↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Queens of the Stone Age


In Times New Roman...


(15/06/2023 - Matador - Stoner rock - Genre : Rock)
Produit par Queens of The Stone Age

1- Obscenery / 2- Paper Machete / 3- Negative Space / 4- Time & Place / 5- Made to Parade / 6- Carnavoyeur / 7- What The Peephole Say / 8- Sicily / 9- Emotion Sickness / 10- Straight Jacket Fitting
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (33 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.0/5 pour cet album
"The Lost Art of Being Bored (Shitless)"
Nicolas, le 06/09/2023
( mots)

On en parle, du dernier Queens of the Stone Age ?

À l’origine, l’idée de pouvoir donner un avis sur l’un des skeuds de la bande à Josh Homme avait pour moi quelque chose de réellement réjouissant, ne serait-ce qu’en raison de la stature du groupe, de son aura, de son importance considérable dans le monde du rock. Jusqu’à présent, tous les albums des QOTSA avaient été traités sur Albumrock par Maxime, tant et si bien qu’un autre son de cloche ne s’était jamais fait entendre. Le hasard voudra malheureusement que la nouvelle cloche retentisse pour le plus mauvais disque du groupe, et ce d’assez loin. Avant d’aller plus loin, il conviendra donc de dresser le rapport que le chroniqueur entretient avec Josh Homme et sa clique, un rapport de sympathie mêlé d’agacement, sympathie (sans excès) pour l’œuvre de Homme, agacement (sans excès non plus) pour l’homme Homme.

L’œuvre elle-même ne souffrait jusqu’ici pas vraiment la critique. Sans être un fan transi, on pouvait reconnaître au grand rouquin, à défaut d’un talent de songwriter fabuleux (on y reviendra), à tout le moins une façon de faire singulière, une volonté de rechercher le truc qui chamboule une mélodie, un don (indéniable) dans la maîtrise des dissonances et des arrangements atypiques, une réelle science du psychédélisme hallucinogène, que ce soit par le biais de ses fameuses structures rythmiques lourdes obnubilantes ou ses textures soyeuses évoquant les trip plus ou moins bad sous substances, mais aussi la qualité de savoir bien s’entourer et se reposer sur les talents qu’il réussit à aimanter (Desert Sessions, Mark Lanegan, Dave Grohl, and so on). L’œuvre elle-même force le respect, que ce soit chez Kyuss ou les QOTSA. Des disques comme Rated R et Songs for the Deaf, il y en a qui tueraient père et mère pour pouvoir les réaliser. Comme ça, c’est dit.

Mais force est de constater que le déclin entrevu à l’issue du disque écarlate à la fourche se fait de plus en plus criant. S’il est idiot d’attendre à tout crin d’un groupe de conserver la fraîcheur de sa jeunesse, on ne saurait passer outre un manque d’inspiration que le grand Homme avait jusqu’à peu réussi à dissimuler derrière un gros travail d’arrangements et de production, avec en point d’orgue le complexissime Era Vulgaris (dernier disque réellement digne d’intérêt des Queens du point de vue de votre serviteur) qui en aura laissé plus d’un sur le carreau tellement ses bizarreries confinent à l’hermétisme. Mais, et c’est là l’élément crucial, il y avait encore sur Era Vulgaris des saillies d’écriture saisissantes, en particulier le fabuleux “Make It With Chu”, qui nous faisaient dire que les QOTSA étaient davantage que de bons ouvrageurs de guitares heavy. Mais l’écriture n’a ensuite cessé de décroître en qualité pour en arriver au résultat que l’on sait, In Times New Roman..., un disque totalement vide de chansons au sens propre du terme.

Et puis il y a Josh Homme lui-même qui, de plus en plus, se met en avant pour vendre ses émoluments, lui qui auparavant savait justement se cacher derrière ses invités et partenaires. Exit les Desert Sessions, exit les collaborations en tous genres, les associations avec le meilleur batteur en activité dans la sphère rock (Dave Grohl), l’un des meilleurs chanteurs alors en activité dans la sphère rock (Mark Lanegan, paix à son âme), l’un des bassistes les plus déjantés et atypiques qui soit (Nick Oliveri), on en passe et des meilleur(e)s. Une grande partie de ce qui faisait le sel des Queens a fini par doucement s’évaporer tandis que l’Elvis rouquin (qui n’est plus si rouquin que ça d’ailleurs) n’en finit plus de s’étaler sur ses difficultés existentielles à grands renforts d’interviews émotives. Il est un fait que Josh en a bavé ces dernières années : santé (cancer), famille (divorce tumultueux), amis (décès en tous genres), tout est méchamment parti en couille. Mais si l’égo reste nécessaire pour aller de l’avant, encore faudrait-il veiller à ce qu’il ne soit pas trop envahissant. Or quand Homme a convoqué ses amis pour la dernière fois, c’était pour leur offrir des seconds rôles de façade au point qu’on ne parvenait même pas à déceler leurs contributions dans le prétentieux …Like Clockwork qui, déjà, empilait des titres plus inintéressants les uns que les autres. Un petit mieux a pu être décelé lors d’un Vilains pas si vilain que certains voudraient nous le faire croire, eut égard justement à quelques titres, quelques mélodies plutôt réussis. Las, il n’y a plus rien à se mettre sous la dent dans In Times New Roman..., quand bien même Josh Homme nous le vend comme le meilleur disque des Queens of the Stone Age, carrément.

