↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Blood Red Shoes


Date : 09/11/2010
Salle : Le Grand Mix (Tourcoing)
Première partie : Holy State
Caroline BT, le 26/11/2010
( mots)
Le Grand Mix de Tourcoing accueille ce mardi 9 novembre 2010 le quatuor Holy State en première partie de Blood Red Shoes. Devant un drapeau à tête de mort installé au fond de la scène, nous découvrons les anglais Holy State, quatre jeunes garçons propres sur eux de prime abord, portant pour deux d’entre eux des petites vestes en jean et des lunettes de vue. Mais on ne joue pas de l’indie rock sans être un peu rebel ! Le batteur a des longs cheveux noués par un bandeau, porte une moustache et le reste de la troupe rivalise de tatouages divers. Devant un parterre de spectateurs clairsemé, le set commence par un long larsen et une annonce du chanteur au sujet de leur dîner trop copieux et le fait que celui-ci provoque une intense transpiration… C’est parti pour 8 morceaux courts et punchy ! Malgré leur anxiété, le leader évoquant souvent la future prestation de Blood Red Shoes pour établir le contact avec l’assistance, le groupe de Leeds réussit son premier passage au Grand Mix. Leur musique se rapproche de certains morceaux de Nirvana. Après un dernier encouragement pour Blood Red Shoes, Holy State quitte la scène emportant leur petit hérisson et leur pie empaillés. On regrettera tout de même les parisiens King of Conspiracy qui avait assuré la première partie punk au début de la tournée des Blood Red Shoes en avril dernier. Ils avaient joué de complexes morceaux noisy, avec une énergie et une rapidité impressionnantes. 
 
Plus tard, la salle se remplit peu à peu avec les fans arborant leur tee-shirt fétiches des Blood Red Shoes. Chacun veut réécouter sur scène le nouvel album Fire like this sorti à la fin de l’hiver, apprécié en live à l'Aéronef version Club au printemps. Originaires de Brighton, formant leur duo fin 2004, Blood Red Shoes est un duo simple et efficace, qui affiche une complicité discrète. Ici une simple guitare et une batterie suffisent à créer des tubes indie rock parfaits : de refrains simples et catchies qui n'ont pas leur pareil pour vous accompagner toute la journée… Aussi, revoir les Blood Red Shoes, c’est comme revoir de vieux amis, on les connait bien et on ne s’en lasse pas. Sur une petite musique d’introduction et dans le noir complet, Laura-Mary Carter et Steven Graham Ansell s’installent sur scène.
 
Dès les premiers titres "It's getting boring by the see" et "It's happening again", Laura-Mary, en chemise canadienne bleue et short en jean court, se met plus en avant, moins timide. Elle a pris de l'assurance sans pour autant voler la vedette à Steven. C’est avec un "Merci" que nous salue Steven, qui saisira d’autres occasions de nous parler dans un français plus qu’honorable. Les morceaux du dernier album Fire like this sont désormais bien rodés sur scène. Le rouleau compresseur "Light it up" rencontre un immense succès auprès du public, qui reprendra le refrain en chœur au rythme des lumières blanches éblouissantes. Dès les premiers mots "made a mistake", c’est l’explosion et l’immense joie d’écouter le désormais classique "I wish I was someone better", joué sur un tempo époustouflant. Steven Ansell frappe mécaniquement sa batterie avec la puissance qu’on lui connait tandis Laura-Mary allonge les riffs avec une rapidité impressionnante. Véritable maître d'orchestre, Steven, aime pointer sa baguette en l'air ("This is not for you"), marquant des temps d'arrêts forts, pour le plus grand plaisir de la petite assistance. Après le magnifique dernier titre "Heartsink" où l’assistance bouge à 100 %, Blood Red Shoes, revient, après de longues acclamations des spectateurs.
 
Surprise ! Les anglais échangent leur place pour ce morceau où on découvre que Laura sait très bien manier les baguettes et que Steven a lui aussi, du talent à la gratte ! On apprendra par la suite que ce petit bonus n’arrive que dans les meilleures salles lorsque les conditions optimales sont réunies. Après un "thank you for coming play with us" de la pourtant timide Laura, nous assistons au dernier morceau où elle jouera face à Steven à la batterie. Le set se termine par le rituel de Laura-Mary qui pose sa guitare face à l’ampli, la laissant émettre des sons à l’infini. Chacun attend déjà leur prochain passage et appréciera leur gentillesse avec les fans. En effet, les noctambules qui les attendront à la fin du concert auront la joie d’échanger leurs impressions avec le duo et de témoigner de leur admiration.

 
Photos du concert de Holy State au Grand Mix de Tourcoing le 9 novembre 2010

Photos du concert de Blood Red Shoes au Grand Mix de Tourcoing le 9 novembre 2010

Setlist de Holy State :

1 ? Bringing fat
2 ? Love PFO
3 ?
4 Villagers
5 Medicine hat
7 Get out
8 ?

Setlist Blood Red Shoes :

1 It's getting boring by the see
2 It's happening again
3 Light it up
4 I wish I was someone better
5 Count me out
6 When we wake
7 Say something say anything
8 Don't ask
9 This is not for you
10 Keeping it close
11 You bring me down
12 It doesn't matter much
13 Heartsink

Rappel

1 ?
2 ?
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également