↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Rhesus


Sad disco


(17/10/2005 - PIAS (France) - Power Pop - Genre : Rock)
Produit par

1- Bikini test / 2- Just let go / 3- Sad disco / 4- Sorry for this / 5- Daylight / 6- You and me / 7- Afternoon / 8- The actress / 9- Back in town / 10- Get over it / 11- Anytime / 12- Talk talk talk
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (11 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Enfin l'album pour le trio grenoblois !"
Matt, le 01/11/2005
( mots)

Après 2004, année de sa révélation au public par le biais respecté du concours CQFD des inrockuptibles, Rhesus débarque en 2005 avec Sad disco, premier véritable album du trio grenoblois faisant suite à l'EP Meanwhile at the party.

Fille ou garçon ? A la bulgare, Rhesus vous donne le choix du sexe de leur nouveau-né (le contenu restant le même, rassurez-vous). Défiant les lois officieuses du chauvinisme absolu, le groupe accouche d'un effort anglophone sans complexe, passant même brillament outre l'accent à couper au couteau. Tendance belge appréciable. Tendance qui permet également en d'autres lieux d'enchaîner les rimes approximatives et de faire couler à nos oreilles des textes sans grande profondeur, pauvres et sans message.

Dans l'obèse famille pop-rock, Rhesus aura sans doute du mal à tirer son épingle du jeu (dans l'immédiat). Non pas du fait d'une qualité absente, bien au contraire, mais simplement en conséquence de la saturation actuelle observable en matière de rock populaire (sur le territoire français du moins). Dommage, considérant notamment les aptitudes émotionnelles et créatives du groupe.

Sad disco donc, dont on oubliera le côté 'disco' pour ne conserver que l'aspect 'sad', est pétri d'intelligence et d'habileté musicales. De "Bikini test" à "Talk talk talk", 12 titres s'enchaînent dans une harmonie désarmante. Une homogénéité appréciable, loin d'être ennuyeuse, alternant tubes en puissance comme "Bikini test", "Just let go", "sad disco" ou "The actress", et compositions romantiques ou mélancoliques ("Afternoon", "Get over it"). Le savant mélange des voix d'Aurélien Marie (lead) et de Laura Rosello (suave à souhait), entre questions-réponses et double chant, est sans doute pour beaucoup dans l'impression générale positive impactée par le trio.

A coup sûr, les références ne manqueraient pas pour définir le style de Rhesus, mais le mieux reste encore de découvrir leur univers propre (dans tous les sens du terme) sans s'attacher outre mesure à les comparer aux grands noms de la pop moderne.

De belles idées, des mélodies saisissantes, une production léchée (outre-Quiévrain), voilà un groupe français à surveiller tant il pourrait bientôt faire parler de lui...
Espérons-leur en tout cas autre chose qu'un Rhesus sans gain.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Rhesus


The Fortune Teller Said


Critique d'album

Rhesus


Meanwhile at the party


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également