↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Wytch Hazel


Prelude


(22/04/2016 - Bad Omen Records - Hard-Rock Revival / Heavy trad - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Freedom Battle / 2- Fight / 3- Mighty King / 4- More Than Conquerors / 5- Psalm / 6- Prelude / 7- He Shall Reign / 8- Dark Ages / 9- Wytch Hazel / 10- We Will Be Strong
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Les nouveaux bardes du hard-rock anglais inaugurent un revival surprenant. "
François, le 18/08/2020
( mots)

Si vous vous rendez dans les environs de Lancaster au Royaume-Uni, vous trouverez un paysage de prairies et de forêts vallonnées, et des reliefs qui signifient la proximité avec l’Ecosse. Dans ces bois, quatre troubadours vêtus de blanc et de cuir s’isolent pour retrouver les mélodies médiévales et les adapter à leurs instruments modernes. Un univers et des textes inspirés par les âges sombres, faits de rois et de chevaliers, d’armures et de fantasy. Ces ménestrels sont les membres d’un groupe fondé en 2011, Wytch Hazel. 


C’est vers d’autres âges qu’ils regardent lorsqu’il s’agit de proposer un hard-rock mélodique inventif. Amateurs des compositions de Wishbone Ash ou de Thin Lizzy et de la touche heavy des 1980’s, c’est le groupe que vous attendiez. Les duels de guitares pleuvent, les interventions multiples et mélodiques de la six-cordes envahissent les titres qui ont tous un côté hymne sans être dans l’emphase sur-jouée. "We Will Be Strong" vous donnera une idée de ce à quoi vous pouvez vous attendre avec cette formation : de nombreux plans, des riffs toujours maîtrisés, des fioritures exactement à leur place, des chorus collégiaux parfaitement exécutés. 


Pour cultiver cette ambiance médiévale, n’attendez pas des claviers symphoniques et emphatiques dont abusent certains groupes. C’est bien du hard-rock très fin mais organique qu’on vous sert ici. En effet, on peut faire de l’épique et du solennelle à l’aide d’une formation assez sobre ("He Shall Reign") du moment qu’on possède suffisamment de talent dans la composition et la capacité d'amener le chant choral dans les refrains.


Certains titres vont ainsi vous coller aux oreilles, peut-être même vous émouvoir, vous faire tomber en pamoison, et certainement vous donner envie d’accompagner le (très bon) chanteur dans sa déclamation. L’héroïque "Freedom Battle", le classique "Fight" qui multiplie les notes et les mélodies, le plus reposé "Mighty King" avec son introduction et son solo sur lesquels plane le jeu d’Andy Powell, et bien sûr le contrasté et belliqueux "More than Conquerors". Ce sont les quatre premiers titres qui viennent d’être évoqués, autant dire que Prelude s’ouvre sur une épopée musicale difficilement attaquable. Si après ça vous n’êtes pas convaincu …


Mais leurs pérégrinations vers les 1970’s et le Moyen-Age passent évidemment par des moments plus doux et folks. Cela apporte des respirations dans l’album, mais surtout, permet de les entendre dans un autre registre où ils brillent tout autant grâce à leur sensibilité, leur subtilité, et leur savoir-faire. Ce sont des pièces plutôt simples mais attachantes comme "Dark Ages" ou "Psalm" forte des interventions de guitare à la Wishbone Ash. A ce titre, ils partagent certaines sonorités avec Opeth (écoutez le splendide instrumental "Prelude") sans le côté progressif évidemment, dans le mariage des guitares acoustiques et électriques. Comme quoi, il y avait encore de nombreuses pistes ouvertes par les pionniers des 1970's qui n’avaient pas encore étaient complètement creusées. 


On parlera longtemps du premier album de Wytch Hazel, fait d’épées, de chevaliers, mais surtout de riffs d’orfèvres et de guitares endiablées, quand bien même ils n’ont pas (encore) l’écho mérité. Le rock a bel et bien un avenir, et il est porté par des groupes comme Wytch Hazel. Des groupes qui ont compris qu’il fallait ne rejeter aucun héritage mais ne jamais se contenter de faire une simple imitation des vieilles gloires du genre. Des groupes qui méritent d’être soutenus et de rencontrer leur public potentiel dans toute son étendue. Si ces lignes y parviennent ne serait-ce qu’une fois, elles n’auront pas été écrites en vain.  

Commentaires
Francois, le 27/08/2020 à 09:02
Merci beaucoup @launis60, j'aurai d'autres choses dans cet esprit à proposer sur le site dans les semaines à venir ... Du reste, le rock progressif n'enferme pas, il ouvre de trop nombreuses portes qui demandent du temps pour être toutes empruntées ;)
Launis60, le 26/08/2020 à 19:16
Merci pour cette (très) belle découverte, sur laquelle je n'aurais pas "jeter un cil", si l'évocation de Wishbone Ash n'avait pas attirer mon attention, trop enfermé dans mon RockProg que je suis !