↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Soft Machine


Fifth


(00/07/1972 - CBS - Jazz Rock Psychédélique - Genre : Rock)
Produit par

1- All White / 2- Drop / 3- M C / 4- As If / 5- L B O / 6- Pigling Bland
Note de 2/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Sobre Machine"
François, le 02/04/2022
( mots)

Après avoir innové dans une pop-progressive aux accents jazzy et expérimentaux à la fin des 1960’s, puis avoir bousculé toutes les conventions avec Third, la Soft Machine s’enraye … Produisent-ils pour autant de mauvais album à partir de Fourth ? Difficile à dire, il est même possible qu’on puisse considérer qu’ils sont plutôt réussis voire à la limite du chef-d’œuvre, mais même ceux qui apprécient ces œuvres (jusqu’à Seven dirons-nous) ne peuvent pas ne pas déplorer le manque de créativité d’un combo qui produit un jazz, en partie rock mais parfois franchement expérimental, académique, sans grande originalité, sans la fougue qui faisait de Soft Machine ce qu’il était. 


C’est ainsi qu’avec la même régularité que celle marquant la parution annuelle des albums et le choix on ne peut plus sobre des titres, Fifth poursuit le chemin dessiné sur les sillons de son prédécesseur. Le départ de Robert Wyatt ne pouvait qu’entraîner la mise au ban de toute velléité pop-rock, donc progressive, déjà enclenchée sur Fourth - ce qui explique sûrement en partie cette désertion : Soft Machine devient un pur groupe de jazz, quand Wyatt laisse son penchant pop dominer ses futurs projets (notamment Matching Mole, la même année). 


On sera donc peu surpris à l’écoute d’un "Pingling Band", un bon titre jazz-rock tout de même très conventionnel, tout comme "M C", ou d’un "As If", long titre assez expérimental qui tire son intérêt dans le contraste entre la partie rythmique tamisée, régulière, et les chorus très abrupts. Néanmoins, dans le genre, ils proposent quelque chose de plutôt carré et satisfaisant auquel l’amateur peut se raccrocher sans peine. 


De plus, Soft Machine parvient encore à nous étonner et nous exalter. L’introduction au saxophone de "All White", aussi hurlante que tamisée, nous entraîne dans des ambiances incroyables, même si la suite du titre est d’un classicisme par trop convenu. "Drop", bruitiste et expérimental, joue sur le côté goutte d’eau et pluie de notes avec une certaine inventivité, et brille dans sa partie plus jazzy grâce au solo de Ratledge qui nous permet de goûter au son typique Soft Machine (et à certaines lignes mélodiques très canterburyennes). La conclusion, "Bone", spatiale et angoissante, est aussi remarquable. 


Fifth est finalement plus convaincant que Fourth pour deux raisons : d’une part parce qu’il assume pleinement son inclinaison jazz-rock et s’avère assez doué dans ce registre, d’autre part parce qu’il apporte des éléments plus surprenants par moment qui permettent de relever l’oreille. Il n’en demeure pas moins un album assez sobre et convenu, loin de la folie canterburyenne initiale. 


A écouter : "Drop", "All White", "Bone"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Soft Machine


Fourth


Critique d'album

Soft Machine


Third


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également