↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Wobbler


Afterglow


(30/03/2009 - Termo records - Rock Progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- The Haywain / 2- Imperial Winter White / 3- Interlude / 4- In Taberna / 5- Armoury
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Aux origines de Wobbbler ..."
François, le 08/09/2020
( mots)

S'ouvrant sur Afterglow par un "The Haywain" qui joue les ambiances folks renaissance à la Gryphon, le second album de Wobbler rappelle la volonté du groupe de renouer avec le progressif des premiers temps, le plus aventureux et le plus exigeant. S’étant fait une petite réputation parmi les amateurs, le groupe norvégien revient avec un nouvel opus qui met au goût du jour ses premières compositions datant de 1999 (mais enregistrées un peu moins de dix ans plus tard). On a donc entre les oreilles l’origine musicale du groupe associée à un savoir-faire développé suite à quelques années de pratique. Un programme alléchant, d’autant plus que la pochette, revisitant le Jardin des délices (le claviériste est également à la peinture), confirme le bon goût pictural de Wobbler. 


Bien sûr, au regard de la temporalité complexe qui relie les deux (plusieurs années entre les sorties certes, mais des compostions plus anciennes), Afterglow est dans les pas de Hinterland – à moins que ce ne soit l’inverse. Et l’album, quoique relativement court (une grosse demi-heure) n’en est pas moins dense. Il se compose de deux grandes suites d’une durée avoisinant le quart d’heure, entrecoupées de petites sauteries tout droit sorties de la Renaissance, rappelant la dimension folklorique du groupe. 


La densité de l’album tient en plusieurs points. C’est d’abord une question instrumentale puisque l’opulence est de mise à ce niveau. Sans évoquer les outils plus classiques du rock, mettons en avant les nombreux instruments acoustiques, du violoncelle au fameux tournebout (très présent sur "Armoury") en passant par la flûte, de laquelle les intermèdes folks raffolent, de même que les longues pistes. Il faut également parler des claviers analogiques dont toute la gamme semble être utilisée au profit de sonorités et d’atmosphères variées, parfois surprenantes. 


Ensuite, l’épaisseur d’Afterglow vient principalement des deux grandes pièces qui le composent. "Imperial Winter White" est la plus réussie, avec une première partie très complexe aussi bien rythmiquement (on passe du ternaire aux rythmes syncopés facilement) avec des jeux sur les thèmes, les ruptures brutales et le volume, puis une seconde plus mélodique et absolument délicieuse (aussi bien sur le pont assez véloce que sur la partie chantée). "In Taberna", plus mélancolique, est également plus complexe mais marie les moments expérimentaux avec de beaux passages au violon ou des moments folks. Malgré l’exigence de la musique, on est à chaque fois raccroché par des digressions funky, des mélodies de claviers, un solo de flûte langoureux … Un équilibre précaire que cette musique heurtée parvient à faire ressentir, et dont la difficulté rythmique est relevée par une basse ronde très présente. Un exercice qui n’est pas sans évoquer le premier album de Steve Hackett dans le jeu de guitare, dans les claviers et surtout dans ce mélange des genres entre expérimental et symphonique. 


Afterglow, en revenant sur les premiers temps du groupe, est un parfait complément à son prédécesseur, en creusant et diversifiant cette direction esthétique. Une première époque du groupe puisque la suite, toujours aussi pertinente, montrera une évolution vers d’autres contrées.  


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Wobbler


Dwellers of the Deep


Critique d'album

Wobbler


Hinterland


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également