↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Turin brakes


Wide-eyed Nowhere


(16/09/2022 - Cooking Vinyl - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- When You're Around / 2- Up For Grabs / 3- World Like That / 4- Into The Sun / 5- The Ride / 6- Isolation / 7- This Love / 8- Rain And Hurricanes / 9- Solid Ground / 10- Wide-Eyed Nowhere / 11- No Rainbow
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Turin Brakes revient avec un 9ème album aussi prévisible qu'irrésistible. Une réussite."
Quentin, le 12/12/2022
( mots)

Le temps passe pour Turin Brakes. Cela fait désormais plus de 20 ans que Olly Knights (chant principal, guitare) et Gale Paridjanian (guitare, chant additionnel), deux amis d'enfance qui ont appris à marier leurs voix sur les bancs de la chorale d'une église dans le sud de la banlieue londonienne, ont posé les bases de leur pop acoustique élégante, intimiste et sensible. Et contrairement à d'autres groupes également issus du "New Acoustic Movement" emmené par les Kings of Convenience au début des années 2000, Turin Brakes a su maintenir au fil du temps une qualité de production musicale assez homogène, avec plus de coups d'éclats que de coups d'arrêts. On recommande notamment les albums "Dark on Fire" et "We Were Here" respectivement sortis en 2007 et 2013.


Après la réédition l'année passée de leur excellent premier album, "The Optimist LP", Turin Brakes revient en 2022 avec un 9ème opus qui confirme, une fois encore, le talent naturel du groupe pour composer des chansons mélancoliques et envoûtantes que l’on apprécie dès la première écoute pour leur beauté et leur sensibilité. Aujourd’hui composé à part entière comme un quatuor avec l'intégration officielle des musiciens qui accompagnent le duo depuis leurs débuts à la batterie et à la basse, le groupe fait toujours la part belle à la voix singulière puissante et fragile d'Olly Knights et aux effets de guitare slide inspirés de Gale Paridjanian sur les 11 morceaux qui ornent cet album.


Si les chansons ont toutes été écrites avant la pandémie, selon un processus de composition que le groupe définit lui-même comme plus ouvert par rapport aux précédents albums, les jeunes optimistes des débuts sont désormais des quarantenaires qui regardent le monde qui les entourent évoluer avec une certaine forme d'inquiétude et d'incompréhension. C'est ce que traduit le titre de l'album, "paumé nulle part", ainsi que la pochette mettant au premier plan le flou d'un paysage morne que l'on imagine défiler à toute vitesse derrière la vitre d'un véhicule à la destination inconnue. On retrouve ainsi sur cet album des paroles sombres et désabusées avec plusieurs morceaux qui charrient une vision du monde assez pessimiste à l'instar de "World Like That" et ses arpèges élégants que n'auraient pas renié les français de Syd Matters, qui reste sans appel sur l'impossibilité de trouver sa place dans le monde actuel.


Musicalement, l'ensemble de l'album est particulièrement cohérent avec un vrai travail d'orfèvre au niveau des arrangements. La signature sonore du groupe est immédiatement reconnaissable dès l'entame de "When You're Around", avec un grain de voix doux et captivant porté par des guitares acoustiques délicates qui s’entremêlent et des slides aériens et entêtants. Le groupe sait alterner les ambiances acoustiques bluesy mises en relief par des touches de bottleneck et de guitares électriques planantes comme sur "The Ride", "Solid Ground" ou "No Rainbow" et des envolées pop irradiantes à l'image de "Isolation", "This Love" et surtout "Up for Grabs" et ses chœurs entraînants qui restent longtemps en tête. Mention particulière au single "Into The Sun" pour sa progression mélodique éclatante et sa guitare électrique entreprenante qui amène un peu de muscle dans un album globalement très calme. Voilà un morceau plein de chaleur que l'on a envie de garder près de soi à l'entrée de l'hiver.


L'album atteint enfin véritablement des sommets à deux reprises, d'abord avec "Rain and Hurricanes", une courte balade à la pureté désarmante qui ressuscite pendant un court instant le génie d'Elliott Smith, puis avec le morceau éponyme "Wide-eyed Nowhere" délicate mélodie au piano servant la performance vocale de Olly Knights qui vient poser sa voix de tête sur des canons de toute beauté pour un refrain envoûtant.


Vous l'aurez compris, si nous ne connaissez pas encore ce groupe, nous vous encourageons vivement à vous laisser tenter par son écoute. La musique des britanniques est bien plus sophistiquée et intéressante que ne le laisse suggérer les reprises multiples de leurs morceaux dans des séries télévisées pour adolescents. Ce 9ème album aura à coup sur ses détracteurs qui lui reprocheront ses allures de fleuve un peu trop tranquille. Certes, Turin Brakes fait ce qu'il sait faire de mieux sans renouveau ni prise de risque. Mais il le fait tellement bien. Après 20 ans à composer des mélodies indélébiles, les londoniens se sentent peut-être "paumés nulle part", mais ils ne le sont certainement pas dans leur musique.


A écouter : "Into the Sun" / "Rain and Hurricanes" / "Wide-eyed Nowhere"


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Turin brakes


Ether song


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert