↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Interview de Dan Canzonieri (Electric Frankenstein)


Rudy, le 24/07/2019

Dan, c’est comment d’être dans le même groupe que son frère depuis 30 ans ?

Et bien certaines choses sont faciles et d’autres plus difficiles, il y a ces combats entre frères tu sais… mais pas trop entre nous, on s’entend bien, on se chambre pas mal en général. On a de l’expérience maintenant, si il y en a un qui ronfle il va dormir dans une autre chambre ahah !

 

Te souviens-tu ta première attraction envers la musique ?

Ma mère était une grand fan d’Elvis Presley, et elle jouait constamment ses vinyles quand j’étais petit. Ce sont les plus lointains souvenirs que j’ai. Puis plus tard, mon frère, qui est plus vieux que moi, a commencé à écouter du punk, et du coup je me suis dit “Oh c’est quoi ça ! Ça ne ressemble à rien d’autre !” Je devais avoir 12 ans, et c’est là que j’ai commencé à me mettre à la basse.

 

Quel est le premier album que tu aies acheté ?

Hmmm… Je ne me rappelles pas du premier album, mais du premier single, c’était ‘Gigantor’ de The Dickies.

 

Penses-tu que ça été différent d’avoir un groupe de punk dans le New Jersey ?

Oui. Déjà parce que tout dans le New Jersey est étalé, il y a beaucoup de petites villes et pas vraiment de grande ville. Du coup c’était différent par rapport aux villes ou différents groupes commencent en même temps, dans le New Jersey ça n’est pas si facile, j’ai l’impression qu’il n’y a pas vraiment de scène là-bas. Tu as un mec qui vit à une demi-heure de route, un autre de l’autre côté et il faut encore trouver un endroit au milieu pour répéter. Aussi, c’est les gens de New York diront “ah ce sont des gars du New Jersey” et inversement… Il n’y a pas d’unité, tout le monde se tourne autour en quelque sorte.

 

J’imagine que ça été plus difficile pour trouver des concerts au début ?

En fait nous avons commencé par répéter pendant deux ans avant d’enregistrer notre première chanson, et alors seulement on a cherché à jouer en concerts. Comme ça on avait quelque chose dans les mains pour prouver de quoi on était capables, plutôt que de se développer devant les gens. On est arrivés prêts, avec l’avantage de ne pas se retrouver sur scène à se demander comment un morceau sonnait. On a sonné tout de suite en place, comme si on avait fait ça depuis pas mal de temps. On avait planifié ça comme ça.

 

Je trouve que votre nom est l’un des meilleurs pour représenter la musique du groupe: la notion d'électricité et d’un monstre composé de différentes influences rock. 

Je suis content que tu ai compris ça ! Parce que c’est à 100% ce pour quoi nous l’avons choisi.

 

Comment vous est-il venu ?

D’une manière indirecte je crois… Tu sais ma famille est originaire d’Italie, et on a entendu qu’il y avait un club à Milan qui s’appelait comme ça, ça devait remonter aux années 60 ou 70. Probablement que quelqu’un avait mentionné ce nom à un moment et qu’on s’en est souvenu.

 

Avec ton frère Sal, vous êtes pas mal impliqués dans différentes formes du business musical: comment vois-tu les changements récents avec d’un côté Spotify et de l’autre la mode du renouveau du vinyle ?

Et bien, j’imagine que Spotify est nécessaire maintenant, mais je n’en suis pas fan parce que, tu peux avoir 100,000 téléchargements pour 50 centimes… Et le vinyle, j’aime mais j’aimerais que ce soit moins cher.

 

J’imagine que tu as une grosse collection ?

Pas mal grande oui, mon frère en a plus, je dois avoir quelques milliers de disques.

 

As-tu un job à côté de la musique ?

Plus jeune, il y a peut-être vingt an, je vivais de la musique, c’était plus facile, tu pouvais ne bosser que par courte période pour payer des trucs précis.

 

Aussi c’était une période ou tu n’avais pas de famille à charge…

Oui voilà, maintenant j’ai une femme et des enfants, un emprunt… Je bosse pour des boîtes de télévision, je m’occupes des programmes pour les systèmes de vidéoconférences, pour que tout soit relié à l’ordinateur : un téléphone, un rétroprojecteur etc. Du coup je voyage beaucoup, chaque semaine je vais dans un nouvel endroit. Je suis allé bosser dans tous les États-Unis, à Hong Kong, à Singapour, au Japon, en Inde etc.

 

Tu es bien le premier musicien que je connais qui voyage plus avec son boulot qu’avec son groupe !

