↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Daft Punk


Random Access Memories


(17/05/2013 - Daft Life/Columbia - Electronic Godfathers - Genre : Autres)
Produit par

1- Give Life Back to Music / 2- The Game of Love / 3- Giorgio by Moroder / 4- Within / 5- Instant Crush (feat. Julian Casablancas) / 6- Lose Yourself to Dance (feat. Pharrel Williams) / 7- Touch (feat. Paul Williams) / 8- Get Lucky (feat. Pharrell Williams) / 9- Beyond / 10- Motherboard / 11- Fragments of Time (feat. Todd Edwards) / 12- Doin' It Right (feat. Panda Bear) / 13- Contact
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (35 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"L'un des albums de l'année ? A voir."
Nicolas, le 25/01/2014
( mots)

La démocratie a parlé : si l'on se réfère aux votes des Albumrock Awards, le dernier album de Daft Punk a marqué l'année 2013. Il s'agit du seul point de désaccord entre vous, lecteurs, et nous, rédacteurs, qui avons clairement boudé Random Access Memories, alors que le reste des deux palmarès s'accorde quasiment à la perfection. Mais soit, nous nous inclinons… à défaut de cautionner.

Daft Punk peut-il encore nous interpeller en 2013 ? Le duo fondateur de la french touch s'avère-t-il encore pertinent plus de quinze ans après ses débuts ? Si la recette de "Around The World", chant vocodérisé, basse gaillarde, électro rythmée et boucles aliénantes, avait créé son petit effet en son temps, on ne pouvait que s'interroger sur la légitimité d'une formule qui, il faut bien le reconnaître, a sérieusement pris du plomb dans l'aile. Sans rire, qui utilise encore du vocoder de nos jours ? De futuriste et branché, ce subterfuge apparaît désormais désespérément kitch et ringard. Même si le couple Banglater - De Homem Christo n'avait aucunement besoin de renier ses caractéristiques et sa personnalité en s'arrêtant à de vagues considérations cosmétiques, il lui fallait à l'évidence opérer une sérieuse remise en question afin de rester contemporain. Et quoi de mieux, lorsque l'on incarne la musique du futur, que de se référer au passé ?

Random Access Memories
, jeu de mot entre la RAM des ordinateurs et les souvenirs d'un âge d'or musical révolu, ne traite quasiment que de cela : puiser dans les époques qui nous ont précédés ("Fragments Of Time") la matière pour réinventer la musique d'aujourd'hui. La voix off de "Giorgio By Moroder" s'y rapporte précisément, mais si Moroder souhaitait, à l'époque, combiner la musique des 50's, des 60's et des 70's avec le son du futur, Daft Punk a décidé de stopper sa machine à remonter le temps au milieu des années 70 et de placer son album sous le signe du funk et de la disco. Ainsi, la mécanique du disque est censée recréer le sens primal de la musique ("Give Life Back To Music") ou encore sublimer l'envie de bouger son corps ("Lose Yourself To Dance"). Pas forcément une mauvaise idée en soit, mais à la question de savoir si les deux français ont réussi à réinventer les 70's, la réponse est non : même si, indéniablement, cet album tire avantage d'une production véritablement épatante qui opère un gap substantiel par rapport aux anciens enregistrements analogiques 24 pistes, la relecture de cette période reste trop académique, voire trop respectueuse. On aurait imaginé plus de prise de risque, plus de synthèse, plus de robotisation, en lieu et place de cette vision gentiment rétro et pas forcément plus aguicheuse que les albums de l'époque.

