↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Le Club des 32


Steven Jezo-Vannier, le 22/11/2013
Qui ne connaît pas encore le très (ou trop, c'est selon les avis) fameux « Club des 27 », fourre-tout morbide réunissant les icônes du rock (et un peu plus) décédées à l'âge de 27 ans ? Personne ? Osons tout de même un résumé.


Ce club a été imaginé dans la presse américaine à la suite des morts rapprochées de Brian Jones (3 juillet 1969), Jimi Hendrix (18 septembre 1970), Janis Joplin (4 octobre 1970) et Jim Morrison (2 juillet 1971), figures de proue de la musique rock de la fin des années soixante. Le club des 27 est devenu beaucoup plus populaire au lendemain du 5 avril 1994, date du décès prématuré de Kurt Cobain, leader de Nirvana, suicidé à l’âge de 27 ans. Cette entrée dans le club a peut-être même été provoquée par Cobain lui-même ; c'est ce que laisseraient entendre les déclarations de sa mère assurant qu'elle aurait tenté de le dissuader de rejoindre "ce club stupide". Depuis, de nombreux artistes liés à l'univers rock ont intégré ce groupe fictif, la plupart, à titre posthume comme le chanteur de rock'n'roll Dickie Dale, mort le 26 mars 1969, ou Malcolm Hale, fondateur de Spanky & Our Gang, mort le 31 octobre 1968. Les amateurs de légendes et de mythes rock ont même été chercher bien plus loin, avec le bluesman Robert Johnson, décédé le 16 août 1938


Après Kurt Cobain, des auteurs se sont mis à recenser les musiciens morts à 27 ans, pour établir la liste exhaustive des membres du club. Et chaque fois qu'un nouvel artiste s'éteint à cet âge, son nom s'y ajoute. Ces dernières années, la disparition d’Amy Winehouse, survenue le 23 juillet 2011, a relancé le mythe des "Forever 27" dans les médias, bien que la chanteuse ait été plus proche du rock’n’roll pas son mode de vie que par sa musique. Depuis, les noms de figures moins imposantes continuent de s'ajouter à la liste, c'est le cas dans les tout derniers jours de Soroush "Looloosh" Farazmand, guitariste des Yellow Dogs, tué le 11 novembre 2013. À ce jour, le club comprend près d'une cinquantaine de membres !


Dès l'invention de ce groupe mythique, des légendes sont apparues autour de lui, ce club cristallisant le goût des fans pour la mythification. Ces stars sont imaginées et adulées par leurs fidèles comme des divinités ; on parle volontiers de « dieux du rock », « d'icônes » ou « d'idoles »... La déification passe nécessairement, dans ce cas, par le sacrifice de soi, la mort prématurée, tragique et douloureuse pour les fans. La star part dans le bel âge, au sommet de sa carrière, en une forme d'apothéose moderne dans laquelle l'irrésistible ascension de l'artiste ne peut se conclure autrement que par le décès et la divinisation. Reste l'âge lui-même, 27 ans, qui résonne comme une sorte de frontière, un âge maudit auquel le diable viendrait emporter ceux qu'il a le mieux inspirés. Rappelons que le rock, digne héritier du blues, a été considéré depuis ses plus lointaines origines, comme voué aux enfers. Robert Johnson, le plus ancien membre du club des 27, aurait lui-même vendu son âme au diable pour obtenir ses talents de guitariste. Le mythe est tenace et imprègne entièrement la culture du rock, chaque génération entretenant sa "Sympathy For The Devil", comme le chantent les Stones.


Si les statistiques confirment bien que le mode de vie rock écourte franchement l'espérance de vie des icônes du genre, aucune ne met en évidence un risque accru de mortalité à l'âge de 27 ans. La popularité de ce club et de ses membres occultent de très nombreux artistes morts à un autre âge. Loin de nous l'idée de tuer le mythe. Le rock possède une mythologie riche, qui est l'un des moteurs de son histoire et l'une des composantes majeures de son identité et de sa culture. Ainsi, plutôt que de dresser un club des morts prématurées (plus de trois cents morts entre 18 et 50 ans), qui ferait perdre toute sa substance légendaire au groupe, intéressons-nous à l'existence d'un autre club, totalement inconnu et beaucoup plus confidentiel que celui des 27, qui réunit les musiciens morts à l'âge de 32 ans.


En effet, de même que les « coïncidences » ont mis en lumière le chiffre 27, à cause de la notoriété de certains de ses membres et de la série de morts rapprochées entre 1969 et 1971, elles permettent de mettre en évidence le chiffre 32. Les artistes morts à cet âge se détachent de la masse des décès pour former un petit club possédant exactement les mêmes caractéristiques que celui des 27.


Le club des 27 a ses stars comme Jimi Hendrix, Jim Morrison et Janis Joplin, celui des 32 possède également les siennes. La première d'entre elles est Mama Cass Elliot, chanteuse prodige de The Mamas & The Papas. Née le 19 septembre 1941 à Baltimore, elle décède le 29 juillet 1974, après un dernier concert donné au London Palladium. Contrairement à la légende selon laquelle elle serait morte étouffée par un sandwich, elle est décédée d'un arrêt cardiaque, sans doute dû à son importante et rapide perte de poids. Dans les derniers mois de sa vie, Mama Cass a lutté contre son obésité et perdu près de quarante kilos. La mort survient dans son sommeil, alors qu'elle occupe un appartement que lui loue le chanteur Harry Nilsson à Shepherd Market, au 9 de la Curzon Place, dans le centre de Londres. Ce lieu offre au club des 32 sa légende fondatrice, car une autre icône du rock est décédée dans cette même chambre quatre ans plus tard : Keith Moon, le batteur survolté des Who.


