↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Lucifer


Lucifer III


(20/03/2020 - Century Media - Heavy Doom - Genre : Hard / Métal)
Produit par

Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Nouvelle sortie ésotérique et hard-rock pour un très bon opus revival "
François, le 21/01/2021
( mots)

2020 a été une année scandinave – pour ce qui est du rock – et particulièrement suédoise : Night et Dead Lord sont au sommet de leur art, Hallas tient toutes ses promesses avec son nouvel opus, les Flower Kings vivent une nouvelle dynamique, certes sans surprendre artistiquement parlant, Blues Pills est enfin revenu dans les bacs après la perte de son guitariste. Bref, dans tous les domaines mais particulièrement au sein de la scène revival, la Suède s’affirme comme the place to rock


Et en parlant de Blues Pills, une autre formation menée par une chanteuse charismatique a proposé un troisième volet cette année : Lucifer. Plus ancré dans un hard-rock légèrement ésotérique que dans les méandres soul et psychédéliques des pilules bleues, le groupe n’est pas vraiment né de la dernière pluie puisque Nicke Andersson est aux commandes : ce fut le leader des Hellacopters qui avaient enflammé le monde du rock du milieu des années 1990 au milieu des années 2000. Un savoir-faire qui permet d'affirmer que depuis deux albums, Lucifer s’impose comme une référence du rock revival, avec une réelle reconnaissance internationale, et que l’ange déchu est loin d’avoir dit son dernier mot. 


Les guitares sont lourdes mais toujours contrebalancées par le chant parfaitement adapté Johanna Sadonis. La combinaison évoque particulièrement Coven, pour les connaisseurs, surtout si on y ajoute l’esprit ésotérique de l’ensemble. C’est un hard-rock sabbathien évidemment (nous parlons évidemment de la lourdeur générale mais également des thématiques morbides) comme en témoigne  le très bon "Coffin Fever", qui se permet même une seconde partie plus énervée (on pense à Satan, avec le chorus orientalisant). Une fougue puisée dans les 1970’s et 1980’s, avec des riffs et des mélodies très inspirées, qui vous feront vibrer sur le pêchu "Lucifer" au refrain emphatique, ou vous apporterons un plein d’énergie par le swing de "Flanked by Snakes" (du refrain au riff de cavaliers en passant par le chorus efficace et les chœurs).  


Loin d’être monolithiques, les morceaux sont variés, entre eux et en leur sein. On retrouve ainsi un arpège à la mode de Scorpions et la froideur de Portishead de "Leather Demon", ou un pont qui évoque là encore certaines mélopées de la grande époque de la bande d’Ozzy. De son côté, le conclusif "Cemetery Eyes" possède un je-ne-sais-quoi d’épique (les guitares sûrement) qui permet de fermer l’opus sur une impression très positive.  


Le pinacle de l’album est vite atteint avec "Midnight Phantom". Il s’ouvre sur un riff très lourd que n’aurait pas renié Rob Zombie, d’autant plus que la dynamique générale typé 1970’s et très dansante (frappement de main, riff chaloupé, refrain marquant) ainsi que l’ambiance parfois énigmatique (cloches, chant éthéré ou souffle mystérieux, final avec claviers, notes de guitare trainantes) rejoignent l’univers du cinéaste et pourraient accompagner les meilleurs films du réalisateur américain. Il suit "Ghost", excellente mise en bouche illustrant avec panache le style du groupe. 


Lucifer maintient droit le cap et développe cette esthétique qui lui est propre, se démarquant au sein d’une scène revival suédoise très riche. Ont-ils besoin de surprendre (ce qu’ils ne font pas vraiment par rapport aux albums précédents) une fois parvenus à un équilibre maîtrisé et fertile ? Une question qui, selon nous, ne se pose pas encore pour l’instant, tant Lucifer III se compose de tubes addictifs et que la recette est excellente. 


A écouter : "Midnight Phantom", "Leather Demon", "Coffin Fever"

Si vous aimez Lucifer III, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Oct. 2021
29
Sortie d'album

Lucifer


Lucifer IV


Studio
Critique d'album

Lucifer


Lucifer II


Critique d'album

Lucifer


Lucifer I


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également