Sans surprise, ce sont les morceaux les plus personnels qui marquent le plus les esprits. Même si on pourra reprocher à "Giorgio By Moroder" de tirer sur la corde jusqu'à ce qu'elle ne se rompe (neuf minutes, neuf ! Desquelles on aurait pu, à l'aise, en amputer trois), force est de constater qu'une bonne boucle de synthé peut avantageusement porter un titre entier, et celle de Daft Punk fait des merveilles. Autre réussite, "Instant Crush" qui, malgré une entame new wave épouvantable, relève très vite la barre et cale sur sa rythmique lancinante une mélodie travaillée, une ligne de basse imparable et un traitement vocal spasmodique du plus bel effet - et pour le coup, Julian Casablancas, l'invité de ce titre, se retrouve pile dans son élément. "Doin' It Right", quant à lui, recrée avantageusement la recette Daft Punk, celle qui ose la redondance obsédante et les superpositions de textures tout en y apportant une touche indie bienvenue dans ses choeurs en état de grâce (merci Panda Bear). Pour le reste, le métissage disco-Daft opère quelques passages intéressants, comme avec "Give Life Back To Music" et ses robots trémousseurs - peut-être un peu trop frileux - alors que "Lose Yourself To Dance" et "Get Lucky", justement très pauvres en arrangements modernes, contentent leur monde sans transcender leurs modèles. Peut-être que le choix de faire appel à Pharrell Williams pour chanter sur ces titres n'était pas le plus judicieux. Les deux français n'ont guère plus de réussite lorsqu'ils tentent de relire le funk : si "Fragments Of Time" se laisse écouter sans déplaisir, il ne s'agit rien de plus qu'un banal succédané de Stevie Wonder. En terme de pièces plus langoureuses, Random Access Memories assure quelques bons moments, au premier rang desquels "Beyond" qui semble charrier une sorte de mélancolie nostalgique, tandis que "The Game Of Love", plus convenu, a par ailleurs la mauvaise idée de plomber l'entame du disque.

Passons enfin sur un agaçant remplissage, outre les longueurs déjà signalées, comme quelques duplicatas inutiles ("Within" et "Touch", tous deux de vulgaires repompes alanguies des successions mélodiques de "Instant Crush" et de "Get Lucky"), un instrumental d'ambiance sans intérêt ("Motherboard") et un "Contact" qui, loin d'être déplaisant, aurait certainement gagné à plus de concision. Bref, pas de quoi, objectivement, crier au génie. Daft Punk livre ici un album certainement convenable, qui tire avantage de quelques très bons morceaux mais qui peine à faire preuve de constance et qui, surtout, échoue à convaincre quant à la légitimité de sa démarche. Il semble malgré tout que Random Access Memories ait séduit les critiques et qu'il ait trouvé son public. Soit. Néanmoins, à la lumière des points soulevés ici, il n'est peut-être pas aussi surprenant qu'à la rédaction, nous l'ayons si ostensiblement laissé sur la touche. Sans mauvaise foi aucune.

 

 

Commentaires
Trolololololo, le 03/01/2016 à 22:33
Mais il est tout pourri cet album... Tout le monde l'aura oublié dans 2 ans. Comment il s'appelle déjà ?
DaftMisunderstood, le 03/01/2016 à 00:05
Bonsoir, et bonne année! Je répond à votre critique presque deux ans après, mais je le fais tout simplement parce que je trainais sur le net comme ça et que j'ai cliqué et que j'ai lu. Et il faut le dire, cette critique très subjective. Dire que "Motherboard" et "Touch", les musiques les plus mélodieuses de l'album, sont sans intérêt, c'est complètement nul. Vous devez detester les Daft Punk à un plus haut point... "Touch" est le centre de l'album et c'est celle qui est de l'album la plus recherché et aboutit musicalement. Je pense que vous avez du écouter une seule fois l'album pour dire ça. Daft Punk, ça s'écoute pas une fois, mais au moins deux fois pour comprendre qui ils sont et ceux qu'ils veulent nous faire ressentir, c'est à dire leur amour du disco/funk, de la musique électronique et qu'ils veulent devenir ce que nous sommes, des humains. Et je pense que vous ne les avez pas compris. Dommage, mais bon, chacun son truc. Merci quand même pour votre vision de l'album!
Nicolas, le 02/11/2015 à 08:49
Je ne me fatiguerai pas à répondre à vos insultes. Une seule chose, tout de même, à propos de "Tout le monde doit manger". Tous les rédacteurs d'Albumrock sont à 100 % bénévoles. Donc nos idioties ridicules, en tous cas les miennes, je les écris sans rien gagner en retour. A bon entendeur, et bonne journée ;-)
Hmmmpffff, le 30/10/2015 à 13:42
je me dis... Ok... des critiques il en faut. Après tout, tout le monde doit manger. Mais là c'est réellement stupide et ridicule. Revoyez vos classiques, écoutez (vraiment) la musique, LES musiqueS et arrêtez de nous faire croire que vous l'avez déjà fait. Parce que ce que là c'est évident que la musique vous ne l'écoutez pas. Vous passez à coté. Ridicule et pédant. Décidément Internet permet tout et principalement la médiocrité :)