↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Russian Circles


Blood Year


(02/08/2019 - - Post-rock/metal - Genre : Rock)
Produit par

1- Hunter Moon / 2- Arluck / 3- Milano / 4- Kohokia / 5- Ghost On High / 6- Sinaia / 7- Quartered
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Le post-rock à l'état sauvage"
Guillaume, le 10/09/2019
( mots)

Revoilà Russian Circles, démontrant encore une fois sa ponctualité et sa régularité, trois ans après Guidance (2016 Sargent House) qui avait vu le trio de Chicago amorcer un virage vers le côté obscur du post-rock.


Ici on reprend les mêmes et on recommence, même line-up évidemment, même label et même équipe à la prod. Aux manettes Kurt Ballou, un type énervant de talent qui en plus de son job de guitariste dans Converge est un producteur prolifique qui compte entre autre Cave In, Kvelertak et Isis dans son tableau de chasse, trois des groupes les plus importants de la scène "post" américaine si on oublie Converge, alors qu’on ne devrait pas. Citons aussi Mutoid Man, Torche ou The Dillinger Escape Plan dans le CV du bonhomme pour bien comprendre ce qui nous attend en matière de son.


Depuis 2006 et leur premier album Enter (2006 Flameshovel Records), la bande des trois n’a fait que monter en puissance, aussi bien en terme d’audience que d’intensité musicale. Six disques, tous bons. D’abord étiquetés Post-Rock voire Math Rock, ils ont glissé lentement mais sûrement vers le Post-Metal mis en pratique depuis leur précédent album.


 Avec Blood Year (2019 Sargent House), le septième opus,  Russian Circles entend creuser le sillon entamé il y a trois ans, nous livrer un post-rock totalement instrumental, sombre et grondant dominé par une section rythmique des grands soirs et mise particulièrement à l’honneur dans le mix. Pour une fois, on ne pourra pas dire qu’un guitariste s’est taillé la part du lion, ici Mike Sullivan fait exactement l’inverse, quite à passer franchement en retrait comme sur "Sinaia".


Comme pour appuyer ce choix, et une fois passée "Hunter Moon" qui fait figure de prelude nous permettant de bien nous caler dans notre fauteuil avant de s’en prendre littéralement plein les oreilles, la batterie et la basse débarquent. Et les choses concrètes avec.


L’album atteint très rapidement une certaine vitesse de croisière avec vingt minutes tempétueuses, colériques grâce au trio "Arluck", "Milano" et "Kohokia". Encore une fois solide et créatif dans ses orchestrations, Dave Turnkrantz nous offre un véritable récital rythmique. Les tatillons trouveront que tout ça manque d’un peu de nuances et ils n’auront pas tout à fait tort. Gros son brut, patterns lourds très fidèlement soulignés par la basse de Brian Cook, rythmes tribaux, blast beats et même un petit peu de double pédale, tout se joue fort et sans fioriture. 


La guitare apparaîtrait presque comme le parent pauvre s’il n’y avait pas quelques moments de grâce, en général un par titre, et le très bienvenu interlude "Ghost On High" qui fait également office de longue introduction pour Sinaia. La six-cordes retrouve quelques couleurs au finish sur Quartered où Sullivan réussit enfin à percer le mur rythmique à coup de mélodies lancinantes. 


Russian Circles incarne donc plus que jamais le penchant sauvage du post-rock, aux frontières du metal, laissant la section rythmique aux commandes de l’ascenseur émotionnel. Et ça fonctionne. On en ressort soulevé, un peu bastonné, mais heureux.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Russian Circles


Memorial


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également