↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Eloy


Visionary


(18/11/2009 - Artist Station Records - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par Frank Bornemann

1- The Refuge / 2- The Secret / 3- Age Of Insanity / 4- The Challenge (Time to turn, Part 2) / 5- Summernight Symphony / 6- Mystery (The Secret, Part 2) / 7- Thoughts
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un album de plus dans la discographie abondante d'Eloy, sans prétention. "
François, le 28/06/2019
( mots)

Entre le rythme effréné d’un album par an et un long silence, Eloy semblait avoir trouvé un juste milieu dans les années 1990, permettant de prendre à Bornemann d’avoir du recul, de ménager l’inspiration. Mais pour connaitre une suite à Ocean 2, il a fallu attendre onze ans. Pourtant la formation ne s’était pas scindée, on retrouve les mêmes compagnons que sur le précédent album, avec Hannes Folberth également en guest (comme sur Ocean 2). 


A regarder la pochette, on sent une proximité avec son excellent prédécesseur : bleu sombre, univers sidéral, le masque vénitien (qui rappelle les chroniques martiennes de Solaris) remplaçant les visages minéraux  … Qui plus est, musicalement, on reste les deux pieds dans l’esprit d’Eloy, l’amateur ne sera pas du tout dépaysé. 


Il sera même conquis par certaines pièces telles "The Refuge", où Eloy croise Jethro Tull et Rush, avec des guitares acérées, ou encore par le très rock et épique "Age of Insanity" (avec un solo remarquable). Le groupe est ici inspiré et musicalement au point. De même, le long "Mystery", fonctionnant sur une belle montée en puissance amenée par  une guitare marquant un rythme soutenu, renoue avec l’esprit space-rock cher au groupe. On retrouve dans ces titres quelques passages yessiens marqués par des harmoniques placées en début et en fin de morceau. 


Mais malgré de bons moments et un niveau honorable, Visionary est loin d’être parfait. "The Secret" un peu en dessous des deux premiers titres et tend à lasser rapidement. De même, la reprise/suite de "Time to Turn", intitulée "The Challenge", perd son côté space-rock initial, et gagne en ringardise avec ses chœurs féminins bombastiques. Mais le nadir de l’album reste "Summernight Symphony", sorte de ballade mielleuse complètement à côté de la plaque. On se demande où Bornemann est allé trouver les idées pour composer un tel titre. 


Visionary est donc un album qui s’adresse aux fans du groupe, heureux d’avoir de nouvelles compositions à se mettre sous la dent, mais il est hélas anecdotique. Une belle production, quelques titres d’un bon niveau, mais un album vraiment inégal malgré sa durée - certes suffisante - relativement modeste. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Eloy


Ocean 2 : The Answer


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également