↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Interview Paolo Nutini


Laura, le 15/07/2009
Nous sommes le 21 juin, c'est la fête de la musique, et j'ai rendez vous à Vincennes avec Paolo Nutini. Celui ci remplace la grosse tête d'affiche Peter Doherty, dans le cadre du festival Fnac. J'attends patiemment le jeune écossais dans sa superbe loge qui n'est rien d'autre qu'une salle du Chateau de Vincennes. Peintures anciennes, tableaux imposants, dorures et tout le reste, ça ne rigole pas. Arrive alors l'interviewé, coupe de champagne à la main (sans doute pas la première) et cheveux dans le vent.


Bonjour Paolo. Je vais commencer par parler un peu de l’album. Il est vraiment différent du premier, plus mature, plus jazzy. Est-ce parce que tu as changé de style ou alors juste parce que tu as grandi ?

Avoir grandi, ça pourrait bien être ça, car ça fait trois ans depuis le premier album. Mais ce que je pense, c’est que j’ai juste tenté d’exprimer ce que je suis, et voilà comme c’est sorti. Je ne crois pas qu’il y ait une raison particulière.

Quelles ont été tes influences sur cet album ?

Oh, ça fait beaucoup de choses tu sais…

Par exemple, "Simple Things" sonne vraiment comme du Johnny Cash.

Johnny Cash… C’est pas le seul à avoir fait ce genre de musique, et à chanter comme ça. (Paolo gratte une guitare imaginaire) C’est vrai que la basse sonne comme du Cash, avec le "ding dong ding dong". Mais ce que je veux dire, c’est que beaucoup de personnes faisaient ça avant lui ! Je n’ai pas vraiment essayé de reproduire ce qu’il a fait. Je ne sais pas…

Tu veux dire que les chansons te viennent comme un cadeau du ciel ?

En fait, la plupart des chansons commencent avec des accords country basiques. Pas d’ajouts fantaisie. Et ensuite, les chansons évoluent avec d’autres arrangements. C’est comme ça que les gens faisaient, et c’est comme ça que je fais.

Pourquoi Sunny Side Up ? Je ne savais pas ce que c’était, j’ai tappé ça sur Google Image et j’ai trouvé des œufs.

Oui, Sunny Side Up ("au plat"), c’est une façon de cuire ses œufs. Pour moi, ça signifie quelque chose de positif.

En effet, l’album est plutôt optimiste.

Eh oui, Sunny Side Up tu vois !

De quoi parle "Candy", le premier single ?

"Candy", ça parle de vouloir changer ce que l’on est pour quelqu’un, de se donner totalement. Mais c’est quand même un conflit de se métamorphoser complètement. J’ai été inspiré par un film appelé "Candy".

De quelle chanson es-tu le plus fier sur l’album ?

Ca change chaque jour, en fait. Aujourd’hui je dirais que c’est "Coming up Easy".

Maintenant parlons un peu de toi en tant qu’artiste. Comment tu as commencé à écrire des chansons ?

Je ne sais pas exactement quand ça a commencé. Je me souviens avoir toujours chanté, sur les musiques que j'entendais, ou en écoutant le vieux poste de mes parents. On chantait ensemble.

Tes parents sont musiciens ?

Non, non.

Alors tu as appris la musique tout seul ?

Je pense qu’on ne peut pas apprendre à chanter. Tu peux apprendre à lire les notes, oui. Je n’ai pas vraiment appris à être un musicien. D’ailleurs, comme musicien je ne suis pas vraiment accompli. J’ai encore beaucoup de chemin à faire…

Est-ce que tu te sens proche des autres joueurs de pop/folk actuellement sur le marché, comme James Blunt ? Certaines personnes font le rapprochement avec toi.

Non, je ne me sens pas proche de James Blunt ni de personne d’autre. Je veux dire, des gens qui jouent de la guitare, on aura tendance à les assimiler mais je pense que des artistes comme James Blunt ne sonnent pas vraiment comme moi.

Tu es heureux de jouer ce soir au festival Fnac à la place de Pete Doherty ?

Quoi ? C’est à la place de Pete Doherty que je joue ? Je ne savais pas ! Pourquoi il a annulé ?

Je ne sais pas exactement.

Franchement, je ne savais vraiment pas. Je veux dire, je joue c’est tout.


Tu n’es pas particulièrement content d’être ici ? Regarde, c’est un château, tu loges dans le château de Vincennes !

Oh moi tu sais je suis toujours heureux de venir n’importe où et de jouer. C’est vrai que c’est super ici… Regarde ça (il montre les peintures sur les murs), c’est magnifique, oui.

Tu aimes être en tournée ? Ce n’est pas un peu fatiguant, de faire la promo de son album ?

Tu sais, ce n’est pas quelque chose qu’on aime ou qu’on aime pas. Faire des interviews, passer à la radio, faire des concerts, tout ça, c’est normal. Si tu ne veux pas le faire, alors ne le fais pas.

La "vie simple" ne te manque pas ? (note : je fais référence à sa chanson "Simple Things" dans laquelle il parle de l'absence des choses simples)

Ca ne peut pas me manquer. Y’a des choses qu’on est obligé de faire. C’est vrai que j’adore être chez moi et voir mes parents mais merde ! Je dois faire quelque chose d’autre, aussi. Ca ne suffit pas de rester chez soi. Après, tu apprécies encore plus les choses simples. Mais en tout cas, si ça n’était pas amusant, je ne ferais pas tout ça, la promo, les concerts. Ca n’aurait pas d’interêt, ni de sens. Tu sais dans la vie on a plus de choix qu’on ne le pense.

As-tu déjà des idées pour le prochain album ?

Ouais ! D'ailleurs on a déjà commencé à jouer des chansons du troisième album, en concert.

Déjà ? Tu es rapide !

Tu sais, on a déjà pas mal de choses pour le troisième album. Les idées sont venues, je ne les ai pas arrêtées…

Et comment te vois tu dans dix ans ?

Vivant, j’espère bien ! Je touche du bois.(il touche la fenêtre en bois) Je me vois continuant à m’amuser et à chanter des chansons. C’est ce que je veux.

http://www.paolonutini.com
En savoir plus sur Paolo Nutini
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !