↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

David Gilmour à Pompeii, le film


Etienne, le 09/08/2017

Le retour, l'été dernier, du guitariste de Pink Floyd à Pompeii, là même où le groupe avait enregistré 45 ans auparavant un documentaire resté culte, avait été fort commenté.

Aura lieu prochainement une projection unique du concert filmé lors des shows du 7 et 8 juillet 2016 partout dans le monde, le 13 septembre prochain. La liste des salles participants à l'évènement sont recensées ici: http://www.davidgilmourcinematickets.co.uk/

Pour ceux qui ne pourraient se rendre dans les salles obscures, un DVD/CD/Blu-ray paraîtra le 29 septembre prochain.

De quoi rassasier les fans.

Un trailer (grandiose) ainsi que le titre "Rattle That Lock" (mais si, la SNCF) sont disponibles ci-dessous.


Source : NME
En savoir plus sur Pink Floyd, David Gilmour

Commentaires
Sylvain, le 01/09/2018 à 09:12
Je préfère la tourné précédente pour 4 raisons : 1) la présence de Rick Wright 2) la reprise d'Echoes (sublimissime) 3) Gilmour a bien séparé les titres de la période Floyd des titres de sa carrière solo. Dans sa dernière tournée, le mélange des deux me semble maladroit. 4) il me semble (suis-je le seul de cet avis ? )que son jeu de guitare est moins incisif, moins survolté dans la tournée Rattle that lock. Au niveau du chant aussi, Gilmour a un peu vieilli.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également