↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Rock a field 2008


Elise, le 22/06/2008

Mise en situation

Rock a field, c'est environ 10 000 festivaliers qui investissent pendant une journée, et depuis trois ans, la clairière de Roeser, village (bourgeois) du Luxembourg. Dans ce petit coin de forêt, une seule scène, mais une dizaine de groupes qui défilent dès 12 h et jusqu'à 1h du matin. Cette année, l'édition tombait le jour de la fête de la musique française. Et si ce n'était pas gratuit, il y avait malgré tout de quoi convaincre les plus radins.

Résumé des épisodes précédents


Rock a field, c'est un jeune festival créé il y a trois ans. Le Luxembourg était jusqu'alors privé de tout évènement de plein air d'une telle ampleur. Certes, cela semble bien loin des Eurockéennes ou de Rock-en-Seine, mais pour ce petit pays, l'enjeu est de taille. Et dès la première édition, l'Atelier place la barre haut. Placebo, Franz Ferdinand, Raphael et Mando Diao entre autres, Rock a field annonce la couleur, du rock et de la pop de qualité. En 2007, encore plus fort. Avec The Hives, The Killers, Queens of the Stone Age, Billy Talent et Art Brut, on peut presque parler d'un sans-faute. L'objectif de l'Atelier est de faire trois éditions, mais 2008 s'annonce plus difficile. Moins de groupes sur les routes, plus de difficultés à faire concorder les dates, et pourtant, la troisième édition se fera, quitte à être moins explosive.

Les Libertines contre l'Atelier


Organisateur du festival, l'Atelier n'a décidément pas de chance avec les ex-Libertines. Par deux fois, les programmateurs prévoit les Babyshambles dans la petite salle. Deux tentatives qui échoueront, la faute à Pete et ses excès. Pourtant, l'Atelier persiste et programme le groupe pour Rock a field. C'était avant que Pete passe par la case prison. Plus qu'échaudé, l'Atelier annule donc préventivement le groupe, et le remplace par... Dirty Pretty Things. Non sans humour.
Mais le sort s'acharne sur les pauvres Luxembourgeois, car deux jours avant le festival, Carl Barat entre à l'hopital pour une pancréatite aiguë. Résultat, pas de Dirty Pretty Things, et pas de Babyshambles non plus. On pourrait en rire, on est surtout déçu.

Le programme du jour


Au menu des festivités de cette après-midi ensoleillé :

Eternal Tango : le régional de l'étape : groupe de flamenco-rock luxembourgeois
The Cribs : Des anglais au look de dandys coincés, les nouveaux chouchous de la critique anglaise à ce qu'on dit.
Culcha Candela : Du hip-hop reggae latino, mais en allemand.
Anti Flag : Les rebelles du jour, du punk-rock américain bien énervé
We are Scientists : Nobody move... pas facile.
Mando Diao : Des suédois moins barrés que les Hives, mais pas moins talentueux.
The Kooks : Les jeunes prodiges du folk-rock anglais
The Verve : Le retour d'un groupe qu'on ne croyait plus revoir un jour.
Unkle : Une jolie surprise électro-rock venue d'Angleterre
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également