↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Sophie Hunger


The Danger of Light


(15/10/2012 - Two gentlemen - Pop-folk - Genre : Autres)
Produit par

1- Rererevolution / 2- Souldier / 3- LikeLikeLike / 4- Das Neue / 5- Can you see me? / 6- Heharun / 7- Z'Lied vor Freiheitsstatue / 8- Holy hells / 9- The fallen / 10- Perpetrator / 11- Take a turn
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (10 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Elle a déçu sur son précédent album mais Sophie Hunger sait se faire pardonner."
Geoffrey, le 11/10/2012
( mots)

Ouf ! Sophie Hunger revient avec The Danger of Light, et elle a retenu la leçon tirée de son précédent album. On lui avait reproché un manque de personnalité, transformant 1983 en un album trop peu digne d’intérêt. A croire (fièrement) qu’elle a souhaité tenir compte de qu’il lui a été dit, tout du moins sur Albumrock. Le résultat est probant, et la suissesse nous livre ici un nouvel album admirablement conçu, celui qu’on attendait pour nous réconcilier avec son univers. 

Car on sait Sophie Hunger capable de prouesses musicales. Elle nous l’avait promis lors de ses concerts intimistes (à fuir sur de plus grosses scènes) et lors de son premier album studio, Monday’s ghost. Une intimité qui caractérise la bernoise par des morceaux plutôt lents, teintés de jazz et de folk. Ce mélange de deux styles chaleureux à la douce mélancolie qui colle aux couleurs automnales. Pas de doute, The danger of light nous parle, illustre notre époque et, paradoxalement, nous éclaire d’une petite lueur à la fois rassurante et troublante, comme la bande son d’une séance de cocooning sous un déluge d’orage. "Souldier", "Can you see me?" et "Take a turn" nous transmettent agréablement ce frisson, servi par de magnifiques mélodies. Mais Sophie Hunger s’autorise aussi quelques touches de rock et de blues ("Rererevolution") ou quelques nuances pop rassurantes ("Holly hells") pour accélérer le rythme. Et pour servir son univers si particulier, Sophie Hunger sait s’entourer. Son inséparable tromboniste Mickael Flury est en bonne place pour feutrer davantage l’ambiance ouatée du disque, épaulé entre autres par la guitare de Josh Klinghoffer (Red Hot Chili Peppers, PJ Harvey) ou la batterie de Steven Nistor (Danger Mouse). Sophie Hunger, elle, s’amuse toujours à battre le chaud et le froid de sa puissante voix sur des chansons chantées essentiellement en anglais ou un peu en allemand (dont une phrase en français sur "Das neue"). Sorti de la composition et l’interprétation, c’est par une production léchée et un mixage parfait que cet album se démarque particulièrement. Un son qui fait ressortir les instruments, les basses profondes et sombres, et les aigus scintillant. Un régal d’audiophilie.

Alors oui, tout est bon dans cet album. Production, composition, interprétation. Le trio indispensable pour réussir son album, marquant le retour de Sophie Hunger, qui se révèle donc d’une extrême efficacité. Tant mieux, car échaudé par le précédent, la découverte de The danger of light rassure et ravit.

Si vous aimez The Danger of Light, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Sophie Hunger


1983


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également