↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

No-Man : l'autre groupe de Steven Wilson


"Depuis quelques années, le nom de Steven Wilson, auquel on rapproche assez facilement celui de Porcupine Tree, commence à sortir d'un anonymat auquel il semblait pourtant désespérément condamné. Le succès de son groupe de rock progressif, auquel il prête ses talents d'auteur-compositeur-chanteur-multiinstrumentiste mais également de producteur, n'est bien sûr pas étranger à l'intérêt de plus en plus important porté à sa personne. Il est indéniable que le succès de Fear Of A Blank Planet, dernier album en date de PT, album qui a tout de même réussi à atteindre la 59ième place des charts américains - un record pour un album dit de "rock progressif contemporain", a largement contribué à cette notoriété naissante. Ce que l'on sait moins, c'est que Porcupine Tree ne représente qu'une petite partie émergée de l'iceberg représenté par la carrière musicale de Wilson. L'homme a participé, et participe d'ailleurs toujours, à de nombreux projets musicaux parallèles tous plus différents les uns que les autres. Citons principalement Blackfield (en duo avec le chanteur israélien Aviv Geffen), IEM et Bass Communion, sans compter les multiples collaborations et productions diverses auxquelles il prête régulièrement ses talents. Parmi tous ces projets, le premier groupe professionnel à avoir pris son envol n'est autre que No-Man, fondé en 1986 et fruit d'une collaboration et d'une amitié de longue date avec le chanteur et compositeur anglais Tim Bowness. Après plus de 20 ans de carrière et 5 longues années d'absence musicale, le duo refait surface en cet an de grâce 2008 avec la sortie d'un sixième album très attendu, Schoolyard Ghosts. L'occasion rêvée de faire le point sur un side-project méconnu mais diablement intéressant de ce véritable touche-à-tout de la musique qu'est Steven Wilson. "
Nicolas, le 15/05/2008
Depuis quelques années, le nom de Steven Wilson, auquel on rapproche assez facilement celui de Porcupine Tree, commence à sortir d'un anonymat auquel il semblait pourtant désespérément condamné. Le succès de son groupe de rock progressif, auquel il prête ses talents d'auteur-compositeur-chanteur-multiinstrumentiste mais également de producteur, n'est bien sûr pas étranger à l'intérêt de plus en plus important porté à sa personne. Il est indéniable que le succès de Fear Of A Blank Planet, dernier album en date de PT, album qui a tout de même réussi à atteindre la 59ième place des charts américains - un record pour un album dit de "rock progressif contemporain", a largement contribué à cette notoriété naissante. Ce que l'on sait moins, c'est que Porcupine Tree ne représente qu'une petite partie émergée de l'iceberg représenté par la carrière musicale de Wilson. L'homme a participé, et participe d'ailleurs toujours, à de nombreux projets musicaux parallèles tous plus différents les uns que les autres. Citons principalement Blackfield (en duo avec le chanteur israélien Aviv Geffen), IEM et Bass Communion, sans compter les multiples collaborations et productions diverses auxquelles il prête régulièrement ses talents. Parmi tous ces projets, le premier groupe professionnel à avoir pris son envol n'est autre que No-Man, fondé en 1986 et fruit d'une collaboration et d'une amitié de longue date avec le chanteur et compositeur anglais Tim Bowness. Après plus de 20 ans de carrière et 5 longues années d'absence musicale, le duo refait surface en cet an de grâce 2008 avec la sortie d'un sixième album très attendu, Schoolyard Ghosts. L'occasion rêvée de faire le point sur un side-project méconnu mais diablement intéressant de ce véritable touche-à-tout de la musique qu'est Steven Wilson.
En savoir plus sur No-Man
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également
Compte-rendu de concert