↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Tahiti 80


The Past, The Present And The Possible


(21/02/2011 - Human condition - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Defender / 2- Darlin’ (Adam and Eve song) / 3- Gate 33 / 4- Solitary bizness / 5- Want some / 6- Easy / 7- The past, the present and the possible / 8- Nightmares / 9- Rain steam and speed / 10- Crack up (Extended) / 11- 4am
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"L'Histoire de la pop racontée en un disque par les normands de Tahiti 80"
Geoffrey, le 10/05/2011
( mots)

À force de pleurer sur le sort des Tahiti 80 comme étant un groupe inconnu en France alors qu’ils vendent plus d’album au Japon que n’importe quelle star interplanétaire, le groupe rouennais finit enfin par sortir de l’ombre à domicile et amène avec lui dans ce nouvel album la lumière éclatante d’une musique pop sucrée, à l’image de cette pochette en forme de comics façon Roy Lichtenstein. Sans doute le groupe a-t-il l’ambition et la volonté avec The Past, the Present & the Possible de détrôner Phoenix en s’inscrivant enfin comme l’icône pop à la française sachant le mieux s’exporter, tout en jouissant d’une bonne notoriété en France.  

Et pourquoi pas ? À côté des versaillais, Tahiti 80 n’a pas à rougir de sa carrière, et encore moins de son nouvel album. Onze titres qui s’enchaînent selon un concept habilement décliné du titre de leur nouveau disque, balayant un large registre pop sur une quarantaine d’année. Les normands y démontrent un savoir-faire incroyable, dans un registre où la maîtrise semble pourtant facile et où ils sont déjà un bon nombre à se bousculer au panthéon du genre. Mais ici, on remarque rapidement que Tahiti 80 compose avec virtuosité. Malgré tout, on conserve quelques éléments qui ont fait le succès du groupe : toujours la même voix de fluet de Xavier Boyer, toujours les sonorités disco et un côté soul, pourtant bien moins présents que sur leurs précédents disques. Ils ont ainsi su marquer leur dernier opus d’une nouvelle facette électronique, jusque là davantage discrète. C’est la grosse nouveauté pour le groupe : des boites à rythme, des boucles synthétiques, parfois acides. C’est largement audible sur "Crack Up", un titre long aux accents new-yorkais qui fait planer le fantôme de LCD Soundsystem. La guitare est ainsi reléguée au rang de simple accompagnement, que l’on perçoit de temps en temps sous la forme d’une nappe atmosphérique. Ils exploitent aussi un certain schéma propre à la techno, à base de progressions et d’ajouts successifs. "Defender" se déploie ainsi doucement, tout en longueur, dans un rock-électro psychédélique teinté de seventies alors que "Gate 33" rappelle facilement du Madonna époque Ray of Light.

Le  mélange de disco et de funk-électro dont ils s’étaient fait une spécialité à une époque où on les comparait avec Justin Timberlake est donc laissé assez loin derrière le groupe. Tahiti 80 conserve en revanche cette légèreté presque festive qui renforce la position de The Past, the Present & the Possible comme un disque illustrant parfaitement l’idée de pop-culture, se rapprochant fortement d’une certaine hype flashy, fuie par certains, adorée par les autres. Finalement, on se retrouve très proche de ces frères ennemis constamment cités en association avec Tahiti 80. Ici, ils trouvent enfin le moyen de s’en défaire.
 
 

Si vous aimez The Past, The Present And The Possible, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également