↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Billet Albumrock

Lettre à Anna


Daniel, le 27/12/2021

Très chère Anna (1),

Sincèrement, je ne suis pas très fan de ta musique. J’écoute. Mais ça ressemble un peu à du Kate Bush qui aurait abusé de la bière artisanale de chez moi.

Cela dit, très chère Anna, je défendrai jusqu’à mon dernier souffle le droit (l’obligation) pour tout(e) artiste de s’exprimer dans un environnement public. Parce ce que la musique (comme toute forme d’art) n’a de valeur que si elle est diffusée (et quand elle est diffusée).

J’aurais vraiment adoré entamer un débat avec le petit nombre de femmes et d’hommes qui s’est opposé physiquement à quelques-uns de tes récents concerts (en France comme en Belgique). 

Fidèle à mes mauvaises habitudes, j’aurais longuement péroré au sujet de Dante Alighieri (pour ses "Enfers"), de Giuseppe Tartini (pour la "Trille du Diable"), de Johann Wolfgang von Goethe (pour "Faust"), de Robert Johnson (pour "Me And The Devil Blues"), des vilains Rolling Stones (pour "Dancing With Mister D"), de l’affreux Black Sabbath (pour toute son œuvre) et patati et patata… 

Je suis intarissable quand il s’agit de parler de choses pédantes et de leur(s) contraire(s). 

Mais, très chère Anna, alors que j’entamais ce long discours incendiaire à l’encontre des crétins qui ne souhaitent pas que tu t’exprimes, je me suis souvenu d’une phrase attribuée à Michel Audiard : "Je ne parle pas aux cons, ça les instruit."

Alors je me suis dit que, finalement, il était plus simple de laisser les cons se complaire dans leur prosélytisme obsolète et imbécile (2).

Le plus bel hommage que je puisse te rendre est simplement de traduire ton texte et de le diffuser. Tu me pardonneras si, par plaisir sémantique et sous mon entière responsabilité, je traficote un peu tes propos, mais tu admettras que c’est moins grave que vouloir te contraindre au silence !

"J’avais tout

Un peu jeune pour être vieille fille 

Un peu âgée pour rester célibataire 

J’étais aimée du monde entier

La compagnie idéale…

Au hasard d’un faux pas

Je suis tombée amoureuse d’un être malsain

Et cet amour a détruit ma joie d’être

Maintenant, ce sont des pilules qui m’aident à vivre

Elles me possèdent

Elles sont devenues l’unique habitude 

De mon quotidien solitaire

Parfois j’écoute encore ce crétin qui me domine

Je supplie les pilules de m’accorder la vie

Cet amour me possède comme je le vénère

J’en suis malade, de chaleur et de froid

Il n’y a plus ni bien ni mal (3)

Je me suis simplement effondrée

J’ai fait l’Amour

L’Amour avec le Diable…"

 

Bien à toi, très chère Anna ! 

Si, fort accidentellement, tu passes un jour par mon patelin pour un concert, je serai au premier rang. Avec mon t-shirt vintage "Highway To Hell". Souvent porté. Jamais lavé. Tant pis pour l’odeur. Il paraît que le Diable n’est pas très regardant (4)…

Daniel (avec un "D" comme Diable)

(1) il s’agit évidemment de l’artiste suédoise Anna Michaela Ebba Electra von Hausswolff dont le nom me rappelle la citation d’un critique rock anglais qui avait écrit (circa 1984) : "Les parents qui appellent un enfant Yngwie Malmsteen ne doivent pas aimer leur fils." Juste pour détendre l’atmosphère…

(2) avec toutes mes excuses aux vrais "imbéciles" qui n’y peuvent rien, le terme est ici entendu dans son sens médical premier, c’est-à-dire "une personne intellectuellement déficiente".

(3) à titre d’exemple, les tintinophiles se souviendront que le capitaine Archibald Haddock a connu les mêmes affres dans Coke en stock (ouvrage au titre éminemment de circonstance, publié par Hergé en 1958) sans qu’aucun intégriste ne pense à s’enchaîner aux portes de l’imprimerie pour empêcher toute publication. Voir la page 42 de l’édition originale.

(4) dans son ouvrage de référence Rock'n roll. Viol de la conscience par les messages subliminaux, le Père canadien Régimbald relatait que les deux groupes de métal les plus sataniques du monde étaient évidemment Kiss (acronyme de "King In Satan’s Service") et Abba (parce que le premier "b" était orthographié à l’envers).

Commentaires
Daniel, le 06/01/2022 à 12:14
Cher Guillaume, En préambule, un grand merci de m'avoir lu. Mon petit texte est un simple "coup de gueule" et il est forcément brut de décoffrage, irréfléchi et caricatural. A mon image :-) Je serais évidemment ravi de poursuivre la discussion à ta convenance et selon divers angles qui mériteraient certainement d'être plus "documentés" et plus longuement étayés. Parce que le sujet me passionne. Depuis longtemps. Bien à toi !
GuillaumeAR, le 04/01/2022 à 21:23
Salut Daniel, pardon je vais te faire une remontrance, tu nous sors un papier pontifiant dont l'élan voltairien du début s'épuise dès qu'il s'agirait d'exposer le moindre argument. Aucune remise en contexte, mais un traitement par le mépris de tes adversaires et une salve de moqueries pour l'artiste empêchée de jouer. Et pourtant, en prenant un peu de recul il y avait sûrement des angles plus intéressants à explorer, comme la question des concerts dans les lieux de cultes, ou les luttes au sein des catholiques entre la hiérarchie et les fidèles (car le concert avait été autorisé par le diocèse). Au plaisir de poursuivre la discussion.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également