Né le 23 août 1946, à Wembley, Keith Moon meurt dans la nuit du 7 septembre 1978, d'une overdose médicamenteuse. Comme Cass luttant contre les menaces du surpoids, Moon combat lui aussi son démon personnel, l'alcool. Après avoir assisté à une projection de The Buddy Holly Story, invité par Paul McCartney, il rentre avec sa compagne dans la chambre prêtée par Nilsson et ingurgite une grande quantité de Clomethiazole, médicament luttant contre les symptômes du sevrage alcoolique. Les trente-deux pilules lui sont fatales, il s'éteint dans la nuit.


Autre batteur de légende mort à 32 ans, John Bonham, membre de Led Zeppelin. Né le 31 mai 1948 à Redditch, en Angleterre, il décède le 25 septembre 1980 à Clewer, dans une chambre de la demeure de Jimmy Page, guitariste du groupe. Il est retrouvé mort par John Paul Jones, le bassiste, le lendemain d'une journée de répétition au cours de laquelle le buveur invétéré n'a cessé d'avaler des verres de vodkas. John Bonham se serait étouffé dans son vomi. Bonham, dit Bonzo, est un membre VIP du club des 32 car, comme une poignée d'autres artistes déifiés (dont plusieurs membres du Club 27 à l’image de Morrison et Hendrix), des fans refusent de croire à son décès et entretiennent le mystère de sa survie. Comme Elvis, le batteur vivrait reclus, loin de la lumière des projecteurs. La mort de Bonzo ayant entraîné l'arrêt de l'activité de Led Zeppelin, beaucoup de fans ont été fortement affectés par sa disparition, certains au point de renier la réalité.


Enfin, parmi les grands noms du club des 32, il convient d'évoquer le cas de Brian Epstein, manager et façonneur des Beatles, considéré comme le cinquième membre du groupe, bien qu'il n'ait pas été musicien. Epstein est l'homme sans qui les Fabulous Four n'aurait sans doute jamais connu le succès. Il a retravaillé leur image et permis leur rencontre avec le producteur George Martin et le label Parlophone. Brian Epstein est né le 19 septembre 1934 à Liverpool et décédé le 27 août 1967, à Londres, d'une overdose de barbituriques.


Comme celui des 27, le club des 32 compte plusieurs membres moins connus du grand public comme Lefty Baker, guitariste mort le 11 août 1971. C'est un ancien membre de Spanky & Our Gang, qui donne ainsi un membre aux deux clubs (avec Malcolm Hale). Le Grateful Dead a également donné l'un de ses membres à chacun des deux clubs, deux claviéristes : Ron « Pigpen » McKernan à celui des 27 et Keith Godchaux à celui des 32. Godchaux est mort d'un accident de la route le 23 juillet 1980, deux mois seulement avant John Bonham, créant ainsi une petite série, comme dans le Club 27. L'année 1978 a également connu sa série de morts, car, outre Keith Moon, sont aussi décédés cette année-là : Terry Kath, guitariste de Chicago, mort le 23 janvier, d'une balle dans la tête qu'il s'est accidentellement tirée lui-même, en présence des autres membres du groupe, et Keith Ellis, bassiste de Van Der Graaf Generator puis de Iron Butterfly, mort le 12 décembre. Parmi les noms les moins connus, citons encore celui de Rushton Moreve, bassiste de Steppenwolf, mort le 1er juillet 1981.


Outre ses stars, ses légendes et ses séries, le club des 32 possède également son bluesman aux liens diaboliques. Le Forever 27 Club a Robert Johnson, celui des 32 a Guitar Slim, de son vrai nom Eddie Jones. Né le 10 décembre 1926, Jones était un virtuose de la Fender Stratocaster, capable, comme Hendrix, de jouer derrière sa tête et son dos ; son jeu était si impressionnant que son instrument reçut le surnom de « The Devil ». Alcoolique, il est mort d'une pneumonie, à New York, le 7 février 1959.


Les deux clubs ont leur icône du rhythm'n'blues, celui des 27 a Amy Whinehouse, et le petit cercle des 32 a Florence Ballard, membre des Supremes et figure du son Motown dont Winehouse se réclamait. Florence Ballard est décédée le 22 février 1976 d'un arrêt cardiaque, dans la misère, après avoir succombé aux drogues et à l'alcool. Le club des 32 compte également dans ses rangs Annette Snell, chanteuse soul décédée dans un accident d'avion le 4 avril 1977.


Enfin, à l'image de son modèle, le club des 32 rassemble de nombreux artistes des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, membres tardifs décédés après les seventies. Citons Karen Carpenter, membre de The Carpenters (1950-1983), Ricky Wilson, membre de The B-52's (1953-1985), Vaughn Toulouse, chanteur de Department S (1959-1991), Douglas Hopkins, guitariste de Gin Blossoms (1961-1993), Carl Albert, chanteur de Vicious Rumors (1962-1995), Robert Pilatus, chanteur de Milli Vanilli (1965-1998) et le batteur Danny Bobis, membre de Cipher, perdu en mer (1979-2011).
Comme celui des 27, le club des 32 a toutes les raisons de creuser l’appétit des fans de rock pour le mythe et les légendes urbaines.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également