↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Cast


Com.Unión


(01/06/2007 - Musea - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par Cast

1- Orogus / 2- Al Bello / 3- Fatasmas y Demonios / 4- Elfonia / 5- Sensación Arabe / 6- Damajuana II / 7- Donde se visten las serpientes / 8- El Cojin Verde / 9- Cosas Simples / 10- Hogar dulce Hogar / 11- Lobos / 12- Io
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"De l'excellent rock progressif mexicain, chanté en espagnol, et marqué par des influences multiples. "
François, le 10/02/2020
( mots)

Comme le souligne Anderton, le rock progressif est avant tout une histoire européenne : son éclosion est centrée sur cet espace (au-delà du Royaume-Uni), et son essor dans d’autres contrées est bien ultérieur. Ainsi, la scène américaine des 1970’s est assez réduite relativement à la place du pays dans l’univers rock. Mais nous sommes aujourd’hui bien loin de la naissance de ce mouvement, et des ramifications se sont développées un peu partout, notamment en Amérique latine. A côté d’Anima Mundi à Cuba, nous trouvons Cast au Mexique. 


Le groupe a une discographie impressionnante et une capacité de production hors-norme : près d’un album par an, parfois plus, et des opus toujours très copieux. Cela vient du fait qu’il existe depuis la fin des années 1970, mais qu’il n’a pu s’enregistrer que bien plus tard (1994, Landing in a Serious Mind). Ainsi, Com.Unión, sorti en 2007, est leur quatorzième album. 


Cast propose une musique symphonique variée et complexe, où les claviers de Vidales, leur leader, ont une place importante, de même que la guitare, jouée avec virtuosité par Claudio Cordero. Ce dernier est un shredder très mélodique, qui parvient à s’approprier de nombreux univers, du flamenco au Metal progressif. En effet, Cast est difficilement classable dans une école progressive spécifique, puisqu’il emprunte, au sein d’un même morceau, toutes les routes qui lui sont ouvertes. Les amateurs des grands noms des années 1970, comme ceux qui cherchent un propos plus moderne (dans les claviers ou dans l’excès de saturation) trouveront leur compte sans problème. "Orogus", instrumental ouvrant l’album, témoigne de l’esthétique du groupe entre jazz, symphonique, metal, folk … Un concentré de musiques diverses en seulement quatre minutes. Cet art de l’effusion et du contraste se retrouve dans l’obscur et doux "El Cojin Verde". 


Si les mélodies sont très travaillées, afin de simplifier l’entrée en matière, Cast n’hésite pas à être expérimental. "Fantasmas y Demonios" est ainsi sous perfusion crimsonienne, heurté et violent. C’est aussi les moments plus jazzy, renforcés par la présence du saxophone : "Cosas Simples" est dans cet ordre-là, quand dialoguent saxophone et piano avec grâce. On peut citer également l’efficace "Al Bello". 


Si les groupes progressifs de pays latins ont souvent mis en avant leur langue, Cast privilégiait l’anglais avec un sympathique accent mexicain. C’est un tournant dans la carrière du groupe par le choix de l’espagnol comme langue chantée. Quelques caractéristiques latino-américaines, notamment sur "Damajuana II", côté rythme, mettent en avant leur nationalité originale dans le monde progressif. 


A ces tentations identitaires répond la communion proposée par un cosmopolitisme musical. Ainsi, "Sensación Arabe" nous entraîne dans des rythmes et mélodies orientalisantes, quand le superbe "Elfonia" est tout à fait celtisant. De nombreux musiciens invités apparaissent et apportent leurs instruments originaux, de la flûte à la cornemuse, afin de donner une dimension plus naturelle à leurs pérégrinations stylistiques. 


Bien sûr, en 70 minutes, la pertinence n’est pas toujours là, et l’inspiration peut varier d’intensité, sans jamais décevoir. Mais nous trouverons quelques bizarreries en fin d’album comme le sautillant "Hogar Dulce Hogar" ou encore "Io", un peu jazzy, qui part dans tous les sens. Rien de rédhibitoire, mais des longueurs ("Donde se Visten las Serpientes") qui peuvent exiger une endurance de la part de l’auditeur. Il n’en reste pas moins que Com.Unión est un excellent album de plus à placer dans leur discographie. 


 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également