↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Nails


You Will Never Be One Of Us


(17/06/2016 - Nuclear Blast - Powerviolence - Genre : Hard / Métal)
Produit par Kurt Ballou

1- You Will Never Be One of Us / 2- Friend to All / 3- Made to Make You Fall / 4- Life Is a Death Sentence / 5- Violence Is Forever / 6- Savage Intolerance / 7- In Pain / 8- Parasite / 9- Into Quietus / 10- They Come Crawling Back
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Toujours aussi féroces, Nails diversifie son arsenal et signe un des meilleurs albums de l'année."
Luc, le 01/08/2016
( mots)

D’une certaine manière, la carrière de Nails pose les mêmes questions que celle d’un mangeur professionnel : à chaque album, comme à chaque concours, on se demande comment ils peuvent se surpasser, et eux se demandent comment ils peuvent nous faire ingurgiter plus de violence et de brutalité sans induire de nausée. Unsilent Death, le deuxième album du trio californien, prenait de cours tout le monde et les révélait comme nouvelle sensation : un album chaotique, profondément anarchique et à la brutalité déconcertante. Il posait pourtant déjà la question de leurs limites : pour un groupe fondé sur la violence, comment aller toujours plus loin? Le groupe répondait en 2013 avec Abandon All Life, en faisant le choix le plus simple: plus rapide, plus fort et encore plus chaotique. Excellent, l’album frôlait quand même l’indigestion et les morceaux avaient du mal à se distinguer les uns des autres, dans une suite de riffs implacables. 


Nails revient donc trois ans plus tard, toujours assistés par Kurt Ballou de Converge à la production, et change de tactique : la surenchère de violence que propose You Will Never Be One of Us n’est pas frontale. Elle provient plutôt d’un travail minutieux pour rendre chaque morceau mémorable, et chaque break impitoyable. Le groupe s’accorde du temps supplémentaire (7 chansons sur 10 dépassent la minute, du jamais vu chez Nails) et propose plus un enchainement d’uppercuts qu’un torrent de violence et de fureur. Habitués aux chansons éclairs de 50 secondes qui enfilent 10 riffs sans s’arrêter pour respirer, Nails chamboule sa formule et aborde un nouveau type de morceaux. Les « singles » potentiels ou non que sont la chanson titre, “Life is a Death Sentence” ou encore “Violence is Forever” proposent tous les trois des semblants de refrains et montrent le groupe en train de piocher dans le hardcore bas du front de la fin des années 1990 (Hatebreed, Madball) pour écrire des hymnes rancuniers, à hurler entre un head bang et un fistpump. Ce nouveau type d’écriture est largement payant, puisqu’il montre un groupe moins attaché à utiliser la violence pour mettre à distance son auditeur qu’à l’utiliser pour mieux inclure son public. Le groupe en profite pour placer quelques soli dissonants du meilleur effet (“Made To Make You Fall”, “In Pain”) qui aident également à donner du caractère à certains morceaux et leur permet de sortir du lot. 


La production de Ballou se fait aussi plus propre et plus précise, moins « live » et plus studio. Résultat, toutes les parties de guitares sont pleinement compréhensibles, ce qui ajoute une dimension technique à notre sidération et donne, comme jamais auparavant, un aspect inhumain à la musique de Nails. La production des précédents opus retranscrivait le chaos d’un groupe de chair et d’os : l’efficacité clinique de celui-ci déshumanise la violence du trio et par là même, la décuple. Cette clarté empêche également les chansons bulldozers comme “Made to Make You Fall” ou “Parasite” de sombrer dans la monotonie. “Friend to All” décroche la palme du morceau le plus extrême, avec son breakdown pachydermique et son chant possédé qui me font encore écarquiller les yeux après un mois d’écoute. Nails ralentit en fin d’album avec un “Into Quietus” mid-tempo qui annonce les 8 minutes éprouvantes de “They Come Crawling Back”. Le titre final prouve que le groupe est aussi à l’aise pour enchainer les riffs que pour les savourer. Après un début death/trash, le morceau se mue peu à peu en longue agonie rampante, un riff inhumain et anguleux cédant finalement la place à une marche funéraire doom noyée dans les larsens. On pourra regretter le fade-out de cette chanson, une manière peu inspirée de conclure un album aussi maitrisé, mais disons que cela n’est qu’un encouragement à relancer la lecture du disque.


« Album de la maturité » est une expression ô combien galvaudée, mais qui semble pourtant parfaitement décrire You Will Never Be One of Us. L’album  témoigne d’un groupe intelligent et conscient des limites de sa formule, qui trouve dans l’enrichissement du songwriting un nouveau moyen de se surpasser. Le chaos des précédents albums cède place à une clarté bienvenue qui ne fait que sublimer les sommets de violence ici atteints : pour preuve le final titanesque de “Savage Intolerance” ou le refrain de “Violence is Forever”. Quant au titre de l’album, il pourrait sonner comme une provocation élitiste ridicule pour un groupe dont la percée dans le circuit mainstream est aussi fulgurante. Mais, à l’écoute de l’album, on comprend que c’est au contraire un cri de ralliement, de la part d’un groupe qui a compris tout ce qu’il avait à gagner en se rendant plus accessible : crainte et respect.

Avis de première écoute
Note de 4/5
Une décharge ultra-violente de guitares sanguines et de vociférations inébranlables. D'une technicité hors-norme, Nails revigore le genre grindcore avec brio et offre son album le plus abouti. La longue pièce de plus de huit minutes qui clôt cette épopée révoltée est grandiose. Aussi explosif que répulsif, l'un des meilleurs albums metal de l'année.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !