↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Eloy


Inside


(01/05/1973 - Harvest - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Land Of No Body / 2- Inside / 3- Future City / 4- Up And Down
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Premiers pas dans le style progressif pour Eloy, Inside se révèle plein de promesses. "
François, le 05/06/2019
( mots)

Après un premier album très ancré dans le hard-rock typique des années 1970, un peu décrié tant il tranche avec le style progressif pour lequel le groupe est connu (alors que ce premier jet est loin d’être mauvais), Eloy choisit une nouvelle direction artistique. Inside est ainsi l’acte de naissance esthétique du plus grand groupe de rock progressif symphonique allemand. Un changement assez vaste du personnel permet cette transition, le couple composé par Frank Bornemann (pilier du groupe) et Manfred Wieczorke devenant la structure autour de laquelle les autres musiciens s’agrègent, ainsi que le cerveau créateur bicéphale d’Eloy. Du reste, tous les autres musiciens sont remplacés. Ces deux-là changent également de poste, le premier passant au chant (avec une tessiture très proche d’Anderson) tandis que le second fait ses armes aux claviers. Signant cette fois-ci chez Harvest (Kayak, Focus, Deep Purple), Eloy a autant d’ambition de renommée que musicale. 


Tout inspiré des sonorités rock des seventies et du hard-rock par ses guitares et ses claviers, Inside se détache d’un contexte allemand très porté sur les expérimentations, les improvisations interminables, le jazz, en un mot, le Krautrock. Le groupe n’est pas complètement insensible à la musique locale, si bien que des passages assez planant s’entendent dans la longue pièce intitulée "Land of Nobody". Autre influence qui sera souvent accolée au groupe, Pink Floyd, pour ses côtés planant. Mais sur cet album, Jethro Tull - moins la flûte - semble être une autre inspiration : certains riffs, la voix de Bornemann, ramènent aux développements mélodiques du groupe anglais. 


On aurait pu se dire que la première face proposant une longue pièce de 17 minutes aurait davantage attiré notre attention. Certes, "Land of Nobody" est un morceau solide avec de nombreuses bonnes idées, mais il peine un peu à tenir la longueur, notamment lors du long passage central aux claviers. Les transitions sont pourtant déjà bien travaillées donnant une cohérence à l’ensemble : bien que ce ne soit pas le cas dans l’ensemble du titre, nous pouvons être magnanimes au regard de la longueur et le considérant comme un premier essai. "Land of Nobody" louvoie vraiment entre hard-rock gorgé de claviers (la grande mode à l’époque) et progressif. 


La seconde face est donc plus intéressante. "Inside", titre éponyme, impose le son Eloy avec ses variations entre les arpèges planant du début et les claviers bien plus lourds et ténébreux. Le relief donné à la basse, les solos ultra-mélodiques, ces caractéristiques du groupe tant appréciables, sont déjà présentes dans cet album et particulièrement sur ce titre. "Future City" louvoie entre Krautrock (Can) et Jethro Tull (une sorte de medley du groupe, "Fat Man", "Aqualung" …) pour un résultat très convaincant. Quant à "Up and Down", on retrouve l’esprit d’un autre groupe du même pays, Birth Control, par ses claviers hurlant associés à la guitare électrique. Encore une fois, les bonnes idées et l’originalité ne peuvent qu’être relevées, comme ce jeu sur le volume des claviers en conclusion du titre. 


Pour ses premiers pas dans le monde progressif, Eloy frappe assez fort avec un album solide et prometteur, bien que totalement ancré dans son époque. La suite prouvera que ce changement artistique fut un bon choix, pour le groupe comme pour le public. 


 

Commentaires
buko, le 08/06/2019 à 13:55
Premier album progressif d'Eloy et effectivement très bon album. Je suis d'accord, il est ancré dans son époque, mais pour les nostalgiques c'est bon! Que dire de Up and Down, ma préférée sans contestation, très datée mais quel final qui nous emmène ailleurs! Eloy fera mieux par la suite mais ça commence déjà bien!
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Eloy


Visionary


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également