↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

Comedian Rhapsodie (bis) - Thomas VDB


"Si j'existe, c'est d'être fan (mais pas que)"
Mathilde, le 05/12/2021
( mots)

Il y a deux types de personnes dans la vie (elle commence bien cette chronique avec ce petit ton discriminatoire): les fans et les non fans. Disons que c'est difficile de se dire "un peu fan". Même si on en a honte et qu'on le revendique pas fort, c'est en nous ou pas. Ce comportement enthousiaste et passionné, ce "commitment" comme disent les gens qui parlent anglais, cette implication engagée envers certains groupes de rock, on peut dire sans se gourer que Thomas VDB l'a. C'est autour de ça qu'il s'est construit enfant et jeune adulte et c'est autour de ça que cette biographie, cette rhapsodie, se déroule. Par strate, par étage, par couche, par ville ("du rock Chinon rien") l'auteur a évolué via ses coups de foudre musicaux (Queen en tête). Via aussi son désarroi face à ceux qui n'y pigent rien (comme un certain Holger qui préfère les poissons aux Scorpions, référence).

Comment être classe et crédible, comment être rock tout bonnement, en venant de la province, quand on joue pour monsieur le maire et qu'on enregistre dans le studio de Saint-Paterne-Ratan? VDB chausse à nouveau ses baskets d'enfant/ado et ré-explore et retranscrit ses premiers émois musicaux. Le rock est à ce moment du livre une tape dans le dos qui guide l'auteur dans ses choix de stage et de groupes (aux noms plus ou moins judicieux) dans lesquels il chante. Comme dirait le philosophe Pascal: Thomas, s'il existe, sa vie, c'est d'être fan. Né pour le rock, il a été "livré avec bandana". Il y a deux autres types de personnes dans la vie (on aime décidément le côté péremptoire ici): les fans de goodies et ceux qui s'en cognent. L'auteur fait partie de la première catégorie et nous régale carrément de ses collections: les K7, les T-shirts (ou polos), les badges (sombre histoire)... Comedian Rhapsodie décrit alors les expériences vestimentaires et orchestrales qui forgent un homme et des goûts (en deux mots).

Vient le temps de l'âge adulte et de ses responsabilités inévitables. Suite aux Korniques musicales écrites pour le fan club de Korn qu'il préside, Thomas sera critique rock puis rédac chef de Rock Sound. Ses anecdotes deviennent alors "bigger than life" (comme le disent encore les gens qui parlent anglais). Le journaliste en vient à fréquenter ses obsessions du moment tels Weezer mais aussi Chris Cornell qui n'est pas dégueu non plus. Entre interviews géniales et entrevues ratées (celle avec les Red Hot est désopilante), VDB relate ses allers et venues dans des hôtels, des fois même aux States. C'est tellement fou qu'il en dit: "J'ai l'impression que quelqu'un va venir me dire que je ne suis pas du tout censé être là". Les attentes de ses collègues se font par la suite pesantes, la musique commence à avoir un goût amer, fatigant et presque décevant. Parallèlement l'attrait de la scène émerge, mais pas pour être dans la fosse... (La suite dans le livre)

Thomas VDB se dit pas hyper chaud pour les tâches longues, difficiles et redondantes. Alors plus que définir le rock, il décrit spontanément comment cette musique l'a mobilisé, comment il se l'ai appropriée, se l'ai figurée, l'a incarnée. Comedian Rhapsodie est sa façon tendre et auto-dérisionnelle (cet adjectif manque au dictionnaire) d'illustrer sa vie par des moments d'exultation musicale, mais aussi par des phases de lassitude professionnelle du même ordre. Ce livre ne se lit pas, il se dégomme. Comme on tape plusieurs fois dans un gâteau qu'on aime en se disant qu'on va en laisser une part pour plus tard, mais arrêtons de faire genre. Loin d'être dans l'imposture, l'ouvrage sera lu et relu, et trouvera bien sa place dans la bibliothèque aux côtés de Simon Reynolds, JD Beauvallet et John Robb (l'emplacement n'est pas définitif non plus). Ironie du sort, ne serait-ce pas au tour de Thomas VDB d'avoir ses propres fans? Faites tourner le merch.

PS: après la lecture du bouquin j'avais justement prévu d'écouter le Best Of, encore sous plastique, DU groupe étincelant 

PS bis (suite à Rudy): Alexandre + la fille de Viviane = définitivement Team Belzébuth 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/0f8bcf4e9ea7de3ac6519c0679a4fb84/web/chronique.php on line 71
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également