↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Anneke van Giersbergen


Date : 22/04/2022
Salle : De Verlichte Geest (Roulers)
Première partie :

Un moment de grace en toute intimité

Maxime L, le 25/04/2022
( mots)

Si vous êtes un.e fidèle d’albumrock, alors vous n’êtes pas sans savoir qu’Anneke Van Giersbergen fait partie des chouchous de la rédaction. Bon, en réalité, d’une partie de l’équipe seulement. Bon, oui d’accord, pour être tout à fait transparent, juste moi en fait. Du coup, lorsque la chanteuse néerlandaise a annoncé cette tournée il y a quasiment un an, c’était inenvisageable de passer à côté, à plus forte raison compte tenu de la configuration de ces concerts : seule en scène, en acoustique.

Le rendez-vous était pris pour le 22 avril dernier, en Belgique, Flamande (cela à son importance), du côté de Roulers (Roselaere en VO) et dans la salle « De Verlichte Geer » ; salle qui tient davantage du café-concert intimiste que de l’arena rock, avec quelques rangées de chaises en plastique disposées au pied de la « scène », installant il faut bien le dire, une ambiance assez inhabituelle. L’endroit est encore très clairsemé lorsque débute la première partie, A Bundle of Djoy, trio (acoustique également pour l’occasion), manifestement régional de l’étape, et dont le folk introspectif et parfois un peu bancal ne nous laissera pas un souvenir impérissable, si ce n’est une audacieuse reprise de... Sober de Tool.

La salle s’est entre temps copieusement remplie, en rapport avec la capacité modeste du lieu, et nous sommes environ 150 personnes, de tous âges, vieux fans de The Gathering, familles ou habitué.es de la salle, lorsqu’entre sur scène, Anneke Van Giersbergen, lumineuse et tout sourire.
Et au-delà de sa musique, qui se prête si bien à cette configuration intimiste, c’est son côté solaire qui frappe en premier. Rayonnante, affable, plaisantant avec le public, Anneke est comme un poisson dans l’eau. L'audience est conquise dès les premiers mots, et dès les premières notes de “Beautiful One”, issu d’Agua de Annique (son premier projet post The Gathering). La belle batave enchaîne avec « Love You Like I Love You », issu de son dernier album, The Darkest Skies Are The Brightest. Un disque composé de façon acoustique, et qui est par conséquent taillé pour ce cadre, avec ce côté folk « feu de camp » : une artiste assise, des échanges, une guitare, une voix, et aucun autre artifice. Nous sommes en Belgique Flamande, et si Anneke est en territoire conquis, elle vient surtout en voisine. Et s’adressera donc en néerlandais entre les chansons, ce qui hélas, nous empêchera de saisir toutes les interactions avec le public.

Ceci étant, on comprend quelques anecdotes, et surtout Anneke fait preuve de beaucoup d’humour, de spontanéité et d’espièglerie, qui permet, outre l’envie de vouloir prendre des cours de batave sur le champ, d’être tout simplement conquis par le personnage (si ça n’était pas encore déjà le cas). Au niveau du répertoire choisi, ses bientôt 30 ans de carrière et ses multiples collaborations permettent de proposer un set varié (au moins au niveau des périodes), et si une grande place est attribuée à son dernier album (6 morceaux ce soir-là), nous aurons droit aussi à 2 morceaux de l’album “Drive”, une chanson du projet Ayreon, un titre de The Gathering, l’extraordinaire « Saturnine », sublimé ici (et avec une vraie clameur à l’annonce du morceau), et qui démontre si besoin en était, que vocalement, Anneke Van Giersbergen est une incroyable interprète, technique, sans jamais tomber dans la démonstration (l’écueil à éviter dans ce genre de prestation), sans mettre un seul petit bout de note un peu à côté ; et surtout en étant capable de transmettre une émotion quasi palpable dès les premières mesures.
Cerise(s) sur un gâteau déjà bien garni, son concert alterne compositions originales et reprises, de Kate Bush à Audioslave en passant par Pink Floyd ou son ami Devin Townsend.

En résumé, un vrai beau moment de musique, de douceur et de simplicité, encore plus mémorable dans ce genre de lieu, qui permet après le show, d’échanger quelques mots ; Anneke se prêtant au jeu des dédicaces et photos, avec un enthousiasme non feint.

 

Set List :

Beautiful One
Love you Like I Love You
Agape
Running Up That Hill ( A Deal With God), reprise de Kate Bush
My Mother Said
Losing You
Saturnine, reprise de The Gathering
Lo and Behold
Ih-Ah !, reprise de Devin Townsend
Wish You Were Here, reprise de Pink Floyd
Valley Of The Queens, reprise d’Ayreon
I Saw A Car
The Soul Knows
Mental Jungle
Like A Stone, reprise d’Audioslave
Hurricane
Weary

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également