↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

High Tone


Date : 18/10/2003
Salle : Summum (Grenoble)
Première partie : Ez3kiel, Improvisators Dub, Löbe Radiant System, Red Lion
Hélène, le 18/10/2003
( mots)
Toujours dans le cadre des Rocktambules, on retourne au Summum pour assister à un concert de High Tone. Cette fois-ci, on y va en voiture ! Cela va devenir une habitude, on arrive juste avant Improvisators Dub. Apparemment on a loupé deux groupes. Ce soir, je ne connais aucun groupe. Ah si, on a acheté le live d'High Tone le jour même. C'est donc sans excitation que j'arrive (vous savez la petite boule au ventre quand on va voir pour la première fois un groupe qu'on adore depuis des années) mais avec beaucoup de curiosité. Improvisators Dub commence... Sur scène ils sont plusieurs, combien exactement ? Je sais plus. Mais il y a Fransax, un genre de fakir occidental. Il est assis en tailleur sur le devant de la scène, et il joue du sitar. Enfin sur certains morceaux, car sur d'autres il est au saxo ou alors il produit des sons avec des coquillages blancs étranges de différentes tailles. Ça, c'est ce qu'on voyait des gradins (oui, on avoue on est restés assis, mais c'était bien), peut-être que de près les coquillages se révélaient être des instruments normaux. Le son est envoûtant, et les racines reggae bien présentes. Pendant la pause, des lumières bleues en provenance de la scène et de la bonne musique nous explosent yeux et oreilles. Le volume est plus fort que pendant le concert. Et puis c'est Ez3kiel. Leur intro est fabuleuse. Ils se sont glissés subrepticement sur la scène, et d'un coup ils font péter le son, la lumière et des vidéos sur deux écrans. C'est complètement magique. Alors on descend dans la fosse et on profite. Leur son est très émotionnel (sisi !), et leur prestation est un vrai spectacle multimédia au design soigné. Et puis, tout s'arrête, les trois musiciens partent, et sur les écrans, les images sont remplacées par un fond noir et un texte en blanc nous expliquant les menaces pesant sur le statut d'intermittent du spectacle. Au bout de quelques minutes, et sous les applaudissements du public Ez3kiel revient et fini son spectacle triomphalement. Enfin, après une pause identique à la précédente, High Tone arive et c'est du délire. Eux aussi ont un écran sur lequel sont projetées des images et des vidéos, mais l'effet est différent. Plus festif, plus roots. Le public est vite en transe, heureux d'être là. Malheureusement (pour vous pas pour moi) cet état second s'est également emparé de moi, et c'est les yeux fermés, à booster que j'ai passé la majeure partie de leur concert. Mon récit en pâtit un peu, mais ça montre combien c'était BON ce concert. Et puis, en partant, on apprend que le son entre les groupes (vous savez celui qui était hyper fort) et bien c'était Red Lion. Ah bon ? Tant pis, on a pas vraiment écouté.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également