Ouais ! Je devrais faire rentrer les autres dans la boîte, comme ça on pourrait booker des tournées pendant nos déplacements professionnels ahah !

 

Vous venez de ressortir une version revue de l’album How to make a monster pour ses 20 ans : quel regard portes-tu sur ce LP maintenant ?

Je ne l’avais pas écouté depuis des années, puis nous avons réalisé qu’il a fêter ses 20 ans, alors on l’a réécouté pour voir comment il sonnait maintenant. Je trouve qu’il sonne encore frais, pas vieux ou daté. Aussi je connais pas mal de gens qui n’ont pas réussi à avoir la première version, donc on s’est dit qu’on allait le ressortir comme on l’aurait voulu à l’époque. Tu te dis toujours : “J’aimerais pouvoir changer ci et ça”, et donc on a eu l’opportunité de régler certaines choses qu’on n’avait pas trop aimé à la première sortie. On l’a remastérisé et on a un peu retravaillé la pochette, et on a ajouté un poster et les notes.

 

Quel serait le pic de ta carrière ?

Bah tu vois je crois que ressortir How to make a monster me rend vraiment fier, parce que j’y ai beaucoup travaillé moi-même. Et à sa sortie il y a 20 ans donc, ça nous a emmené sur notre première grosse tournée. Avant nous ne faisions que des petites salles et avec l’album on a été signé sur le label Victory Records, et on est allés jouer des festivals, devant des milliers de gens. Alors ces deux sorties de l’album forment un tout qui serait ce pic de carrière pour moi.

 

Quel conseil donnerais-tu à un jeune groupe qui part en tournée ?

Eh bien, soyez sûrs d’être prêts. Comme je l’ai dit, nous avons mis 2 ans avant de jouer devant un public. Ne vous dites pas après 6 mois “c’est bon on part en tournée”, soyez déjà sûrs que vous sonnez bien, comme ça les gens voudront vous revoir. Et aussi prévoyez beaucoup de slips et de chaussettes ! Ahah !

 

Avec ton expérience, qu’est-ce qui a changé pour toi en tournée ?

Je pense que je peux plus en profiter maintenant, parce que dans le passé je prenais tout ça très au sérieux parce que c’était mon unique job, il fallait que je m’assure que tout était bien et que l’argent rentre, pour manger et payer le loyer. Maintenant que j’ai un autre boulot je le fais juste par plaisir, du coup c’est une expérience bien plus agréable dorénavant.

 

Que préfères-tu dans le fait d’être musicien ?

De pouvoir être créatif et de m’exprimer… Mais je crois bien que ce que je préfère c’est d’être sur scène et partager de bons moments avec les gens. La vie de tous les jours c’est un peu comme être Superman mais toujours dans le costume de Clark Kent, quand je suis en tournée je peux enlever mes lunettes et jouer avec d’autres super héros…

 

La scène est un peu ta cabine téléphonique alors...

Oui ! Ahah

 

Quel est le concert le plus étrange que tu aies donné ?

Il y a peut-être cinq ans, on a joué dans les magasin Bloomingdales dans le New Jersey et à New York, dans les rayons de vêtements homme. Ils voulaient faire une boutique éphémère et vendre quelques uns de nos t-shirts, et pour faire la promotion de la boutique ils nous ont demandé de jouer dans le magasin. C’était vraiment bizarre de jouer dans un centre commercial avec tous ces gens, des clients venus faire du shopping, des vieux, des jeunes, de punk, des familles, mes enfants, et nous au milieu des étagères de fringues.

 

Et quel serait ton meilleur concert ?

Pour moi… Il y en aurait deux : la mini tournée au Japon il y a deux ans et il y a 20 ans quand nous avons joué au festival de Roskilde, c’était tellement bon de voir ces milliers de gens devant nous…

 

Est-ce quelqu’un t’a déjà crié un truc marrant sur scène ?

Je ne sais pas… mais c’est toujours marrant quand y’en a un qui gueule “ferme la et joue la prochaine chanson !” ahah

 

Quel est le truc le plus dingue que tu aies vu depuis la scène ?

Et bien une fois on jouait en France et on a vu un couple en plein ébat sexuel au fond de la salle pendant qu’on jouait ! On voyait bien leurs mouvements aha !

 

Comment décidez-vous vos setlists ?

Et bien pour cette tournée c’était facile puisqu’on joue l’album How to make a monster en entier et qu’ensuite on laisse les gens choisir ce qu’ils veulent entendre. Mais d’habitude c’est une démocratie et chacun est libre de dire ce qu’il voudrait jouer ou pas, mais on sait bien que certaines chansons doivent être jouées comme ‘Speed Girl’ ou ‘Electrify Me’...

