↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

DeWolff


Wolffpack


(05/02/2021 - Mascot Records - Blues rock psychédélique - Genre : Autres)
Produit par DeWolff

1- Yes You Do / 2- Treasure City Moon Child / 3- Do ME / 4- Sweet Loretta / 5- Half Of Your Love / 6- Lady J / 7- Roll Up The Rise / 8- Bona Fide / 9- R U My Savior? / 10- Hope Train
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Une envie de rock vintage au groove irrésistible ? Adhérez au Wolffpack!"
Franck, le 04/03/2021
( mots)

Voilà une sortie enthousiasmante ! Non pas que nous manquions de contenu sur le site (bien au contraire) mais tout simplement parce que le précédent album des Néerlandais de DeWolff sorti l’an dernier (Tascam Tapes) avait particulièrement emballé la rédaction avec son groove et son ambiance rétro. Pour rappel, le jeune trio s’était lancé dans le pari osé d’enregistrer un album sur la route avec le strict minimum (à savoir un enregistreur à cassettes Tascam) ; et il ne leur en a pas fallu plus pour se distinguer au milieu d’une rude concurrence. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que nous accueillons ce nouvel album intitulé Wolffpack. Album d’autant plus spécial que le groupe - toujours aussi imprévisible - a pu solliciter ses fans pour sélectionner les dix titres qui le composent. Les quelques chanceux ayant participé à la démarche se sont vu recevoir en exclusivité un pack limité contenant également les sept inédits non retenus pour la version officielle de l’album.


On s’en doutait déjà avec les premiers singles sortis il y a quelques mois : le trio continue sur sa lancée et confirme le virage pris avec Tascam Tapes. Ainsi, nous retrouvons ce rock vintage teinté de blues et de soul qui avait fait le charme de leur précédente réalisation, s’autorisant à nouveau quelques incursions vers le disco (à l’image de l’excellent single "Half of Your Love"). Délaissant petit à petit le rock psychédélique des débuts, DeWolff s’est depuis découvert un réel savoir-faire en termes de musiques immédiates aux mélodies imparables. Et sur cet aspect, Wolffpack s’avère particulièrement généreux, à tel point que cela semble trop facile pour ce groupe dont le talent n’est plus à prouver. Difficile en effet de ne pas succomber à ce nouveau cru démarrant sur les chapeaux de roues : tout d’abord avec le morceau "Yes You Do" offrant un refrain dansant accompagné d’une guitare rugissante, puis avec la rythmique blues et le groove irrésistible de "Treasure City Moonchild". Les Néerlandais nous servent leur menu quatre étoiles, en prenant soin à la variété de leur package. DeWolff a en effet plus d’un tour dans son sac et nous prend à contre-pied dès le langoureux "Do Me" à l’atmosphère intimiste, durant lequel Pablo van de Poel - accompagné au chant par l’artiste franco-canadien Theo Lawrence - nous sort le grand jeu pour une ballade particulièrement poignante, toute en légèreté.


Pour ce nouvel album, le groupe revient à une partie instrumentale beaucoup plus travaillée et nuancée, marquée notamment par le retour au premier plan de l’orgue Hammond - géré à la perfection par Robin Piso - conférant chaleur et dynamisme à la musique du trio. Finies les boîtes à rythme et autres percussions minimalistes, le batteur Luka van de Poel retrouve quant à lui toute la force de frappe de son instrument habituel. Wolffpack permet donc au groupe de continuer à explorer leur nouveau terrain de jeu, mais cette fois-ci libéré de toute contrainte technique. Ainsi le groupe en profite pour élargir son panel de sonorités, en intégrant notamment quelques passages de cuivres, comme sur le morceau "R U My Savior" dont les notes de trompettes rivalisent avec les envolées de l’orgue ; mais aussi en réalisant un efficace travail sur les chœurs, à l’image du titre "Sweet Loretta" dont la voix féminine se marie à merveille avec le chant suave et soul de Pablo van de Poel pour un refrain enivrant des plus réussis. En plus de Theo Lawrence, différents invités se joignent à la fête : le groupe Broken Brass, Bas van Holt (The Dawn Brothers), Arthur Akkermans (The Grand East), Judy Blank, et Ian Peres (ancien membre de Wolfmother).


La deuxième partie de l’album, marquée par le morceau "Lady J", revient à des sonorités beaucoup plus rock - ce qui devrait rassurer les fans de la première heure - avec une rythmique endiablée, des guitares débridées, et autres solos inspirés. Il sera d’ailleurs difficile d’éviter les affiliations avec les Black Keys à l’écoute du morceau "Bona Fide", offrant un blues rock brut au son rugueux et aux distorsions poussées à leur maximum. Et c’est justement là que ce nouvel album peut rapidement montrer ses limites. Malgré ses qualités, une sensation de déjà-vu persiste tout au long du disque, que ce soient à travers les sonorités 70’s chères au groupe, mais aussi du côté des mélodies qui gagnent en efficacité ce qu’elles perdent en originalité.  


DeWolff maintien son rythme effréné avec un neuvième album paru en un peu plus de douze ans d’activité. Tout ça alors que certains des membres n’ont même pas passé la trentaine… Difficile d’être plus prolifique ! La formation néerlandaise se pose désormais comme une valeur sûre de la scène rock internationale, et Wolffpack s’avère être une franche réussite, notamment grâce à ses titres imparables et son mélange des genres (et des époques) particulièrement savoureux. Il est clair que les trois hommes ont de réelles facilités, à tel point que cela peut paraître déconcertant par moment. Et malgré le plaisir indéniable procuré par l’écoute de leur musique, on est en droit d’en attendre plus de la part du jeune groupe, qui, il faut bien l’avouer n’a pas encore livré un album de référence. En attendant, aucun doute que ce disque fait partie des belles sorties de ce début d’année, que nous vous conseillons vivement.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !