↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Metronomy


Date : 25/05/2011
Salle : Le Grand Mix (Tourcoing)
Première partie : Django Django
Caroline BT, le 06/06/2011
( mots)
Ce mercredi 25 mai 2011, nous retrouvons le groupe électro pop Metronomy au Grand Mix. Après un passage qui n'avait pas convaincu il y a un peu plus de deux ans, les britanniques reviennent avec leur nouvel album. The English Riviera est un des plus beaux disques du printemps, qui nous fera patienter d'ici l'été et ses festivals. Projet du producteur remixeur Joseph Mount depuis 1999, Metronomy connait un succès plus large à partir de 2008 pour la sortie du deuxième album Nights out (label Because). Dans la lignée des Hot Chip, LCD Soundsystem ou autres phénomènes hype de l'époque, il n'était pas évident de parier sur une évolution positive de ces britanniques. N'en déplaisent à leurs détracteurs, The English Riviera est réussi et la prestation live du quatuor des plus efficaces. Pourtant, la formation aurait pu souffrir du départ du claviériste et bassiste Gabriel Stebbing. Mais finalement Metronomy bénéficie de l'arrivée de deux nouveaux membres, dont Anna Prior à la batterie, ce qui leur confère un talent scénique évident.
 
La première partie est plutôt réussie avec la formation Django Django dont les membres sont vêtus de tee-shirts blancs avec soit des rayures, des losanges, des ronds ou encore des formes de labyrinthes. Ils semblent sortir tout droit d’un clip de Jean-Baptiste Mondino ou de l’émission Grafitti 80. Django Django n'est pas un groupe africain, mais bien une formation électro pop anglaise. Django Dans le sillon de la tête d'affiche, certains morceaux évoquent le dernier opus de Yelle ("Safari disco club"), ou encore MGMT. Grosse caisse saccadée et voix en chœur, la musique de Django Django est synonyme de simplicité et de joie. Après avoir enchanté le public du Grand Mix avec leur tube "Storm", le quatuor termine par le single "Wor (War)". "You've been very good, it's our last song" dit le leader de Django Django, dans un Grand Mix plein à craquer, avant que les bruits de sirène précédant tout bombardement se fassent entendre. Les guitares des britanniques grondent et résonnent une dernière fois avant de laisser la place à Metronomy.
 
Pendant la pause c'est !!! (Chk Chk Chk) avec "The Hammer" qui prend le relais et qui fait monter la température au sein de la salle tourquennoise. Metronomy s'installe enfin, micros, claviers, basse installés et batterie ornée d'un cocotier, de la mer et de la plage en rappel de la pochette de l'album The English Riviera. Sur des cris de mouettes, les britanniques démarrent en douceur avec "We broke free" (second morceau de The English Riviera). Le titre de l’album évoque une sorte de "Los Angeles anglais", selon Joseph Mount. Le moins qu'on puisse dire c'est que les anglais se sont bonifiés avec le temps et savent nous transporter dans une sorte d’époque rétro et pourtant tout à fait dans l'air du temps. En effet, le quatuor de Brighton a su instaurer un son qui lui est propre, addictif et singulier. Les anglais ont gardé leurs fameuses veilleuses rondes qu’ils allument et éteignent au gré de leurs titres. Ils continuent avec "Love underlined". A la fin de cette seconde chanson, Joseph nous gratifie d'un "Merci ! Bonsoir, ça va ?", "It's nice to be back with you ! " Metronomy enchaine avec "Back on the motorway", extrait de Nights out (2008). On reste décontenancé par l'introduction de ce morceau où un vieux clavier émet des fausses notes. Oscar Cash saisit l'occasion de rejouer son solo final à la trompette électrique, accompagné par la basse de Obenga Adelekan. La déferlante 80's continue avec "Holiday", ses claviers vintage, ses voix aigües et voix de fausset déformées. Un titre obsédant, qui par ailleurs, fut choisi par Karl Lagerfeld pour son défilé printemps été 2009. Metronomy
 