 

Quelle est la meilleur chanson jamais écrite pour toi ?

‘City Slang’ du Sonic Rendezvous Band.

 

L’histoire autour de la chanson l’a rendue un peu spéciale…

Oui, la première fois que je l’ai entendue je ne trouvais pas de qui c’était etc, et quelques années plus tard c’est un pote qui m’a dit alors que ça faisait deux ans que je cherchais !

 

Personnellement je l’ai découverte avec la reprise qu’en ont fait The Hellacopters et leur collaboration avec Scott Morgan…

Oui on a joué avec eux au CBGB à New York et ils avaient invité Scott Morgan sur scène avec eux, ça avait été une bonne soirée.

 

Quelle est la meilleure chanson d’Electric Frankenstein ?

Je pense que ce serait ‘It’s all moving faster’. The Hellacopters ou encore Sweet l’ont reprise ainsi que d’autres groupes. Tout le monde aime cette chanson. Et moi aussi, parce que je l’ai écrite !

 

Vous allez la jouer ce soir ?

Peut-être, si les gens la demandent, mais bon ici on a que 50 minutes de concert, après avoir joué How to make a monster en entier il restera maximum 10 minutes…

 

Si tu pouvais jouer dans un autre groupe ce serait ?

Ce serait The Misfits, ou The Damned. Mais les vrais Misfits avec Glenn Danzig, les autres Misfits n’existent pas pour moi.

 

Quel a été le concert qui t’a marqué étant jeune ?

Les Ramones, en 1986 je crois, celui-là est resté gravé. C’était un concert fantastique et j’ai pu les rencontrer après, je devais avoir 14 ans, et pour moi c’était comme de rencontrer Led Zeppelin pour quelqu’un d’autre. C’est ça qui est bien avec le punk, c’est plus facile de rencontrer tes héros. Si tu aimes Rush, Iron Maiden ou Ariana Grande, c’est plus difficile ahah ! J’ai rencontré tous ceux que j’ai voulu, et alors tu te rend compte qu’ils aiment bien ton groupe aussi, et c’est aussi cool de le savoir.

 

Quels sont les trois groupes que tu as les plus écoutés ?

The Adolescents, The Damned et The Misfits. Si tu vis au New Jersey et que tu aimes le punk rock… The Misfits étaient partout, alors si tu voulais te mettre là-dedans, tu voulais faire la même chose qu’eux.

 

Quel est pour toi le groupe le plus sous-estimé ?

The Damned. Tout le monde pense The Clash, Sex Pistols ou même Ramones, mais The Damned étaient probablement meilleurs musicalement que tous ceux-là: ils ont écrit de meilleurs chansons mais n’ont pas eu le même crédit à l’époque. Ils ont des albums fantastiques, et maintenant les gens commencent à vraiment les apprécier. En particulier leur premier album Damned, damned, damned, alors peut-être qu’ils commencent maintenant à avoir ce crédit, et je suis content de voir ça. Ils ont ouvert pour les concerts de réunion des Misfits dans des stades aux USA.

 

Quel est le groupe le plus surestimé ?

Pour moi… et ça n’est que mon avis personnel, je dirais les Sex Pistols. C’est pas qu’ils n‘étaient pas bons, mais je trouve qu’ils sont un peu surévalués.

 

Si tu devais refiler un album aux aliens pour qu’ils découvrent la musique, tu choisirais quoi ?

How to make a monster ! ahah

 

Quelle est la personne la plus connue de ton répertoire ?

Euh je vais regarder dans mon téléphone… Déjà le premier de la liste c’est Rick Agnew des Adolescents, mais je suis sûr que j’ai aussi là-dedans Greg Graffin (Bad Religion) et d’autres comme ça, qui sont des rockstars pour moi ahah !

 

Aurais-tu une blague rock’n’roll à nous raconter ?

Combien faut-il de musiciens pour changer une ampoule ?

25. 1 pour changer l’ampoule et 24 sur la liste d’invités !

 

Si tu pouvais inviter à manger cinq personnes de ton choix (vivantes ou pas), tu choisirais qui ?

Dave Vanian de The Damned, Glenn Danzig, Steve Soto des Adolescents, Rick L Rick, qui chantait pour nous et est décédé maintenant (d’une tumeur au cerveau en 2000 ndla), et j’ajouterai Joey Ramone.

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

ENGLISH VERSION

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Dan, how is it to be in a band with your brother Sal for 30 years?

Some things are easy and some are more difficult, because you know, you have the brothers fights… but not so much, we get along, we mostly tease each other. We have experience now, if one snores he sleeps in the other room ahah!

