↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Badly Drawn Boy


Date : 11/03/2003
Salle : Elysee Montmartre (Paris)
Première partie :
BeN, le 11/03/2003
( mots)
Quel pourrait être la definition d'une soirée réussie ?!

Un debut de festival à la fin de l'hiver dans une salle chaleureuse, avec un artiste hors du commun ?!

C'est exactement cela avec un Badly Drawn Boy (Damon Gough+ musiciens) s'il vous plait.

Malgré une première partie décevante, le public n'en était pas moins impatient de voir ce phénomène venu d'outremanche.

Découvert récemment par le grand public avec la soundtrack du film "About a boy", c'est un artiste complet qui passe avec une facilité déconcertante du clavier à la guitare etc ... on est subjugué par ses solos de clavier à la maniere d'un Matthew Bellamy version Anti-StaR PoP, bonnet peruvien en prime.

Malgré le sentiment 'début de tournée' de l'album ''Have you fed the Fish'' (as-tu nourri le poisson?) , des kirielles de petits accros sur les lancements de morceaux, les mélodies envoutantes et les textes plus qu'efficace estompe rapidement les quelques doutes qui subsitaient dans mon esprit.

Un concert très agréable, conclut de belle maniere par un appel à la paix en Irak et un vive la France. Chapeau l'artiste.

Si vous voulez décrouvrir son univers à la fois simple et d'une créativité déconcertante, Melting Pot de toutes les émotions simple de la vie, procurez-vous vite son disque.







Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également