↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Henry McCullough est mort


Etienne, le 15/06/2016

Le guitariste nord-irlandais s'est éteint à l'âge de 72 ans.

Célèbre pour son rôle au sein des Wings de Paul McCartney, McCullough avait participé à des grands moments de l'histoire du rock en accompagnant notamment sur scène Joe Cocker à Woodstock en 1969. Il a joué et enregistré avec Pink Floyd, Roy Harper, The Frankie Miller Band, Jimi Hendrix, Marianne Faithfull, Eric Burdon ou encore son ami Van Morrison.

Parmi ses coups d'éclat, il a participé à des morceaux comme "My Love", "Hi, Hi, Hi" ou encore "Live And Let Die".

On l'entend également prononcer les mots "I don't know, i was really drunk at the time" à la fin du titre "Money" de Pink Floyd sur l'album Dark Side Of The Moon.

Son premier album solo, Mind Your Own Business, sorti en 1975, était distribué par le label de George Harrison, Dark Horse.

Paul McCartney s'est exprimé à propos de la mort de son ancien acolyte: "Je suis très triste d'apprendre qu'Henry McCullough, notre génial guitariste des Wings, était décédé. C'était un plaisir de travailler avec ce musicien très talentueux et doté d'un adorable sens de l'humour. Le solo qu'il joue sur le titre "My Love" était un classique qu'il l'a propulsé sur le devant de la scène. Toutes mes condoléances à sa famille".


Source : NME

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également
Compte-rendu de concert