↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Nova Twins


Who Are The Girls?


(28/02/2020 - Nova Twins Ltd - Electro Punk Rock - Genre : Rock)
Produit par 333 Wreckords Crew

1- Vortex / 2- Play Fair / 3- Taxi / 4- Devil's Face / 5- Not My Day / 6- Bullet / 7- Lose Your Head / 8- Ivory Tower / 9- Undertaker / 10- Athena
Note de 2.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Une grosse claque punk électro"
Guillaume, le 27/03/2020
( mots)

Le tonifiant du moment est britannique! Le duo Nova Twins constitué de la chanteuse guitariste Amy Love et de la bassiste Georgia South prend d'assaut la scène rock avec son premier album Who Are The Girls? (2020 - 333 Wreckords Crew). Un cocktail punk, électro et hip hop qui secoue les foules partout où le groupe passe.


Un album concis, trente minutes de pure énergie, un timing parfaitement adapté à  la décharge électrique qui nous est assénée en dix morceaux.


Le single "Vortex" ouvre l'album sur un riff surpuissant, abrasif, et ça ne va pas s'arranger par la suite. Nous vient alors une pensée simple et émue : les deux matérialisent ce qu'aurait pu devenir The Prodigy s'ils avaient cultivé leur penchant rock. Tant pis, les Nova Twins vont les emporter sur leur passage.


Il ne s'agit pas de puiser toutes les bonnes idées à  la même source, le fan de Rage Against The Machine qui tendra l'oreille aura tôt fait de retrouver des références. On se dit naturellement qu'il n'y a pas de hasard si les filles ont mis le feu en première partie de la dernière tournée de Prophets Of Rage. Ecoutez donc le solo de guitare dans "Play Fair", les riffs d'intro de "Taxi" et de couplet de "Bullet", trois baffes parmi d'autres.


Tom Morello - qui a adoubé le duo - s'impose de plus en plus comme un guitariste marquant dans l'histoire de son instrument, Amy Love et Georgia South l'ont parfaitement compris et il ne serait pas surprenant qu'une génération à venir puise de plus en plus dans le répertoire technique du vétéran américain.


L'aptitude du duo à foncer pied au plancher sans répit fait forte impression. "Ivory Tower", le morceau plus calme de l'album, arrive peut être un peu tardivement dans le dernier quart de la tracklist, juste le temps de reprendre notre souffle pour se prendre les deux dernières claques dont l'énorme "Undertaker", une réussite.


Les Nova Twins ont tout pour réussir, une science innée du riff, une maîtrise technique de haute volée qui rend leurs lives imparables et un sens esthétique qui les fait apparaître en punkettes à la fois imprévisibles et cool.


Ajoutons le talent de savoir s'entourer, à la production Jim Abbiss et Edd Hartwell ont vu défiler en session une bonne partie des plus gros succès britanniques des quinze dernières années, Ed Sheeran, Stereophonics, Adele, Birdy, Arctic Monkeys, Placebo et on arrête là. Avoir attiré l'oeil de telles épées dans le domaine en dit long sur leur potentiel.


Nova Twins parties pour durer indéniablement, au milieu de tous ces bonhommes on tient peut être le nouveau fer de lance des groupes féminins. Rien que ça.


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Mark Lanegan


Straight Songs Of Sorrow


"

A peine 7 mois après la sortie de l’excellent Somebody's knocking , revoilà déjà un nouvel album de Mark Lanegan, Straight songs of sorrow . Si les fidèles du vieux loup américain sont habitués à la régularité stakhanoviste de ses sorties, ce douzième disque solo (le sixième en 8 ans) revêt un caractère particulier, car il parait conjointement à son autobiographie, sortie aux Etats-Unis sous le nom de "Sing Backwards and Weep".

"
À lire également