↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

The Future Is Medieval : Kaiser Chiefs fait sa petite révolution


"On avait quitté les Kaiser Chiefs avec un certain agacement. "Off With Their Heads", leur dernier opus, était une démonstration de fainéantise éhontée. Aussi, on n'espérait plus grand chose du combo anglais. La surprise est donc de taille en avril dernier, lorsqu'on apprend la création par le groupe d'un site un peu spécial autour du projet "The Future Is Medieval". L'idée est simple : ils ont enregistré 20 chansons, toi, auditeur, peux en choisir dix, les mettre dans l'ordre que tu veux, créer ton artwork à partir de multiples visuels, et enfin, payer 8 livres pour télécharger tout ça sur ton ordi. Mieux, tu peux ensuite tenter de vendre ta version aux autres auditeurs via réseaux sociaux. Evidemment, le produit de tes ventes iront dans les poches des Anglais, et c'est sans doute ça le plus drôle. Kaiser Chiefs, groupe de feignasses même pas foutues de finir un album, de décider quelle chanson garder ou de faire un artwork, confie tout le boulot à ses fans, qui s'en chargent avec plaisir ! Balèze. Bon, on médit, c'est mal, car l'idée est bonne. D'ailleurs, on s'est évidemment prêté au jeu. C'était trop ludique, trop excitant pour s'en priver. Ainsi, ce petit dossier propose une critique de la version définitive et officielle de "The Future Is Medieval", mais également celles de deux versions personnelles, réalisées et artworkées par Elise et Mathilde."
Elise, le 13/09/2011
On avait quitté les Kaiser Chiefs avec un certain agacement. "Off With Their Heads", leur dernier opus, était une démonstration de fainéantise éhontée. Aussi, on n'espérait plus grand chose du combo anglais. La surprise est donc de taille en avril dernier, lorsqu'on apprend la création par le groupe d'un site un peu spécial autour du projet "The Future Is Medieval". L'idée est simple : ils ont enregistré 20 chansons, toi, auditeur, peux en choisir dix, les mettre dans l'ordre que tu veux, créer ton artwork à partir de multiples visuels, et enfin, payer 8 livres pour télécharger tout ça sur ton ordi. Mieux, tu peux ensuite tenter de vendre ta version aux autres auditeurs via réseaux sociaux. Evidemment, le produit de tes ventes iront dans les poches des Anglais, et c'est sans doute ça le plus drôle. Kaiser Chiefs, groupe de feignasses même pas foutues de finir un album, de décider quelle chanson garder ou de faire un artwork, confie tout le boulot à ses fans, qui s'en chargent avec plaisir ! Balèze. Bon, on médit, c'est mal, car l'idée est bonne. D'ailleurs, on s'est évidemment prêté au jeu. C'était trop ludique, trop excitant pour s'en priver. Ainsi, ce petit dossier propose une critique de la version définitive et officielle de "The Future Is Medieval", mais également celles de deux versions personnelles, réalisées et artworkées par Elise et Mathilde.
En savoir plus sur Kaiser Chiefs
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également