↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ange


Vu d'un chien


(00/00/1980 - Phillips - Rock Progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Les Temps Modernes / 2- Les Lorgnons / 3- Foutez-moi la Paix / 4- Je travaille sans Filet / 5- La Suisse / 6- Personne au Bout du Fil / 7- Pour un rien / 8- Vu d'un Chien
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Toutes guitares hurlantes, Ange entre dans les années 1980 en pleine forme !"
Jules, le 24/08/2021
( mots)

Ange peut faire l'objet de nombreuses critiques, notamment de la part de ceux qui ne sont pas accoutumés aux canons du rock progressif ou de ceux qui ne se font toujours pas aux déclamations de Christian Décamps. Un reproche qu'on ne peut leur faire est en revanche de ne pas savoir s'adapter aux époques.


Après un Guet-Apens qui prenait déjà ses distances avec les œuvres précédentes, Vu D'un Chien sort dans les bacs en 1980, au début d'une décennie qui sent "bon" le rock FM, les synthés et les boites à rythme. Et le moins que l'on puisse dire est qu'Ange est encore là, bien vivant, malgré le déclin du prog rock à l'aune des eigthies.


Le line-up va subir de nombreux changements à partir de cette période pour se stabiliser à la fin des années 1990. Sur cet opus, Claude Demet et Gérald Renard passent leur tour à la guitare et à la basse pour laisser place à Robert Defer et Didier Viseux. Jean-Pierre Guichard reste aux fûts et les frères Décamps fidèles à leurs postes. 


Comme le précédent opus, il n'est plus question d'album concept. Le groupe privilégie une œuvre composée de morceaux forts et percutants plutôt que de tracer un fil conducteur racontant une histoire au fil des tracks. Et, là encore, ça marche. 


Dès la première écoute, on s'aperçoit que Vu D'un Chien est le véritable album ROCK d'Ange. La guitare y est reine, présente à chaque instant avec une bonne dose de disto quasi systématique. A se demander s'il s'agît bien du groupe que l'on connaît lorsqu'on entend le riff d'intro du premier morceau, "Les Temps Modernes". La messe est dite. 


Les textes passent un peu au second plan ici. On sent que le travail a davantage été orienté vers la musique. Néanmoins, on peut citer deux agréables moments qui participent à conserver le côté "variété française" du groupe que revendique Christian Décamps. "Les Lorgnons" est sympathique, racontant l'histoire de deux anciens camarades ayant pris des chemins différents, et permettant au leader de théâtraliser une fois de plus son chant aux côtés de l'orgue Hammond de son frère Francis. Les paroles antimilitaristes de "La Suisse" fonctionnent aussi, sur un rythme assez léger et entraînant. On apprécie particulièrement l'intervention du saxophone alto de Marc Fontana qui vient faire swinger un peu le tout. 


Ce qui peut décevoir est le côté très "FM" des morceaux. A croire que le groupe a cédé à la facilité de la structure couplet-refrain-couplet-refrain qui laisse une impression de platitude un peu lassante. A l'image, entre autres, de "Personne Au Bout Du fil" qui aurait fait un très bon single à diffuser sur les ondes (au sens commercial du terme).


Heureusement, "Je Travaille Sans Filet", sommet de l'opus, vient rattraper tout ça car elle constitue une vraie pièce progressive scindée en deux parties assez distinctes. La première, narrative, théâtrale, avec une structure classique nous contant les angoisses d'un funambule avant une représentation et dont le refrain reste bien en tête. La seconde, instrumentale, tout en crescendo, laissant place à la guitare disto de Defer et finissant en apothéose. C'est du lourd. Quel plaisir de retrouver la pâte prog qu'on aime tant chez eux.


Un album d'Ange, c'est également des traditions. L'une d'entre elle est, depuis Le Cimetière Des Arlequins, de finir sur un morceau assez long et très élaboré (en général le morceau-titre). Ici, le morceau-titre n'est pas exceptionnel et ne sera pas celui qu'il faudra retenir. Reste que le riff d'intro, mêlé à la basse, est remarquable. Je vous conseille d'ailleurs de jeter un oeil et une oreille à la version live de "Vu D'Un Chien" issue de la tournée de 1990. Vous y verrez Robert Defer et J-M Brézovar (revenu à cette époque) jouer ce riff en totale symbiose. Un régal. 


Malgré son côté rock FM, l'album est très bon et permet d'affirmer qu'Ange a vraiment le mérite (et le talent) de s'adapter à ses contemporains. Les fans de la première heure devront désormais se faire à la mue constante du caméléon belfortain.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !