beaucoup plus pure que son comparse, qui lui est à la limite de la cassure. C'est ce qui fait le charme de cette voix mais je pense que beaucoup n'apprécieront pas ce style. Ainsi le concert se poursuit, ils font pratiquement tout leur dernier album, très mélancolique, avec aussi de nombreuses chansons de leurs précédents albums et là, leur son rock-noisy prend toute son ampleur. De longues montées en puissance de riffs, les deux guitaristes se faisant face, toujours plus rapide, toujours plus fort, c'est trop trop bon... et ça ravit les fans de la première heure et fait découvrir un son beaucoup plus électrique aux novices de ce groupe. Kazu Makino a un style très particulier : elle porte une robe jaune limite transparente (à cause des projecteurs peut-être ?) et des bottines, et se lâche littéralement sur scène. Des petits sauts partout, elle prend la cravate de l'autre guitariste pendant que celui-ci joue... eh oh du calme Kazu... Toutes les chansons sont interprétées avec brio, le tout s'enchaîne sans problème, on passe de chansons calmes a des chansons énervées, le public suit, le jeu de lumière aussi, les deux guitaristes s'amusent, bref... excellent live. J'attends avec impatience leurs prochains albums car j'ai l'impression que ce groupe va commencer à se faire connaître et qu'il n'est pas non plus près de s'arrêter.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également