Résumons : deux titres nous avaient été proposés en teasing de ce huitième disque studio, “Paper Machete” et “Emotion Sickness”. Déjà, on demeurait sceptique tant ces morceaux pouvaient au mieux être qualifiés de “sympathiques” sans réellement parvenir à susciter la moindre once d’enthousiasme. Un riff carnassier pour le premier - et Homme en a déjà pondu de biens meilleurs -, une ambiance bien fichue pour le second - mais même remarque. Le problème, c’est qu’il n’y a rien d’autre dans ce disque, aucun titre marquant, aucune mélodie qui reste en tête, aucune idée saisissante, rien. Ce qui prédomine, c’est l’ennui. Ennui en première écoute, ennui en seconde écoute, ennui en dixième écoute, pas de progression dans ce sentiment de marasme et de vacuité. Sur le papier, c’est-à-dire intellectuellement parlant, ça devrait fonctionner, tous les éléments sont là, il y a ce son fuligineux à nul autre pareil (malgré une production pas folichonne et un son de batterie horrible), de la technique, de la personnalité, du travail que l’on sent réel, mais il n’y a pas d’inspiration, pas de celle qui touche au cœur ni prend aux tripes. Déjà très cérébrale, de plus en plus au fil du temps d’ailleurs (en témoigne ces contractions débiles dans les titres de chanson, Obscenery, Carnavoyeur, Peephole, Sicily, etc), l’écriture de Josh Homme en est devenue tellement lointaine de son auditeur qu’elle ne parvient même plus à entrer en résonance avec lui - en tout cas avec moi. Tout sonne déjà entendu et rebattu mille fois avec tellement plus de réussite auparavant, comme par exemple ces décalages rythmiques de “Time & Place” nettement plus originaux et même mieux troussés sur “3’S & 7’S” (Era Vulgaris). Ailleurs ce sont les arrangements qui agacent, cf cette basse insupportable à force de redondance et de platitude sur “Negative Space” ou ces violons qu’on voudrait défoncer à coups de pieds tellement ils se montrent odieux de mièvrerie sur “Carnavoyeur”. Et tout est du même acabit : “What Peephole Say” commence bien avec ses déhanchements alertes mais plonge dans une coda basse du front gorgée de voix niaises au discours horripilant, un gâchis indescriptible. Ça se traîne, ça s’enlise (“Sicily” dont la matière s’étire de façon déraisonnable, ou “Straight Jacket Fitting”, interminable), mais le pire est atteint sur “Made To Parade”, tellement insupportable dans son pachydermisme benêt qu’on en vient à le zapper illico en passant au titre suivant. Soit dit en passant, c’est la première fois qu’un titre de QOTSA me fait cet effet-là.

Pas grand-chose à ajouter et pas grand-chose à sauver, donc, sur le dernier Queens of the Stone Age. Pire qu’un album simplement correct, on a ici droit à un album médiocre que ses rares points d’accroche, bien trop tempérés, ne parviennent pas à entraîner vers la réussite, et dès lors tous les tics scripturaux qui peuvent agacer chez Josh Homme finissent par transparaître de façon exacerbée, sa faiblesse mélodique, son déficit de matériel, ses gadgets de production, ses redites, son manque d’inspiration et de renouvellement. On se dit que c’est l’âge - pour Josh comme pour moi d’ailleurs -, qu’on se fait vieux et aigri, l’adage du “c’était quand-même mieux avant” sonnant curieusement plus volontiers chez les gâteux fermés à la nouveauté. N’empêche : allez donc faire un tour dans la disco passée de Homme et écoutez, au hasard, Lullabies to Paralyse, soit même pas l’un de ses disques références. OK, vous l’avez dans l’oreille ? Allez, repassez-vous In Times New Roman... Comme on dit, il n’y a pas photo. Et ça fait chier.

