↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

Pearl Jam/Vitalogy


Auteur : Brice Tollemer
Editeur : Le mot et le reste
Date de sortie : mai 2009

Langue : Français
"Pearl Jam/Vitalogy"
Marc, le 15/07/2009
( mots)
La longévité de Pearl Jam, l'un des plus grands groupes du rock actuel, a été jalonnée d'albums et d'engagements divers mais l'image que le groupe a parfois laissée, et même volontairement délaissée, n'a pas été toujours bien comprise. A travers Vitalogy, un album devenu culte, Brice Tollemer nous remet les pendules à l'heure.

Avec Nirvana, Pearl Jam est avant tout perçu comme l'étendard de la musique grunge, mais à y regarder de plus près le groupe de Seattle est beaucoup plus que cela. La preuve en est avec « Vitalogy », leur troisième album réalisé en 1994, une oeuvre on ne peut plus anguleuse. Alors en pleine gloire après son premier et retentissant album « Ten », suivi du turbulent « Vs », le groupe est à l'époque traversé d'un profond mal être provoqué par sa fulgurante ascension. L'intégrité créatrice d'Eddie Vedder et de ses camarades ne laissant pas de place aux compromissions mercantiles, la réaction musicale fut épidermique. Plus encore, Brice Tollemer nous démontre que Pearl Jam a réalisé avec Vitalogy le dernier grand album vinyle et livré un ultime combat contre l'omniprésence à venir du cd en continuant de poursuivre celui qui l'oppose à la toute grande puissance du show-business.

En support à cet album, un livret comprenant quelques pages d'un étrange ouvrage psycho-médical du 19ème siècle : une encyclopédie de la santé et du bien-être... Entre attraction et répulsion, ce livret fascine et apeure avec la photo du pape, celle d'un chef indien ou celle d'un homme au visage pustuleux, la radio de la dentition d'Eddie Vedder ou encore un texte d'époque sur le danger mortel à propos de la masturbation masculine ! L'auteur, alors âgé de 14 ans, ne peut intellectuellement se sortir de ce mélange visuel et conceptuel. Ce premier choc restera gravé dans sa mémoire, ainsi que dans la mienne...

Des bribes de paroles de chansons sont aussi mises en exergue et permettent à l'auteur de disserter à propos de la dévorante industrie du disque, de l'amour et de ses inévitables écueils avec le titre « Better Man » ou de l'impossible quête d'une vie sans contraintes, sans excès ou aliénations avec « Bugs ». Ces mêmes causes et ces mêmes effets, directs ou indirects, qui, on le sait, ont entraîné les morts de Kurt Cobain et de Layne Staley (Alice in Chains), issus de la même scène grunge de Seattle. Ces deux évènements tragiques peuvent aussi expliquer l'atmosphère sombre et décadente qui se dégage de Vitalogy.

Brice Tollemer nous rappelle également l'engagement politique du groupe et sa ligne de conduite sans faille pour lutter en faveur de l'avortement, et contre les deux élections de Bush ou la guerre en Irak. Rétrospectivement, Vitalogy, pierre angulaire de la vie du band de Seattle aura donc été un passage obligé vers l'acceptation de soi et la reconnaissance des autres. Adoubé par Bruce Springsteen, choyé par Neil Young et louangé pour son authenticité par Pete Thownshend, Pearl Jam, 18 ans après sa création, trace sa route sans faiblir. Ce groupe majeur nous donne rendez-vous le 20 septembre à l'occasion de la sortie de son dixième album.
En savoir plus sur Pearl Jam
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert