↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kill The Young


Proud Sponsors Of Boredom


(17/09/2007 - Discograph - - Genre : Rock)
Produit par

1- All By Myself (part 1) / 2- Saturday Soldiers / 3- She's Got It All / 4- We Are The Birds / 5- Biting The Bullets / 6- Miss-Education / 7- The Television Show / 8- Skin And Bones / 9- Dial's For Saviour / 10- Travesty / 11- Nothing Left To Write / 12- When The Sun Dies / 13- All By Myself (part 2)
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Deuxième album des jeunes mancuniens, un rock bien senti pour basse groovy !"
Louis, le 19/10/2007
( mots)

Dans les années 1980, les frères Gorman, encore accrochés à la tétine maternelle, n’ont sûrement pas profité à plein de la révolution sonore qui touchait Manchester. Et c’est harnachés à leurs poussettes qu’ils ont découvert les années Madchester, Happy Mondays et Stone Roses en tête. Mais quand ils essayent leurs premières guitares c’est l’heure du grunge, du rock et de ses dernières légendes. Oasis , l’autre fratrie rock de Manchester est balayée du revers de la main, les trois frères Gorman ne feront pas dans la britpop. Buzzcocks et Nirvana en icônes, Oliver, Tom et Dylan s’attèlent à un rock appliqué et fondent en 1998 le groupe Kill The Young. Sept ans durant ils vont écumer les scènes, ne tardant pas à traverser la Manche ils enchaîneront les festivals européens. Remarqué par Discograph, ils signent un premier album éponyme qui rencontrera un certain succès en France puisqu’ils en écouleront bien plus que dans leur Angleterre natale. Mais Kill The Young, tout efficace qu’il soit et malgré un single "Origin of Illness" particulièrement réussi, n’avait pas laissé l’impression d’un groupe incontournable. On n’attendait donc pas grand chose de ce Proud Sponsors of Boredom, second album des mancuniens.

Si l’intro au piano et la voix lancinante laissait présager le pire, on est vite rassuré. Voix puissante, basse accrocheuse et riffs bien sentis, les mancuniens n’ont pas oubliés leurs classiques ("Saturday Soldiers", "She’s Got It All"). Mais c’est avec le titre "Biting The Bullets" que l’on retrouve ce que les Kill The Young avaient laissés entrevoir de plus prometteur. Corrosif et hargneux, Tom Gorman harangue ses troupes, la voix éraillée rappelant le coté revival grunge parfaitement assumé. Les armes toutes traditionnelles qu’elles soient trouvent ici un terrain parfait pour exprimer pleinement leur potentiel scénique. S’essayant à l’exercice casse-gueule de la ballade, "The Television Show" ne s’en sort pas mal quoiqu’un peu formatée. Il y aura peu à retenir du dernier titre expérimental de plus de vingt minutes, son dégeulasse et intérêt inexistant en faisant une piste à oublier.

Proud Sponsors of Boredom est un bon album mais il lui manquait une bombe pour pouvoir imposer les Kill The Young au sommet de cette année 2007. Avec "We Are The Birds" on touche au top de ce qu’a pu produire le rock anglais de ces dernières années. Plus proche des Kaiser Chiefs que des Klaxons, on retiendra ce don certain pour enflammer nos nuits avec une basse groovy au possible. Et bien qu’ils démentent avoir étés influencés de quelques façons par leurs glorieux aînés mancuniens, nul doute que ces derniers sauront apprécier la relève. Si l’album s’avère une réussite, ce n’est pas tant pour l’ensemble mais pour ces quelques titres particulièrement ravageurs qui vaudront à eux seuls qu’on y penche une oreille. Confirmation réussie haut la main donc et dont on réentendra parler à coup sûr.

Si vous aimez Proud Sponsors Of Boredom, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Kill The Young


Fingers For Guns


Critique d'album

Kill The Young


Kill The Young


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également
Compte-rendu de concert