 

Do you remember your first attraction to music?

My mother was a big fan of Elvis Presley, so she was always putting on Elvis Presley records when I was a child. This is the earliest memories I have. Then later, my brother who is older than me, started to listen to punk rock records and my ears went like “oh what’s this! It doesn’t sound like anything else!”. I was about 12 years old, and that’s around the time I first picked up a bass guitar.

 

What’s the first album you bought?

Hmm… I don’t remember the first album, but I remember the first 7 inch single ‘Gigantor’ by The Dickies.

 

Do you think it was different to start a punk rock band in New Jersey?

Yes. First because everything in New Jersey is spread out, lots of little towns next to each other but no real cities. So it was different to cities where different bands are started together, in NJ it’s not so easy. You have this guy who lives half an hour from here, then this guy over there then you have to find a place in the middle to rehearse. And also in New Jersey, I feel like there is not a New Jersey scene. And people from New York would say “Arf those guys are from New Jersey”, and people from NJ would say “Arf these guys are from NYC” and so on… There is no unity, everybody is kind of floating around.

 

It might have been more difficult to start the band, finding concerts etc then?

Well we started by just practicing for like two years before we recorded some songs and put out our first single, only then we started to book shows so we had something in our hands to prove what we were, instead of developing in front of everybody. We came in ready, so we had the advantage of not being like, once on stage “oh how the song sounds like?”, after two years working on the songs we were tight, we sounded directly like if we were around for longer that people knew about. It was planned that way.

 

I think Electric Frankenstein is one of the best names because it’s really self explaining what’s your band and it’s sound: the notion of electricity and a monster representing the mix of different rock influences.

I’m glad you understand! Because it’s 100% why we chose this name.

 

How did it come out?

I think indirectly… You know my family is from Italy, and we heard about a club in Milan that was called Electric Frankenstein, I think it was there in the 60’s or 70’s, probably somebody once mentioned the name of that club and it stayed somewhere in our minds, and we came up with the name as a concept, like you said. 

 

With your brother,  you are quite involved in the music business on different levels. How do you feel nowadays with both Spotify on one side and the vinyle trend on the other?

Well, I guess Spotify is necessary now, but I’m not a fan because, you know, you have 100,000 downloads for half a penny… And the vinyl, I like it but I wish it was no so expensive… 

 

I imagine you have a large collection?

Pretty big yes, my brother has more bu tI have a few thousand records.

 

Do you have a day job?

I used to live out on music, 20 years ago it was easier, you recorded a record, went on tour and just sometimes needed a job for a short period.

 

Also you were younger without a family to take care of…

Yeah and now I have a wife and kids, mortgage, you know. Now I work to television companies, I do the programming on video conference systems, where I set everything to be linked to the camera, the phones, projector etc and then you can handle it all from a computer. So I travel a lot, every week I go somewhere else. I worked all over United States, in Hong Kong, Singapore, Japan, India...

 

You are the first musician I meet who travel more for the job than with the band!

Yeah! I should have all other members work for the same company then we could do a tour during our job schedule ahah.

 

You just released a new version of the album ‘How to make a monster’ for its 20th birthday: how do you see this album in 2019?

Well I didn’t listen to it for few years, then we realized it would turn 20 and we listened to it to see how it sounds now. I think it still sounds fresh, not like dated, or old, at list not in a bad way. Also I know a lot of people who couldn’t have it the first time, so we said if we are gonna re-release it, let’s make it the way we wanted it to be. You always feel like “I wish I could change this or that”, and so we had the opportunity to fix a few things that we didn’t like the first time. So we remastered it and we changed the cover a little bit and also we included a poster and liner notes.

 

What would be your career highlight?

You know I feel like to re-release ‘How to make a monster’ makes me really proud, because I worked a lot on it myself to make this happen. Also the first time it came out 20 years ago that was our first big tour that we got to do. Before we were just doing little shows here and there, and then with that one we were signed on Victory Records, and we went on tour and played festivals, in front of thousands of people. So both releases times I think are my two highlights.

 

What would be your advice for a fresh band starting to tour?

Well, make sure that you are right. Like I said before we played for two years before we went to play out. So don’t just say after 6 months “Let’s go on tour”, make sure you sound good, then people will want you to come back. Also bring a lot of socks and underwear! Aahah

 

With your experience, what has changed for you about touring?

I think I can enjoy it now more because in the past I was really serious about it as it was my job, I had to make sure everything was good and that money was coming in, to eat and pay my rent. Now I have a job beside so I do it for pure enjoyment only, it’s much more pleasant experience now.

