↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Guns N' Roses


Date : 20/06/2006
Salle : Palais Omnisports de Bercy (Paris)
Première partie : Bullet For My Valentine, Avenged Sevenfold
Lulu, le 26/06/2006
( mots)
Il aura fallu attendre treize ans, treize longues années pour revoir Guns n' Roses en concert en France. Ils ont choisi Paris Bercy pour reprendre contact avec un public venu étonnamment nombreux, hanté par les souvenirs de ce groupe mythique du début des années 90. A la vue du nombre de t-shirts vendus cette soirée là, l'engouement et l'excitation paraissaient ne jamais avoir quitté les fans qui pouvaient enfin découvrir le nouveau visage des Gunners. Mais avant cela, il aura fallu supporter trente cinq minutes d'un concert criard, bruitiste et sans grand intérêt de Bullet for My Valentine. Tout hurlement en avant, les jeunes gallois n'avaient envie de faire aucune concession. Influencés par les premiers Metallica pour la musique et par les premiers Sepultura pour le chant, leur musique sans grande originalité a bien du mal à être supportable pendant ce court laps de temps. Ce n'est pas d'eux que viendra le prochain slow de l'été, ça c'est sûr. Peu de temps après, Avenged Sevenfold monte sur scène. Techniquement bien supérieur au groupe précédent, on reste quand même dans le bon gros métal qui tache. La scène semble un peu étroite pour eux mais ils profitent d'un répertoire assez diversifié pour retenir l'attention d'un public bon esprit qui les applaudit. Un chanteur body-buildé à la voix puissante, aidé par deux guitaristes précis et d'un bon niveau technique. La reprise de Pantera a fait son petit effet. Bref, quarante minutes agréables qui méritent une écoute plus attentive de leur album pour ceux qui aiment la musique musclée. Plus d'une heure d'attente, à écouter des standards de Hard Rock et des sifflets de plus en plus grandissants au début de chaque nouvelle chanson. Et soudain, les lumières s'éteignent, 18000 personnes hurlent et se mettent debout, la première note de "Welcome To The Jungle" retentit, le groupe apparait sur scène et toute la salle explose. Axl lance son cultissime "You know where you are ? you're in the jungle baby. You're gonna diiiie". Le public est en transe, tout le monde chante pendant un début de concert tonitruant. "Welcome To The Jungle" passe à merveille. "It's So Easy" & "Mr. Brownstone" enfoncent le clou. "Live And Let Die" retrouve une seconde jeunesse, poussé par des effets pyrotechniques impressionnants. Un solo affreux de Robin Finck (le nouveau guitariste solo censé remplacer Slash) mais l'introduction de "Sweet Child O' Mine" fait l'effet d'une bombe. "Madagascar" est la première nouvelle chanson depuis de nombreuses années et elle passe à merveille. Elle est excellente et j'ai hate de pouvoir l'écouter sur le nouvel album Chinese Democracy censé sortir en Septembre aux dernières nouvelles. Le sublime "You Could Be Mine" relance la machine à 100 à l'heure et le longuet "Knockin' On Heaven's Door", porté à bout de bras par Axl, passe bien malgré tout. Cette première partie de concert est inoubliable et fait taire tous les sceptiques. Malheureusement, l'intensité baisse de plusieurs crans quand Guns N' Roses décide de se lancer dans une deuxième partie de concert plus calme, ponctuée de solos interminables. Le Jam qui est repris plusieurs fois et qui est censé combler les trous entre chaque solo ou pendant la préparation du piano n'est pas d'un grand intérêt. Le solo de Dizzy (seul rescapé de Guns N' Roses deuxième formule) qui reprend Ziggy Stardust de Bowie reste agréable sans plus. "The Blues" n'a pas autant d'impact que "Madagascar". On a le droit à deux chansons exclusivement jouées à la guitare : "Beautiful" de Christina Aguilera et "Don't Cry" et elles sont pénibles à écouter. Même "Out Ta Get Me" a du mal à réveiller un public un peu tombé en écoute passive. Heureusement, "November Rain" vient mettre un terme de fort belle manière à cette seconde partie qui fait renaitre les démons des concerts fleuves de la fin de la tournée "Use Your Illusion" de 92-93. La troisième partie sera à la hauteur de la première. "My Michelle" est splendide. Izzy Stradlin', premier guitariste rythmique de Gn'R, monte sur scène et le public l'accueille comme il le mérite. Tout ce petit monde se lance dans un petit aparté semi-acoustique composé de "Used To Love Her" et "Patience". "Nightrain" est magique. "Paradise City", jouée en rappel, explose les derniers tympans encore en vie. Le public en redemande mais ce sera tout pour ce soir. Si beaucoup de nostalgie entourait ce concert, force est de constater qu'il y a quand même un petit arrière gout de déception. Cela ne vient absolument pas d'Axl qui a été absolument splendide du début à la fin. Sa voix a une force incroyable. Il reste toujours aussi imprévisible et a presque autant la bougeotte qu'au début. La déception vient du trop grand nombre de solos qui viennent plomber l'ambiance. Robin Finck ne m'a pas convaincu du tout et Axl pourrait s'en passer facilement d'autant plus que prendre seulement deux guitaristes me parait plus que suffisant. Prendre deux hommes au clavier semble être du luxe loin d'être indispensable. Axl et ses potes (car c'est ainsi qu'il faut le voir maintenant, que cela nous plaise ou pas) ont quand même offert un grand moment de Rock digne de ce nom pendant 2h30. Il ne reste plus qu'à découvrir les nouvelles chansons sur disque très bientôt, elles étaient très prometteuses (sauf IRS qui ne m'a pas convaincu du tout). Vivement cet automne. 01. Intro 02. Welcome To The Jungle 03. It's So Easy 04. Mr. Brownstone 05. Live And Let Die 06. Robin Finck Solo 07. Sweet Child O'Mine 08. Madagascar 09. You Could Be Mine 10. Knockin' On Heavens Door 11. Jam / Dizzy Solo (Ziggy Stardust) 12. The Blues 13. Band Introduction 14. Richard And Robin Solo (Beautiful) 15. Out Ta Get Me 16. Ron Solo (Don't Cry) 17. Better 18. November Rain 19. IRS 20. My Michelle 21. Used To Love Her (avec Izzy Stradlin) 22. Patience (avec Izzy Stradlin) 23. Nightrain (avec Izzy Stradlin) 24. Chinese Democracy 25. Robin Finck Solo 26. Paradise City (avec Izzy Stradlin)
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également