↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Les Ogres de Barback


Date : 28/10/2003
Salle : Summum (Grenoble)
Première partie : Les Wriggles
Hélène, le 28/10/2003
( mots)
Ah les ogres ! Ça faisait longtemps que je rêvais de les voir. En plus, en première partie (mais tête d'affiche bis) c'est les wriggles, et ça aussi c'est chouette, surtout en concert il paraît. On va voir... On arrive assez tôt, mais il paraît qu'on a quand même loupé un groupe, dont je ne connais même pas le nom. Pas vu, pas pris... Tiens, la configuration de la salle a changé, une grosse partie des gradins sont supprimés. On discute le bout de gras avec des amis, on négocie le retour dans la voiture d'un pote d'un pote. Le chanteur des ogres est à 2 pas de nous, et curieusement personne ne s'active sur la scène. Et puis les lumières s'éteignent et les wriggles commencent. Cinq bonhommes rouges déboulent avec une guitare. Et c'est tout. Les wriggles, c'est super sympa à écouter, mais à voir, c'est géant. D'où je suis je vois tout (je fais 1m60, ça m'arrive rarement), et je suis morte de rire. Je ne connaissais qu'un album, et je suis agréablement surprise par tous les autres morceaux que je découvre. Les wriggles s'amusent, et modifient les paroles des chansons pour y placer de petits "Sarkozy, Raffarin" appropriés. Entre les morceaux, ils ne s'adressent pas au public, mais ils jouent de petits sketchs rigolos. En plus, ils sont très forts avec leur bouche, car outre la guitare, ils font beaucoup de bruitages pour composer la musique. C'était vraiment super, à part quelques personnes relativement bourrées derrière moi, et venues apparemment pour Les Ogres qui ont passé leur temps à siffler dans un instrument de supporters de foot. Pendant la pause, beaucoup plus d'activités sur la scène. Les ogres n'ont pas qu'une guitare mais des dizaines d'instruments. Et ça commence, je suis maintenant dans la fosse à danser avec tout le monde. Les Ogres De Barback sont magiques, 2 frères et 2 sœurs, charmants et talentueux. On les sent timides aussi, Fred le chanteur ne parle pas beaucoup entre les chansons. Tant mieux, place à la musique. Ils changent d'instruments régulièrement, accordéon, violoncelle, piano, flûte traversière, violon, guitare... Leur musique est festive et belle, avec des notes tziganes ou populaires, et leurs paroles sont toujours très poétiques. Et puis le chanteur demande s'il y a des enfants, il n'y en a pas. Alors il demande si on a apporté notre d'âme d'enfant. Oui, on l'a tous dans la poche, et il nous chante P'tit chat, venu tous droit de leur album pour enfants, avec Pierre Perret, Tryo etc. Pitt Ocha. Impossible de ne pas être émerveillé sur cette chanson. Et pendant celle-ci, la Fanfare Du Belgistan arrive, ils sont 6 avec des cuivres gros comme ça. Et ils resteront jusqu'à la fin du concert. Mais, la sono est mal réglée et au lieu de soutenir, d'embellir, d'enfestivitir le concert, le son devient confus et embrouillé. Même les musiciens ont l'air gênés. Et à la fin d'une chanson, une voix de femme enregistrée énonce des dizaines de métiers du spectacle, et continue en expliquant le mouvement des intermittents. Le concert reprend de plus belle et se termine par la reprise des béru "Salut à toi", énergique grâce à la fanfare et à la présence d'une guitare électrique. Concert grandiose, mais. Mais la sono était mal réglée. Mais le public était visiblement divisé entre ceux venus pour les Wriggles et ceux venus pour les Ogres. Ces différents points ont donné un bon concert, mais auquel il manquait une dose de magie, dommage pour les groupes et pour nous.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également