↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Honcho


Burning in Water, Drowning in Fire


(00/01/2005 - Longfellow Deeds/Water Dragon Records - Stoner Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Some Say / 2- Seeing red / 3- Messenger messiah / 4- Hangover blues / 5- Through / 6- Silly / 7- Holy / 8- Falling behind / 9- Lost and there
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Du stoner de qualité, à écouter entre deux albums de Kyuss."
Maxime, le 15/04/2005
( mots)

Ça n'est une découverte pour personne : la seconde Mecque du rock'n'roll européen, après la Grande-Bretagne, reste les pays scandinaves. De la pop la plus mielleuse au métal le plus extrême, ces gens-là savent tout faire. Naturellement la scène rock de ces belles contrées enneigées compte son lot de groupes stoner dont les leaders restent incontestablement les suédois de Spiritual Beggars et de Dozer. Parmi cette cohorte de groupes, l'un d'eux, Honcho, venant de Norvège, fit son apparition en 2002 avec l'énervé Corporate World sur le label Longfellow Deeds, lequel a également lancé leurs collègues de Sparzanza. Depuis, le combo changea de chanteur afin de revenir pervertir les foules, de plus en plus avides du son lourd et massif cher aux nostalgiques de Black Sabbath.

Première constatation : Honcho a mis un peu d'eau dans son vin et tente de ne pas envoyer la purée à chaque morceau, mais plutôt de jouer sur des ambiances différentes, oscillant entre heavy stoner et stoner psychédélique (voir la critique de la compilation stoner High Volume). Louons la voix du nouveau vocaliste, Lars Erik Si, grave et très agréable, cherchant toujours la mélodie, quitte à laisser aux guitares le soin de rugir quand il le faut. La production est elle aussi impeccable, laquelle s'emploie à mettre en valeur les riffs épais moulinés par les deux guitaristes, puissamment épaulés par un bassiste aussi discret que solide.

Pour de nombreuses personnes, certaines compositions feront immanquablement penser à du Soundgarden pur jus. On imagine très bien Chris Cornell entonner "Some Say" ou le très épique "Holy" (le sommet de l'album) et pour cause, certaines formations grunge partageant avec les groupes stoner cet amour du grand hard rock des années 70. Pour le reste, Honcho jongle entre climats massifs et lents ("Silly", "Through"...) et emballements néo-sabbathiques ("Falling Behind", "Messenger Messiah", le meilleur morceau de l'album, constitue un relecture sage et appliquée du "Hole in the Sky" de la bande à Ozzy). Sans jouer les bourrins de base, quelques titres nerveux de plus auraient été les bienvenus, car l'alternance entre les deux types de compositions se fait trop au bénéfice de chansons plus longuettes et pas toujours pertinentes. L'album aurait gagné en efficacité. C'est dommage, car du début à la fin (très similaire à celle du premier album des Queens of the Stone Age), on passe de très agréables moments.

On aurait cependant tort de faire les difficiles. Honcho nous donne ce que tout stoner addict désire avec une petite touche bluesy pas désagréable du tout. Leur Burning in Water, Drowning in Fire les place donc dans le peloton des meilleures productions de l'année... derrière des formations incontournables telles que Hermano ou Fu Manchu. Le groupe a fait des progrès évidents depuis ses débuts mais ne possède pas (encore) la carrure des plus grands. Mais là n'est pas l'important : Honcho nous promet des concerts fiévreux et hypnotiques et ça, c'est le principal.

Si vous aimez Burning in Water, Drowning in Fire, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également