↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Dead Can Dance


Autres (Dark Wave - Gothic - World)

Membres :
Brendan Perry (Chant, Guitare, Basse, Clavier, Percussions, Mandole, Flûte traversière)
Lisa Gerrard (Chant, Guitare, Accordeon, Clavier)

Sites :
Site Officiel
Dead Can Dance est un groupe musical fondé à Melbourne en 1982 et essentiellement composé de deux chanteurs, compositeurs et multi-instrumentistes, l'anglais Brendan Perry et de l'australienne Lisa Gerrard. Initialement rock typé dark wave, le style du duo évolue de plus en plus vers une musique puisant ses racines dans les œuvres religieuses du moyen âge, la folk traditionnelle européenne, la musique orientale et la world music. Fer de lance du label indé 4AD au début des années 80, Dead Can Dance culmine à la fin de la décennie grâce au triptyque Within The Realm Of A Dying Sun - The Serpent's Egg - Aion, puis décline progressivement pour se séparer en 1998. Le groupe s'est reformé brièvement en 2005, puis une nouvelle fois en 2011 avec réalisation d'un nouvel album, Anastasis.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également