↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Alice Cooper


Raise Your Fist and Yell


(05/09/1987 - MCA - - Genre : Hard / Métal)
Produit par Michael Wagener

1- Freedom / 2- Lock Me Up / 3- Give The Radio Back / 4- Step On You / 5- Not That Kind Of Love / 6- Prince of Darkness / 7- Time To Kill / 8- Chop, Chop, Chop / 9- Gail / 10- Roses on White Lace
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Le retour du Prince des Ténèbres"
François, le 04/05/2021
( mots)

Parmi les grands noms du cinéma de genre (voire du cinéma tout court), John Carpenter a une place à part tant son œuvre, bien que certains effets aient vieilli, semble trouver le cœur de ce que peut constituer un univers façonné par l’angoisse (notamment à travers son inspiration lovecraftienne), et culmine dans les années 1980 avec sa "Trilogie de l’Apocalypse" dont le second volet sort en 1987, Prince des Ténèbres (L’Antre de la folie, son successeur, sera son acmé). Quoi de mieux pour susciter l’épouvante avec décalage qu’un vampire d’Hollywood, Alice Cooper, en plein retour en grâce : il apparaît brièvement comme leader possédé, et compose pour l’occasion un titre (qu’on entend à peine dans le film), "Prince of Darkness". Ouvrant la deuxième face de Raise Your Fist and Yell (1987), volontiers cinématographique, le morceau s’inscrit dans la nouvelle esthétique cooperienne, quoique plus incisive et proche du Metal (la dureté des riffs, le solo et le pont qui le précède), ainsi que plus dense (le passage arpégé), évoquant à la marge "Mr Crowley" d’Osbourne. Il démontre surtout un regain d’inspiration chez Furnier qui n’est pas pour déplaire. 


Dans cette fin des années 1980, le cinéma d’horreur devient un leitmotiv de l’œuvre d’Alice Cooper. "Step On You" possède quelque chose d’assez angoissant, surtout dans son passage dissonant, quand, en ouverture de "Lock Me Up", Freddy Krueger pose sa griffe. En outre, les orgues de "Gail" nous ramènent dans l’univers cauchemardesque du théâtre d’Alice Cooper, depuis longtemps laissé de côté. La plupart des titres sont marqués par cette thématique globale et tournent autour des différentes faces de la série B ("Time to Kill"). 


Si, comme son prédécesseur, l’album maintient un cap très hard-rock avec un petit côté US grand-public typique de l’époque, il le fait avec davantage d’inspiration dans les mélodies qui restent terriblement addictives en tombant plus rarement dans les maladresses FM. "Time to Kill" en est l’exemple parfait tant il joue sur des thèmes accessibles tout en se rendant difficilement résistible et échappant au kitsch propre au genre. Le provocateur "Freedom", taillé pour faire hurler les stades, a tout du tube en puissance pour l’époque qui le voit naître : riff simple mais entraînant, mélodies aguicheuses, refrain fédérateur … Pour autant, il demeure puissamment évocateur et ne souffre pas l’écoulement du temps : c’est pour cela qu’on est bien plus dans un dépassement que dans la continuité de Constrictor. Il va sans dire que ce titre est d'autant plus jouissif qu'il s'agit d'un pied-de-nez aux associations de censeurs puritains (en l'occurrence la PMRC) partis en croisade contre le rock et le Metal : "You want to rule us with an iron hand / You change the lyrics and become big brother /This ain't Russia, you ain't my dad or mother". Ironie du sort, le morceau ne fut pas censuré et le manifeste, plein d'humour et de mauvais esprit, put se diffuser. 


L’autre point réellement positif, c’est Kane Roberts qui se lâche complétement : ses interventions à la guitare sont absolument époustouflantes, et pas seulement sur les soli qui sont d’une virtuosité fort louable, en témoignent le chorus du rythmé et véloce "Not That Kind of Love" ou celui du sommet métallique de l’opus qu’est "Roses on White Lace", voire même de l’introduction de "Chop Chop Chop". Bref, Raise Your Fist and Yell est bien plus abouti et bien moins pataud que Constrictor, bien plus inspiré et bien plus metallique, même sur des titres plus convenus qui demeurent souvent bien pensés ("Lock Me Up", "Give The Radio Back"). 


Si Constrictor était la résurrection factuelle d’Alice Cooper, Raise Your Fist and Yell est sa renaissance artistique, tant il surpasse son prédécesseur et comporte des titres de belle facture sans être pollué par des compositions gênantes. Bref, le nouvel âge d’or d’Alice Cooper est en marche. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Alice Cooper


Detroit Stories


Critique d'album

Alice Cooper


Dragontown


Critique d'album

Alice Cooper


Brutal Planet


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également