↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Emir Kusturica and the No Smoking Orchestra


Date : 17/10/2004
Salle : L'Heure Bleue (Saint-Martin d'Hères)
Première partie :
Hélène, le 17/10/2004
( mots)
Numéro 1 de mon palmarès concertique, depuis les Vieilles Charrues 2001, Emir Kusturica and the no Smoking Orchestra, ça c'est de la putain de musique rock n' roll... Numéro 1 pour un tas de raisons, liées à la qualité musicale et scénique, mais aussi pour la sensation qu'avec cette musique, je pourrais me motiver à faire du sport. Alors forcément, cachée sous une excitation énorme, se trouve une petite appréhension: ce concert sera t-il à la hauteur? Donc, la salle, c'est l'Heure Bleue, dans l'agglo grenobloise (la 33, arrêt Chanas). La première partie, c'est Shâady; je ne peux rien en dire. Rien vraiment ? Bah non, désolée... Après un interlude musical, les lumières baissent sur un hymne... euh, solennel ? (prise en flagrant délit d'aculturation). Emir s'avance (merde, il n'a ni son chapeau ni son cigare, 1 point en moins). "Je suis Emir Kusturica et voici le No smoking orchestra". Et il retourne dans l'ombre, jouer son simple rôle de guitariste, tandis que déboule le chanteur Nenad Jankovic, héros dopé à la unza unza. Se suivent alors les morceaux extraits des films (excellents) Underground, Chat noir chat blanc, La vie est un miracle. Nenad roule des yeux, danse et bondit. Il danse même au milieu de nous (je l'ai touché ! nan c'est pas vrai)après un slam réussi. Pour ne pas être l'objet de tous les regards, il s'efface parfois au profit d'Emir, qu'il surnomme Jimi Hendrix; de Goran Popovi le tuba; du remplaçant à la batterie de Stribor, fils d'Emir (problème de poignet); ou encore de Dejan Sparalova, le violoniste. Arrêtons-nous un instant sur ce violoniste. Dans la musique slave, le violon est primordial, comme dans le punk guinguette du NoSmoking. Et ce bougre de Dejan est très fort. Il sait jouer avec le violon derrière le dos. Il peut coincer son archet entre le sol et son menton, et, tenant son instrument à 2 mains, continuer le morceau. Sur le même principe, l'archet, mesurant alors 6 mètres de long, est tenu à bout de bras par 2 spectatrices parmi les 10 montées sur scène à ce moment. Et le clou du spectacle, c'est le tour de magie. 2 musiciens tendent un drap noir sur scène, de façon à ne laisser apparaître que la tête de Dejan, et son violon derrière. Et tout en continuant à jouer, il en fait le tour réapparaissant habillé d'une façon différente à chaque fois. C'est donc en robe à fleurs qu'il finit le concert. Les chansons ce succèdent, ("Who killed the dj", "Pitbull Terrier", "Was Romeo Really A Jerk"...) le public perd des kilos de sueurs dans des danses tout en furie et euphorie... On regrette quand même "Ovo Je Muski Svet" de La vie est un miracle, enfin moi je regrette. Et puis, ça a été un peu court, il n'y a eu qu'un rappel. Ah, 2h15 quand même? Moui, bah possible, je comprends mieux mes courbatures. Une conclusion? Bah euh... à la hauteur d'un number one !
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également