↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Brant Bjork


Gods & Goddesses


(03/05/2010 - Low Desert Punk / Differ-Ant - Stoner Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Dirty Bird / 2- The Future Rock (We Got It) / 3- Radio Mecca / 4- Little World / 5- Blowin' Up Shop / 6- Good Time Bonnie / 7- Porto / 8- Somewhere Some Woman
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"L'ex batteur de Kyuss dans sa livraison annuelle : simple, sincère et efficace "
Maxime, le 04/05/2010
( mots)

A la tête d’une carrière solo ayant désormais passé le cap canonique de la décennie, Brant Bjork a depuis plusieurs années abonné les amateurs à une routine immuable, se fendant d’un nouvel album et d’une tournée tous les 12 mois avec une rigueur métronomique. Aussi à l’aise dans son pré-carré que dans ses Levi’s 501 délavés, l’ex batteur de Kyuss et de Fu Manchu a très tôt trouvé son style et n’en bouge quasiment plus d’albums en albums. Sans y avoir encore posé la moindre oreille, on sait à l’avance que sa prochaine réalisation mêlera avec une aisance placide tricotages hendrixiens débarrassés de toute flamboyance virtuose, groove serein et stoner épuré. Le seul élément de surprise reste les pochettes, dont celle de ce neuvième opus, où Mister Cool pose en pimp dans son carrosse d’acier, exhibant son trophée mammaire. A l’intérieur, rien n’a changé, comme de bien entendu. Bien qu’évoluant sans le mythique line-up des bros depuis deux disques, Bjork y déroule le programme ordinaire avec ses nouvelles recrues, parmi lesquelles on distinguera l’ex Yawning Man Billy Cordell à la basse, relayant le vétéran Dylan Roche, victime d’une tumeur cérébrale.

Plus ramassé que son prédécesseur qui s’épanchait volontiers en jams enfumées de 10 minutes, Gods & Goddesses est un agréable exercice de socal rock, concis (8 titres pour une petite demi-heure), frais et décomplexé. Débutant sous les auspices d’un Cream gouverné par une basse rondouillarde ("Dirty Birds"), le disque baguenaude tranquillement entre heavy blues doré à la fuzz ("Blowin’ Up Shop") ou fourré à la wah-wah ("Radio Mecca") et lourdes échauffourées sur lesquelles la batterie lâche enfin la bride, fouettée par des soli aussi poussiéreux qu’alertes et la voix de Bjork prêchant dans l’écho ("Little World", "Good Time Bonnie"). L’attitude est foncièrement old school, le tempo cool, le propos sans fioritures, et on aime l’animal pour ça. On lui pardonne ainsi volontiers sa relative paresse stylistique, sa manie de se reposer un peu trop sur ses lauriers en refusant d’aller s’aventurer vers d’autres territoires. Gods & Goddesses exhale ainsi ce petit parfum enveloppant et un peu amorphe de routine. L’amour du rock et de son prochain ("Somewhere Some Woman") y transpire de partout, tout comme le charisme du bonhomme qui emporte finalement l’auditeur en bout de piste. On regrettera qu’il ne soit pas ici sublimé par des compositions un peu plus marquantes, comme cela a pu être le cas dans ses réalisations majeures (Keep Your Cool, Somera Sol). Pas de révolution à l’horizon, d’ailleurs le futur du rock, Bjork le tient déjà, il l’annonce dès la plage 2, le long d’un morceau qui évoque furieusement son ancien groupe Ché, né et disparu il y a 10 ans maintenant. Pas de montagne à gravir, pas de paysage à conquérir, toujours ce désert à perte de vue qu’il arpente encore et encore. Chaque trajet ressemble au précédent, mais il se redécouvre à chaque fois avec la même innocence. On reste toujours partant pour squatter la banquette arrière.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Brant Bjork


Jacoozzi


Critique d'album

Brant Bjork


Punk Rock Guilt


Critique d'album

Brant Bjork


Somera Sól


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert