↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Gojira


Hard / Métal (Progressive Death Metal)

Membres :
Joseph Duplantier (Chant, Guitare)
Christian Andreu (Guitare)
Jean-Michel Labadie (Basse)
Mario Duplantier (Batterie)

Sites :
Site Officiel
Fan-site
MySpace

Le plus toolien des groupes de Death français. Originaire des Landes, le combo français, aux influences progressives et industrielles, a connu une reconnaissance mondiale, critique comme publique, avec ses troisième et quatrième efforts: From Mars to Sirius et The Way Of All Flesh.
Seul groupe hexagonal à s'imposer en tête d'affiche sur une tournée outre-Atlantique depuis cinquante ans, Gojira bénéficie du soutien de bon nombre de pontes du métal américain : James Hetfield (Metallica), Max Cavalera (Soulfly, Cavalera Conspiracy, ex-Sepultura) et Myles Kennedy (Alter Bridge, Slash, ex-Mayfield Four) entre autres.
Le groupe travaille aujourd'hui dans son propre studio new-yorkais, le Silver Cord Studio.

Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Compte-rendu de concert
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également
Compte-rendu de concert