Avant le démarrage du cinquième titre "She wants", une des pépites de The English Riviera, Joseph remercie la foule avec un "Thank you very much everyone ! Lights down please". Régulièrement ovationné, Metronomy a fédéré un public aux rangs serrés. La foule se balance tout de même, sans excès c'est vrai, mais ne s'endort pas. Puis, c'est la basse façon Cure qui démarre, pour "Heartbreaker". Force est de constater que les morceaux de Nights out, pourtant tellement 80's ont malgré tout bien vieilli et sont devenus des classiques. Obenga Adelekan donne le rythme aux spectateurs en battant des mains, répétant à l'infini "Heartbreaker", accompagné par l'étrange flute électrique d’Oscar. Metronomy enchaine avec "The Bay", prolonge le morceau, acclamé, sur lequel on retrouve la présence plus imposante de la guitare électrique. Retour à l'essence de Metronomy avec "You could easily have me", le passage instrumental y est saturé par les claviers et la batterie. Le rythme s'est accéléré et continue avec le titre "My heart rate rapid". Même si ces sonorités presque désaccordées et ces voix déraillées peuvent irriter, impossible de résister à l'ambiance sur scène ! On déteste et on vénère à la fois ce morceau. La salle ne s'y trompe pas ; suit le rythme et les chœurs. S’en suit "Corinne" extrait du nouvel album, mais qui est emblématique de Metronomy : petits sons de l'espace et claviers concurrençant les meilleures musiques de jeux vidéos eighties. Avant le onzième titre, Joseph remarque notre présence sur le côté et demande si des gens sont revenus suite à leur premier show dans ces murs. Pourtant muni d'un seau de glace rempli de bouteilles de bière, le groupe commence à fatiguer.
 
Après le titre "What do I do know", avec une longue intro au clavier et une voix au voice encodeur, Joseph s’essaye gentiment au français : "If I say Tourcoing (Tooocoin), is it alright ?", sans grand succès auprès du public. Metronomy joue enfin leur tube "A Thing for me", pendant lequel la foule bouge gentiment. Ils enchainent avec brio sur The Look", la pop song de l'été 2011. Puis, c'est le dernier morceau "On dancefloors". Ils quittent la scène dans une chaleurMetronomy suffocante, non sans avoir encore parlé de Tourcoing et de son joli parc dans lequel ils ont joué avant le concert et où la belle Anna s’est fait draguer ! Avec son nouveau line-up, la batterie irréprochable d’Anna Prior et une basse carrée, Joseph Mount a prouvé que le groupe a atteint sa maturité scénique. Metronomy a réussi ce soir là une pop musique orchestrée et mélodique, à laquelle se sont ajoutés naturellement leurs sonorités électroniques habituelles.
 
Les britanniques reviennent pour le lent "Some written" : le dernier morceau de The English Riviera. Mais la fatigue se fait sentir, et après avoir présenté la batteuse, on constate que c'est un peu mou pour un rappel. Mais Joseph continue les présentations, "On the keyboard, on the bass guitare …" Heureusement, un regain d'énergie anime tout un chacun au moment de "Radio Ladio" : osmose parfaite entre Metronomy et le public. Ils terminent avec "Night intro", puis font un dernier petit au revoir avec leur lampe derrière la toile tendue au fond de la scène. Ce fut un concert vivant et attachant, sans prétention, qui nous rappelle que Metronomy a encore une belle tournée estivale devant eux, qui se terminera par un Olympia le 10 novembre 2011.

 
 
Photos de Metronomy le 25 mai 2011 au Grand Mix de Tourcoing

Setlist de Metronomy le 25 mai 2001 au Grand Mix de Tourcoing

1 We broke free
2 Love underlined
3 Back on the motorway
4 Holiday
5 She wants
6 Heart breaker
7 The bay
8 You could easily have me
9 My heart rate rapid
10 Corinne
11 What do I do now ?
12 Thing for me
13 The look
14 On dancefloors

Rappel 1

1 Some written
2 Radio Ladio

Rappel 2

1 Night intro
2 Side 2 ?
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également