Avis de première écoute
Note de 3/5
Un peu ennuyé par le cas de ce nouvel album de Queens Of The Stone Age, définitivement plus intéressant que le bancal Villains, mais un peu trop sage et prévisible pour captiver sur la longueur. Structures redondantes, mixing pas toujours engageant (la batterie un peu trop en retrait, certaines séquences de guitare étouffées) mais tout de même des compositions aux atouts souvent assez subtils (“Sicily”, “Paper Machete”) et deux ultimes titres qui relèvent un peu la vigueur de l’ensemble. Beaucoup de sentiments contradictoires qui appellent alors à réitérer l’écoute avec un peu plus de recul.
Commentaires
Qotsa 1969, le 12/11/2023 à 15:04
Perso j'aime tout les albums des Qotsa. Il y a du bon et du moins bon sur chaque album. Je viens de les voir à Bercy et je me suis régalé. C'est définitivement mon groupe préféré.
MaximeLar, le 10/10/2023 à 15:53
Je trouve la chronique très sévère, certes il faudra laisser un peu de temps pour connaître la portée de ce disque, mais j'ai pour ma part été très séduit par cet album. Je fais partie de ceux qui pensaient le groupe morts et enterrés après un Villains catastrophique (en dehors du titre d'ouverture), et j'ai ravalé mon sifflet tant je trouve ce In Times New Roman solide, bardé de riffs mémorables (et qui rappellent par certains côtés l'aspect "groovy-robotique" d'Era Vulgaris). "Paper Machete" se présente comme un petit frère de Little Sister, là où des morceaux comme Sicily, Time & Place ou Made to Parade brillent par leur chaleur incandescente. Des morceaux qui en outre, font office de rouleaux-compresseurs sur scène.
Dun23, le 11/09/2023 à 18:07
Pas vraiment d'accord, je trouve ce disque réussi. Alors oui, c'est sur, attendre un SOTD 2 est à priori absurde, ça fait depuis presque 20 ans que c'est absurde par ailleurs. Mais je dois avouer trouver rafraichissant que tout le monde ne se prosterne pas devant cet album et le groupe (ou homme, effectivement) qui le porte. Et j'ai du mal pour ma part à trouver Era Vulgaris, à part sur le titre mentionné dans la chronique meilleur que ce qui est sorti depuis. Tout le contraire même.
NicolasAR, le 08/09/2023 à 09:28
Moi j'attends simplement de Homme qu'il nous ponde des chansons valables, des titres mémorables - qui restent en tête, dont on peut fredonner le riff ou la mélodie. Pour l'énergie il en est encore capable ("What Peephole Say" est bien relevé tout de même). Après ça fait belle lurette que j'ai tiré une croix sur un successeur à RR et SFTD, d'ailleurs je ne cherche même pas la comparaison dans cette chronique (je renvoie à Lullabies et à Era Vulgaris, déjà plus "matchables"). Mais même ça je crois qu'il va me falloir faire une croix dessus...
Dragovan, le 08/09/2023 à 08:52
En grand fan des QOTSA depuis leur début, c'est le même constat pour moi. Juste en désaccord sur Like Clockwork qui avait quelques titres bien sympas (Keep your Eyes, Fairweather friends, I appear missing). Sur ce dernier album, j'aime encore bien Negative Space et Time and Place avec sa rythmique décalée. Paper Machete s'écoute...pour le reste c'est vide et insipide. Je crois malheureusement que la plupart d'entre nous attendent des titres dans la veine de SFTD ou Rated R. Mais il faut faire une croix dessus. Josh a perdu le mojo pour des titres énervés et puissants.
afterthegoldsrush, le 24/08/2023 à 10:31
Ne sois pas trop dur Nicolas, c'est album n'est pas si mal (à mon humble avis - Paper Machete, Carnavoyeur par exemples), même s'il est vrai que ça ronronne un peu...C'est le problème des groupes cultes qui ont tutoyé les sommets, on est parfois trop exigeant...Pour ma part, je préfère voir le verre à moitié plein !
NicolasAR, le 22/08/2023 à 11:40
Et je te rejoins sur Era Vulgaris que j'aime beaucoup. C'est le dernier bon disque des QOTSA à mon sens.
NicolasAR, le 22/08/2023 à 11:04
D'accord avec toi Etienne. La critique va venir, c'est moi qui suis en charge. Mais cet album est une purge à écouter. Pas envie de me le coltiner pour le décortiquer. mais il va bien falloir car les QOTSA sont quand même incontournables quelque part - et leurs lives dantesques sont là pour le prouver. Bref, trouver un angle d'attaque, et go. On verra bien. Mais la note ne sera pas bonne, oh non.
Etienne, le 20/08/2023 à 21:30
Ennui ennui ennui... Bloqué à Era Vulgaris (que je défendrai bec et ongles jusque dans la tombe) pour ma part. Les compos sont relativement paresseuses, le son très moyen. Et pourtant on lit partout que le grand QOTSA énervé est de retour. Macache bono... Point cool, le disque est peu cher (10,99€, merci Matador). Bon par contre, j'ai regardé leur live à Fourvières (merci Arte Concert). Ca dépote sévère.
Eily, le 13/07/2023 à 21:42
Un album de QOTSA sortit depuis depuis 1 mois, et toujours pas de critique complète dessus ? C'est dire si elle est loin l'ère des grands albums de ce groupe qui produisit des merveilles...la vieillesse est un naufrage...
Maitre-Muqueux, le 22/06/2023 à 23:08
Un super groupe mais à la dérive depuis 18 ans dommage. Les queens c'est énorme jusqu'à leur premier échec Era vulgaris qui contient quand meme 2 bons titres. Puis après une longue attente viens like a clockwork, pas si mal mais surprenant et meilleur que le précédent. Puis arrive le naufrage : villains, un album snob et atroce à écouter meme pour un fan de longue date. Un disque tellement horrible qu'en 2023 on n'attend plus rien d'eux et on a raison : times new roman est un mix du plus mauvais de like a clockwork et villains, un son dégeux, un manque de rythme certains et surtout on s'emmerde. Triste d'en arriver la après avoir sortit un classique album comme song for the deaf ou rated R.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert