↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Keren Ann


Date : 24/11/2011
Salle : Le Splendid (Lille)
Première partie : Doriand
Caroline BT, le 08/12/2011
( mots)
Rendez-vous est pris ce jeudi 24 novembre 2011 au Splendid de Lille pour le concert de la belle Keren Ann, avec en première partie son ami Doriand. Plus connu en tant que compositeur, récemment pour Mika ("Elle me dit") ou Camélia Jordana ("Non, non, non"), Julien Doré, mais aussi M, Katerine, Lio ou encore Pauline Croze ("M'en voulez-vous ?"), Doriand présente son quatrième album Lieu dit (octobre 2011). Pour la seconde fois, il accompagne Keren Ann sur sa tournée, avec laquelle il a déjà chanté en duo sur la bande originale du film Thelma Louise et Chantal ("La question" de Françoise Hardy). Face à un public timide, entre deux morceaux, Doriand s’est dévoilé un peu aux lillois, évoquant le métier de son aïeul, sa vie près de Bordeaux … Doriand Splendid LilleA l’image de son travail dans l'ombre pour la variété française, Doriand, discret et réservé, nous a interprété entre autres "Bordeaux" et "La recette du clafoutis parfait", dans une ambiance intimiste, accompagné de son pianiste. Des chansons en forme de contes ayant pour fil conducteur sa vie personnelle et évoquant subtilement ses regrets et ses souvenirs. Ce compositeur qui dit "écrire des chansons légères" a justement le mérite de savoir composer à la manière d’un Daho, mais aussi le don d’adapter en français un "Grace Kelly" de Mika ou encore de nous inventer "Toutes les femmes de ta vie" de feu les L5.
Nombreux sont les spectateurs au Splendid, retenant leur souffle, certains assis, d'autres debout sages et bien alignés, avant de voir la talentueuse Keren Ann. Après avoir travaillé avec son alter ego Benjamin Biolay, et notamment pour l'album d'Henri Salvador, Keren Ann, autodidacte, en est déjà à son sixième album. Encore trop confidentielle en France, elle partage sa vie entre New-York et Paris et enregistre souvent ses compositions folks au fil de ses voyages. Elle est découverte par le grand public avec l’album Nolita en 2004. Avec 101 sorti en février 2011, Keren Ann propose 10 titres en anglais. Un peu déroutant pour les fans à sa sortie, 101 s’avère être un album contrasté mais lui confirmant son statut d’artiste internationale. En effet, après des dates américaines au printemps, Keren Ann est donc en tournée pour quinze dates françaises et belges pour cette fin d’année.Keren Ann Splendid
Le concert débute avec le titre "101" diffusé en fond sonore. L'effet du décompte aurait pu être exceptionnel mais le brouhaha ambiant gâche un peu ce moment qui invite les spectateurs à entrer dans le concert en douceur. La dernière strophe résonne dans le Splendid "One … god !" et Keren Ann démarre avec "Strange weather" sous fond de lumières bleues. On redécouvre sa voix splendide et on se réjouit qu’elle soit bien plus cristalline que sur les versions numériques. C'est un pari osé de débuter par ce morceau mélancolique et émouvant. Mais les merveilleux "Wake up slowly" susurrés par Keren Ann en éblouissent plus d'un. Accompagnée par quatre musiciens, elle est à la guitare, au centre, les cheveux longs,  un pantalon noir et une blouse noire sans manches. D'abord intimidée, après "For you and I", un titre miraculeux mixant des textes poétiques et une mélodie blues, Keren Ann nous salue avec un "Bonsoir Lille", "That's right !" énergique. Elle enchaine avec "It ain't no crime", puis par la version boostée de l’énergique "Sugar mama" plus funky et plus rock, bien applaudie par les spectateurs du Splendid. "Lille !" crie-t-elle. Elle continue avec le titre "Song from a tour bus", encore une mélodie aux paroles simples et malignes, qui énumère les villes traversées en tournée et les sentiments mélancoliques des voyages … Puis c’est avec un plaisir non dissimulé que le public réécoute le délicat "Lay your head down". Chacun est charmé et fredonne en chœur ce tube de l'album éponyme de 2007. Keren Ann continue avec ses musiciens, avec lesquels on sent une complicité de longue date, le romantique "You were on fire" tiré de 101. Vient ensuite "Chelsea burns" qu’elle interprète seule à l'harmonica et à la guitare. Avant de chanter l’étonnant "All the beautiful girls", condensé de son talent et autre tube de 101, Keren Ann nous raconte une petite anecdote sur un de ses passages au Splendid. Bien-sûr un soir où il pleuvait dans le Nord, Keren Ann du haut de la fenêtre de sa loge a ouvert ses fenêtres et a chanté quelques couplets aux spectateurs patientant dans la rue. Le même soir, elle a offert d’innombrables rappels. Elle reste donc attachée au Nord depuis ce jour. Puis s’en suit le rigolo et rétro "Blood on my hands", (qui est un peu dans la même veine que "Sugar Mama"), où Keren danse un peu et nous déclare : "There's blood all over … Lille !" Après l’entrainant et subversif  "Je fume pour oublier que tu bois" elle enchaine sur "My name is trouble" dans une version totalement inédite : Un remix qui vaut à lui tout seul tout le concert, mixant pop, folk, rock, transe, sons hindis, lumières stroboscopiques. Elle joue même avec les spectateurs en les surprenant plusieurs fois en faisant semblant de terminer la chanson. Keren Ann Lille nov 2011Après une présentation de ses musiciens (Marc Chouarain au clavier, Nicolas Fiszman à la guitare), Keren Ann termine par le triste mais sublime "In your back". Keren Ann offre deux rappels émouvants. Tout d'abord, elle revient en nous déclarant "Lille, c'est Lille ! Ya pas deux Lille !" et chante "Que n'ai-je ?" dans un silence religieux. L'émotion est à son comble pour "Not going anywhere", où tout le monde a la chair de poule, les poils s'hérissant sur la peau. Après avoir souhaité un joyeux anniversaire à une certaine Marie, elle reçoit un bouquet de roses rouges et repart vers les coulisses. Elle remonte sur scène quelques minutes plus tard sous les applaudissements et ovations du public. Seule au micro, a capella, elle termine avec le magnifique "It's always you".
Ebloui, chacun retourne chez lui des étoiles plein la tête et avec l'impression d'avoir passé une des meilleures soirées de l'année. Même si elle connait le succès outre atlantique, elle reste finalement discrète en France, ce qui nous ravit. Ceci nous permet d’obtenir sans trop de mal des places pour ses concerts et de profiter de l’acoustique de petites salles accueillantes. Keren Ann offrira même encore un peu de son temps à la fin du concert pour dédicacer quelques CDs, échanger quelques mots avec son public en toute gentillesse et simplicité pour clore cette heure quarante exceptionnelle. Cela confirme la maîtrise et le talent de cette chanteuse accomplie.

Photos de Doriand le jeudi 24 novembre 2011 au Splendid de Lille

Photos de Keren Ann le jeudi 24 novembre 2011 au Splendid de Lille
Setlist Keren Ann :

1 Strange weather
2 For you and I
3 It ain't no crime
4 Sugar mama
5 Song from a bus tour
6 Lay you head down
7 You were on fire
8 Chelsea burns
9 All the beautiful girls
10 Blood on my hands
11 Je fume pour oublier que tu bois
12 My name is trouble
13 Sailor and widow
14 In your back
Rappel 1 :

1 Que n'ai-je ?
2 Not going anywhere
Rappel 2

1 It's always you
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également