↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Interview Beat Torrent


Pierre, le 08/11/2010
Issus du crew C2C, quatre fois champion du monde de deejaying, Atom et Pfel roulent depuis 2008 en solo au sein de Beat Torrent. Leur créneau : remixer des classiques rock et hip-hop à la sauce électro. Combinant leur habileté à scratcher et leur sens de la basse tapageuse, les deux Nantais sillonnent la France pour livrer des prestations abrasives. A l’aube de la sortie de leur premier album et d’une nouvelle tournée, les deux DJs nous ont reçu le 22 octobre dans les locaux de l’EMB Sannois après une semaine de résidence. Avec leur franc parlé habituel, ils évoquent simplement l’étape du premier album et la mise en place de leur nouveau set.

Albumrock : Ce soir c’est le premier show de la tournée, comment le sentez-vous ? Pfel (platines) : Plutôt bien, ça fait une semaine qu’on bosse dessus. On a eu le temps de régler tous les petits détails, de peaufiner nos parties. Il y a pas mal de nouvelles choses, donc cette semaine de travail était nécessaire, mais a priori ça devrait bien se passer. Pour cette tournée, vous jouez surtout dans des salles, petites ou moyennes, ça change des festivals et des clubs. Adaptez-vous vos prestations selon l’endroit où vous jouez ? Atom (platines) : Pas spécialement. Ca dépend plus des horaires ou des types de public. C’est certain, on adaptera quelques parties du set, parce qu’il y a des choses qui marcheront moins à 3 h du mat en club. Mais, de manière générale, ça reste le même show. Vous préférez jouer devant une large audience en festival ou dans une salle avec une audience qui vous est acquise ? Atom : C’est plus l’horaire qui joue. Le plus chaud, par exemple, c’est de jouer à 21h devant un public d’inconnus. Ils ont du mal à rentrer dedans. Dans ce set, on a prévu de zapper telle ou telle partie suivant l’horaire auquel on joue. Vous ne vous lassez pas de jouer les compos des autres ? Pfel : Même si c’est des remix, il y a beaucoup de travail personnel. Retravailler des morceaux connus, ça prend du temps. Et puis, les instrus qu’on rajoute, elles sont à nous. Dans le nouveau set, on fait aussi trois ou quatre nouveaux morceaux issus de l’album, même si tout n’est pas jouable. Avec le temps, on viendra sûrement avec un vrai album de compos entièrement à nous. Pour l’instant on préfère garder ce côté mix. C’est aussi ça qu’on aime, ambiancer les gens avec des sons qu’ils connaissent. Atom : C’est notre force en live, le côté DJ. Même quand on aura des compos à nous on continuera à mixer les titres des autres. C’est ce qui nous caractérise. En ce moment le remix rock et le mash-up, ça marche beaucoup. On pense notamment à 2 Many DJ’s ou DJ Zebra. C’est quoi la touche Beat Torrent ? Atom : Le scratch, la vidéo. Il est vrai qu’on nous compare souvent à 2 Many DJ’s. Pourtant c’est pas ce qu’on écoute le plus. Je pense que ça reflète une vision commune du live. Quand tu as envie de faire un set qui "patate" avec des morceaux connus, forcément, il y a des similitudes. Vous ne jouez quasiment que des tubes. Vous ne recherchez pas le côté défricheur du DJ ? Atom : Notre truc à nous c’est d’axer nos sets sur les références. Quand le public reconnaît les morceaux originaux, il prend plus conscience du travail que tu as fait pour le transformer. Et on joue aussi du moins connu. Notamment sur l’album. Des groupes comme Waxdolls, Lexicon ou Silvouplay ne sont pas encore très connus en France. Notre but c’est avant tout de faire réagir les gens, que ça soit "patate". Le côté découvreur du DJ a beaucoup évolué depuis Internet et le MP3. Ca devient difficile d’arriver avec des titres vraiment inconnus. Je me souviens de l’époque où les DJ cachaient les pochettes des vinyles pour pas qu’on leur pique leur idées. C’est pas notre délire. Notre conception de la musique est plus grand public. Les titres que vous choisissez, vous les aimez ? Ou bien c’est plus une réflexion sur ce qui va marcher auprès du public ? Pfel : Tous les morceaux qu’on joue on les kiffe. Mais, on essaye aussi d’imaginer comment les gens vont réagir sur les morceaux, forcément. Dans la mesure où vos compositions s'articulent autour des morceaux connus, vous n’avez pas de problèmes avec les droits d’auteurs ? Pour les lives pas trop. Justement, là on remplissait la fiche Sacem où on marque tous les artistes qu’on va jouer pour qu'ils soient rémunérés. Pour le disque en revanche c’est autre chose. Par exemple sur l’album, ce ne sont quasiment que des gens qu’on connaît, sinon ça devient vite compliqué. Justement, ce premier album (sortie le 8 novembre, ndr), ça va donner quoi ? Pfel : Il ne comprend que des remix, conçus pour faire un vrai album. On a surtout travaillé avec des gens proche de nous, Hocus Pocus, Naive New Beaters, Beat Assaillant, Lexicon. C’est pas du très connu. Le travail sur les morceaux est plus personnel. C’est un disque hybride entre ce qu’on a pu faire et ce qu’on va faire dans le futur. D’ailleurs, c’est marqué sur le disque, From Deejaying To Production. C’est un pas vers la production. Le prochain disque, ce ne seront que nos morceaux. Tous les DJ font ça, c’est pas très original. A l’origine on devait faire un album de productions à nous, mais on n’était pas satisfait. On chante pas, on était vite limité. Et puis d’une certaine manière, ça nous laisse temps de grandir. Et qu’est-ce qui va différencier cet album des deux live set sortis en 2008 et 2009 ? Atom : Celui de 2008, c’est une mixtape que notre producteur a pris le risque de balancer sur Internet. Le 2009 ça reflète ce que l’on pouvait jouer, que des remix très rock. Là c’est plus un disque écoutable chez soi, il y a beaucoup plus de nuances par rapport au live super "patate". C’est ça la différence. Le premier album de Beat Torrent, c’est la fin du tant attendu premier album de C2C ? Pfel : Non, non, pas du tout. Il arrive l’année prochaine, on était enfermé tout septembre avec 20Syl et Greem (Hocus Pocus, Ndr). Il y a-t-il un remix que vous auriez voulu faire et dont vous n’avez pas les droits ? The Raconteurs, "Salute Your Solution". C’est un titre qui est un peu dans notre esprit. Malheureusement, on ne peut pas l’avoir. Tous les Queens Of The Stone Age, et compagnie, c’est pas gérable, ils sont trop gros. Atom : De toute façon pour les Raconteurs, on avait commencé à bosser dessus, mais c’était pas concluant. Il y a une question que l’on vous pose trop souvent ? A quand l’album de C2C ? La comparaison avec 2 Many DJ’s, Birdy Nam Nam revient souvent aussi. Si vous aviez le choix, avec quel groupe voudriez vous jouer ? Atom : Avec les Daft, ça serait cool. Pfel : Jimi Hendrix ! Ouais, la première partie de Jimi Hendrix, ça le ferait bien. Compte rendu du concert de Beat Torrent à Sannois http://www.myspace.com/beatorrent
En savoir plus sur Beat Torrent,
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également