↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Dionysos


La Mécanique du Coeur


(11/12/2007 - Barclay - Rock Surréaliste - Genre : Rock)
Produit par

1- Le jour le plus froid du monde / 2- La berceuse Hip-Hop du docteur Madeleine / 3- When The Saints Go Marchin' In / 4- Flamme à lunettes / 5- Symphonie pour horloge cassée / 6- Cunnilingus mon amour ! / 7- Thème de Joe / 8- L'école de Joe / 9- L'homme sans trucage / 10- La panique mécanique / 11- King Of The Ghost Train / 12- Mademoiselle clé / 13- Candy Lady / 14- Le retour de Joe / 15- Death Song / 16- Tais-toi mon coeur / 17- Whatever The Weather / 18- Epilogue
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (20 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Après Monsters in Love, Dionysos sort la très attendue Mécanique du Coeur."
Laura, le 09/07/2008
( mots)

Le vaisseau Dionysos, avec pour capitaine l’énergique Mathias Malzieu, n’a jamais cessé de nous emmener dans des contrées lointaines, peuplées de personnages féeriques en tous genres, et tout ça par la simple force de la musique. Avec La Mécanique du Cœur, Malzieu rajoute une nouvelle dimension à son univers : un livre, portant le même nom que l’album. Et comment parler de cet album sans évoquer le roman ? Composés en même temps, le livre et l’album racontent l’histoire de Jack, dont le cœur a été remplacé par une horloge. Ainsi rafistolé, Jack doit faire attention à ses sentiments, et surtout à l’amour, ou son cœur pourrait bien se détraquer.

Choisis avec soin, les invités de cet album sont nombreux et représentent chacun un des personnages du livre. Ainsi, Malzieu est Jack, Emily Loizeau sa mère adoptive, et Jean Rochefort est Georges Meliès. On retrouve également Arthur H, Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Alain Bashung, Rossy de Palma et Eric Cantona. Une belle brochette d’artistes confirmés pour cet album concept. Babet, alors en plein enregistrement de son nouvel album, délaisse son violon et n’apparaît que sur la piste "Cunnilingus mon amour" dans le rôle d’une prostituée.

La Mécanique du Cœur s’ouvre sur "Le Jour le plus Froid du Monde", dont l’instrumentale rappelle aussitôt le style de Danny Elfman, fidèle compositeur des films de Burton. Les premiers sons que nous entendons sont ceux du coucou d’une horloge. Apparaissant tout le long de l’album, des sons d’horloge ont en effet été enregistrés chez un véritable horloger.

Au fil des pistes, l’histoire se développe. Certains personnages nous quittent, et d’autres apparaissent. Ainsi, après la ballade hip hop de Malzieu de Loizeau, on enchaîne avec un duo avec Arthur H puis avec Olivia Ruiz, et c’est autant de décors que l’on quitte et que l’on retrouve. "Flamme à Lunettes", ballade mélancolique dépouillée, est une magnifique ode à l’amour et au rêve qui se dilue dans la haine sur "Symphonie pour Horloge cassée". La suite de l’album oscille entre mésaventures et bonheurs pour Jack. Alors que les chansons avec Grand Corps Malade sont sombres, presque funèbres, celles avec Olivia Ruiz (en français, anglais ou espagnol) ont des goûts d’Andalousie et de baisers sucrés. L’une des pistes les plus intéressantes est selon moi "L’Homme sans Trucages", aux accents de western spaghetti et d’aventure, dans laquelle l’humain sans trucage Jean Rochefort marie sa voix avec celle de Malzieu. Un cocktail surprenant et totalement convaincant : il n’y a qu’à écouter Rochefort hurler "Andalousia !" pour être gagné par l’enthousiasme.

L’album se clôture sur un "Epilogue", tout comme dans le livre. Eric Cantona, qui raconte cet épilogue plus qu’il ne le chante, termine en prévenant : "Giant Jack is on your back now", puis laisse la place à une touchante ballade de Mathias avec pour simple accompagnement un piano.

La Mécanique du Cœur est donc un vrai conte narré avec les instruments de Dionysos, un conte pour adultes, un de ceux qui ne finissent pas toujours bien… Pleine d’inspirations burtoniennes, d’horloges bruyantes, de références passées (Miss Accacia, Jack, etc) et d’invités différents et touchants, La Mécanique du Cœur est une merveille. Et on en attendait pas moins de Dionysos, après Monsters in Love. A savourer avec le livre pour en explorer tous les recoins.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Dionysos


Monsters in love


Critique d'album

Dionysos


Western Sous La Neige


Album de la semaine
À lire également