 

What do you enjoy the most now about being a musician?

To be creative and express myself… But I think what I prefer is to play live, to share moments with people. Because every day life is like being superman but staying covered up like Clark Kent, and when I go on tour I can take off my glasses and be with other superheroes…

 

The stage is like a phone booth for you…

Yeah! Ahaha

 

What is the strangest gig you gave?

Something like 5 years ago, we played in Bloomingdales stores in New Jersey and in New York, in the men’s clothing department. The wanted to do a pop up shop and sell some of our T-shirts, so to do the promotion of the shirts they asked us to play in the store. It was really strange to play within the mall with all these people, shoppers, old, young, punk rockers, families, my kids, and us standing next to the clothing racks.

 

What would be the best gig you gave?

For me… It would be both when we played in Japan two years ago and also 20 years ago when we played Roskilde, that was so nice to see all those people in front of us…

 

What would the funniest thing someone shouted at you?

Well I don’t know, but it’s always funny when someone shouts “Shut up ands play next song!” ahah.

 

And the most surprising thing you saw in the audience?

Well we played in France one time and we saw two people having sex in the back of the room while we were playing! Obviously you could see their mouvements ahah!

 

How do you decide the setlists?

Well for this tour it was easy as we play the LP “How to make a monster” in its entirety and then we let people choose what they want to hear. But usually everybody says what he wants to play or not, it’s a democracy, but we know there are some songs we have to play like “Speed Girl”, “Electrify Me”...

 

What would be for you the best song ever written?

‘City Slang’ from Sonic Rendezvous Band.

 

The story around the song made it quite a graal or something like that as well…

Yeah the first time I heard it I had a hard time finding out what it was and then a couple years later my friend told me and I was like “Man it’s been two years I look for explanation!”

 

I personally only discovered it when The Hellacopters covered it and then played with Scott Morgan…

Yeah we played with them at the CBGB’s in NYC and they brought Scott Morgan on stage, that was a good night.

 

What’s the best Electric Frankenstein song?

I think ‘It’s all moving faster’. [g]The Hellacopters[/g] did a cover, Sweet did a cover as well and two other bands I think. Everybody loves that song. And I love it because I wrote it.

 

Will you play it tonight?

Well maybe, if people ask for it, but here we have a time limit like 50 minutes, so after we play the whole ‘How to make a monster’ it’s like already 40 minutes.

 

If you could play in any other band?

That would be The Misfits or The Damned. But the right Misfists with Glenn Danzig, the other Misfits don’t exist. 

 

What was your favourite concert as a kid?

The Ramones in 1986 i think, that one always stick with me. It was a fantastic show and I got to meet them after the concert, I was maybe 14 years old so for me it was like to meet Led Zeppelin for someone else. That’s a good thing about punk rock, it’s easier to meet your heroes. If you like Rush, [g]Iron Maiden[/g] or Ariana Grande, it’s not so easy ahah! I met everybody I ever wanted to, and then you find out that they like your band too so it’s just great you know.

 

What are the three bands you’ve listen the most in your life?

Adolescents, The Damned and The Misfits. If you live in New Jersey and you like punk rock… they were everywhere, so if you wanted to do something you wanted to be like them.

 

What is for you the most underrated band?

The Damned. Everybody thinks about The Clash, Sex Pistols, or The Ramones even, but The Damned were probably better musically than all of them: they wrote better songs than all of them, but they didn’t get the credit they deserved at the time. They have fantastic records, and now people are starting to appreciate. Especially their first record ‘Damned, Damned, Damned’, so maybe now they start to get some credit. And I’m glad to see that. They were now opening for The Misfits reunion shows in stadiums in US, where you usually see Bruce Springsteen or artists like that

 

And the most overrated?

For me… And that’s just personal, I’d say the Sex Pistols.It’s not that they weren’t good but I think they were a little bit overrated.

 

If you would have to give a record to aliens for them to discover music?

That’d be ‘How to make a monster’ ahah

 

What’s the most well-known person you have in your phone?

Well I have to look through my phone… First one is actually Rick Agnew from The Adolescents, but I’m sure Greg Graffin from Bad Religion  is in there, they rock’n’roll stars to me ahah

 

Do you know any rock’n’roll joke?

How many musicians it takes to screw a light bulb?

25: 1 to screw the light bulb and 24 to be on the guestlist ahah!

 

If you had the chance to organise a dinner with 5 persons dead or alive, who would you pick?

Dave Vanian from The Damned, Glenn Danzig, Steve Soto from the Adolescents, Rick L Rick who used to sing for us and passed away, and I’d saw Joey Ramone.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également